Janvier 14, 2023
Par Kedistan
287 visites
Türkçe | Français

Dans ce pays, nous n’avons usé de sincérité dans aucun domaine. Nous n’avons pas su adopter l’at­ti­tude hon­nête qu’il con­viendrait d’avoir. Nous, au soleil, n’avons pas été capa­bles de ressen­tir ceux qui vivent l’hiv­er. Nous n’avons pas su écouter le coeur de nos mères en peine, qui recherchent une lueur d’e­spoir, les yeux fixés sur le loin­tain. Nous n’avons pas pu faire face à ceux qui dis­ent qu’on est un, mais qui nous divisent. Alors que dans ce pays tout peut arriv­er, nous n’avons sim­ple­ment pas réus­si à être des humains. Voilà hélas, les ter­res sur lesquelles je respire, pour lesquelles je dépeins ce tableau pessimiste.

Des années se sont écoulées, des édi­fices ont été élevés, mais chez-nous, cette atti­tude est devenu une habi­tude. Alors qu’un géno­cide poli­tique est per­pétré par la main de la Jus­tice, dans une par­tie du pays, “là-bas”, l’autre par­tie ne voulait rien enten­dre, et fer­mait les yeux sur le paysage. Des mères arrachées par la vio­lence, à leurs nou­veaux-nés, cela n’a ému per­son­ne. La résis­tance de celles et ceux qui se bat­tent pour leur droits, jour et nuit, depuis des années, mal­gré les per­sé­cu­tions, est restée invis­i­ble… Et la jus­tice n’est jamais passée par là. Ceux qui se sont tus, tout ces temps là, pen­dant que ces gâchis se mul­ti­pli­aient, et cla­ment seule­ment aujour­d’hui que l’in­jus­tice s’ex­erce con­tre eux, le font avec hypocrisie. Le fait de fer­mer les yeux sur les meur­tris­sures des bâtons de fer tirés sous le man­teau “là-bas”, et de con­sid­ér­er davan­tage ce qu’ils subi­raient aujour­d’hui comme injus­tices, ne peut con­venir ni à la con­science ni à la morale.

Si ce n’é­tait que ça.. “Là-bas”, les jour­nal­istes sont tout aus­si per­sé­cutés pour être ent­hou­si­astes et ressen­tir de l’empathie. Leur sources, leurs infor­ma­tions pro­duites, elles, devi­en­nent aux yeux des dirigeants des élé­ments crim­inels. Que dire des “jour­nal­istes” de l’autre moitié du pays, en com­péti­tion dans le marathon des larbins, qui sont à l’af­fût d’in­for­ma­tions manip­ulées ? On ferme les yeux sur leurs façons de faire. Celleux qui met­tent le soi-disant…

Comme on pou­vait s’y atten­dre de la part de per­son­nes qui peu­vent être con­sid­érées comme girou­ettes, pâtes molles et sans lev­ain, et qui pla­cent avant le jour­nal­isme, leur éti­quette de soi-dis­ant “indépen­dance”, elles ont scel­lé leur langue. Ces bien-pen­sants qui trou­vent que les jour­nal­istes kur­des écrivent tou­jours un mot de trop, lais­sent nos col­lègues pour­rir dans les couloirs de la persécution.

Des syn­di­cats et équiv­a­lents par­faite­ment con­scients pour­tant de cette per­sé­cu­tion, n’ou­vrent qu’à peine leur bouche. Leurs silences démon­trent que l’im­age dépeinte est une réal­ité con­crète. Désor­mais, ren­con­tr­er une per­son­ne authen­tique et humaine équiv­aut à chercher une aigu­ille dans une botte de paille… Il n’est plus un secret que ceux qui vivent sous le toit du “jour­nal­isme”, pour­tant, sans aucun doute, un méti­er sacré, ont désor­mais large­ment con­tribué au déman­tèle­ment de l’in­sti­tu­tion de la Vérité, aujour­d’hui totale­ment vilipendée. Ce con­stat n’est pas exclusif à mon pays. Nom­bre de nos col­lègues de l’Eu­rope, “le berceau de la démoc­ra­tie”, sont tout autant restés dans la médi­ocrité, et peinent à faire écho et être solidaires.

Tant que ces com­porte­ments et tra­di­tions, qui devi­en­nent une mal­adie général­isée, ne dis­paraitront, les jour­nal­istes, qui sont des coeurs de cible, con­tin­ueront  à être par­mi les pre­miers per­sé­cutés…  Jus­tice doit renaître pour nous tous !

Ziya Ata­man
16 décem­bre 2022
Prison d’Erzurum

Jour­nal­iste, cor­re­spon­dant de l’a­gence Dicle Haber (DİHA), Ziya Ata­man est en prison depuis le 11 avril 2016. 
N’hésitez pas à soutenir Ziya et ses amis de quarti­er, avec vos let­tres et cartes…

Ziya Ata­man
2 Nolu Yük­sek Güven­lik­li Kapalı Cezaevi
A2 / 2K — 10
Yaku­tiye ERZURUM / TURQUIE


Soutenez Kedis­tan, FAITES UN DON.

Nous entretenons “l’outil Kedistan” autant que ses archives. Nous tenons farouchement à sa gratuité totale, son absence de liens publicitaires, et au confort de consultation des lectrices et lecteurs, même si cela a un coût financier, jusque là couvert par les contributions financières et humain (toutes les autrices et auteurs sont toujours bénévoles).
Vous pouvez utiliser, partager les articles et les traductions de Kedistan en précisant la source et en ajoutant un lien afin de respecter le travail des auteur(e)s et traductrices/teurs. Merci.
Auteur(e) invité(e)
Auteur(e)s Invité(e)s
AmiEs con­tributri­ces, con­tribu­teurs tra­ver­sant les pages de Kedis­tan, occa­sion­nelle­ment ou régulièrement…



Source: Kedistan.net