FĂ©vrier 6, 2021
Par infokiosques
159 visites


Cette brochure rassemble une sĂ©rie d’articles – non encore achevĂ©e – abordant l’hĂ©tĂ©rosexisme de la biologie, l’homophobie au sein du milieu scientifique, revient sur l’origine raciste du concept d’espĂšce, rassemble quelques observations d’animaux ayant des comportements non hĂ©tĂ©rosexuels.

Certains animaux ont beaucoup de partenaires sexuels, d’autres un-e seul-e. Parfois il s’agit de partenaires d’un certain sexe, ou d’un autre, ou d’un autre encore, ou de plusieurs de ceux-ci. Certains animaux sont intersexuĂ©s, d’autres changent de sexe au cours de leur vie. Certaines se reproduisent sexuellement, d’autres asexuellement, d’autres font du sexe sans se reproduire, d’autres encore ne font pas de sexe et ne se reproduisent pas. Certaines font de longues et nombreuses parades avant de copuler, d’autres pas, pour d’autres encore la sexualitĂ© est souvent violente. Certaines prĂ©fĂšrent le sexe oral. Chez certains groupes, la sexualitĂ© est trĂšs importante socialement, pour d’autres non. Etc.

Je ressors profondĂ©ment Ă©puisĂ© par les recherches faites pour Ă©crire cet article. D’une part, c’est le langage scientifique lui-mĂȘme qui m’épuise Ă©motionnellement. L’indiffĂ©rence, l’extraction de soi qui se prĂ©tend objectivitĂ©, le regard scrutateur. D’autre part, les mĂ©thodes scientifiques impliquent souvent une grande dose de violence invisibilisĂ©e lors de la description des rĂ©sultats.”




Source: Infokiosques.net