La pollution de l’air nous rend malade. En effet, depuis la rĂ©volution industrielle l’humain ne cesse d’extraire de la matiĂšre des sols et des sous-sols pour la brĂ»ler et crĂ©er de l’énergie, de la chaleur ou du capital. MalgrĂ© les nombreuses alertes et rapports des scientifiques, les dĂ©cideurs continuent d’alimenter ce systĂšme d’extraction des ressources au dĂ©triment de la vie de centaines de milliers de personnes.

√ Pour aller plus loin, pour se mobiliser et s’organiser : SIGNE LA PETITION ! √

Un État, des lieux macabres

La pollution de l’air se matĂ©rialise par une multitude de particules souvent invisibles Ă  l’Ɠil nu flottant dans l’air. L’inhalation de ces particules et leur arrivĂ©e dans notre organisme est la source de maladie cardio-vasculaire, d’AVC, de cancer du poumon ou d’apparition de maladies respiratoires.

D’aprĂšs un rapport publiĂ© par l’Agence EuropĂ©enne pour l’Environnement les particules fines Ă©taient responsables en 2018 de la mort prĂ©maturĂ©e de 417 000 europĂ©en.nes. [1] SantĂ© Publique France estime les morts françaises dues Ă  la pollution de l’air Ă  une moyenne de 40 000 par an. [2]

Mais attention, comme d’habitude les chiffres sont Ă  prendre avec des pincettes. Surtout ceux validĂ©s par l’Union EuropĂ©enne historiquement connue pour ses traitĂ©s ultra-libĂ©raux propices Ă  la mort de tous les ĂȘtres vivants sauf les riches.

DĂ©but 2021 une nouvelle Ă©tude de plusieurs universitĂ©s dont Harvard University College de Londres publient des chiffres plus de deux fois supĂ©rieur Ă  ceux validĂ©s par l’UE. On arrive Ă  97 242 français.es de plus de 14 ans mort.es prĂ©maturĂ©ment tous les ans. [3]

L’Europe et le gouvernement : grosses merdes

Pour faire face Ă  ce sujet de santĂ© public massif, l’UE met en place des directives et des seuils de pollution Ă  ne pas dĂ©passer. MalgrĂ© le fait que les seuils fixĂ©s par l’Europe soient plus hauts que ceux proposĂ©s par l’OMS, ils sont rĂ©guliĂšrement dĂ©passĂ©s dans de nombreuses villes françaises [4].

ExceptĂ© la mise en place de ces seuils et la mesure rĂ©guliĂšre de la pollution atmosphĂ©rique de certains lieux, l’Europe n’a pas imposĂ© Ă  ses Ă©tats membres d’actions Ă  mettre en Ɠuvre pour lutter contre cette pollution, seulement des rĂ©sultats. En France, suite Ă  l’inaction des gouvernements successifs, chaque annĂ©e depuis 2005 ces seuils sont dĂ©passĂ©s expliquant la mort de dizaines de milliers de français. [5]

Mais ne vous inquiétez pas la ZFE arrive pour nous sauver la vie.

ZFE c’est quoi cette merde ?

La ZFE (Zone Ă  Faible Emission) c’est la solution baguette magique des politicards pour rĂ©duire la pollution de l’air meurtriĂšre. L’idĂ©e de base est bonne : enlever les Ă©missions de polluants dans les zones fortement peuplĂ©es. Dans notre rĂ©alitĂ© ça donne autre chose.

Crit’air la vignette qui dĂ©fie la logique

Pour dĂ©terminer quel vĂ©hicule pollue plus qu’un autre l’État met en place un arrĂȘtĂ© fixant des vignettes Crit’air allant de 1 Ă  5. Sur le papier plus vous ĂȘtes proche de 1 moins votre vĂ©hicule pollue, si vous ĂȘtes proche de 5 vous ĂȘtes un mĂ©chant pollueur qui ferait mieux d’aller s’acheter une nouvelle caisse.

Ce qui dĂ©termine la couleur de votre vignette c’est soit l’annĂ©e d’immatriculation de votre vĂ©hicule soit, s’il en a une, sa Norme Euro qui est une limite max de polluant rejetĂ©s autorisĂ©s pour les vĂ©hicules neufs.

ConcrĂštement ça veut dire qu’un.e cadre dynamique qui paie son abonnement Ă  Indigo Vinci Parking pour garer son SUV Peugeot 2008 devant chez ellui au Chalet et qui va au travail avec son 4×4 tous les jours aura une vignette Crit’air 1 couleur mauve comme les violettes alors qu’un.e prolo lambda avec sa twingo diesel de 97 qui habite en pĂ©riphĂ©rie et qui utilise ellui aussi tous les jours sa caisse pour bosser aura une vignette Crit’air 5 couleur marron comme le caca et sera donc interdit de venir nous polluer le centre-ville.

C’est validĂ© par les pollueurs

Comme d’habitude ça vaudrait le coup de creuser un peu les normes « objectives Â» qui font les vignettes Crit’air. Ces indicateurs sont des seuils, la Norme Euro ou le WLTP (acronyme : on s’en tape), ils sont citĂ©s comme des bases solides par les dĂ©cieur.euses pour justifier leurs nouvelles politiques. Mais, comme nous le savons, pour Ă©laborer ces normes les puissants activent leurs pouvoirs et les industriels leurs armĂ©es de lobbyistes dans un but unique : continuer Ă  vendre leur merde sans qu’on les fasse chier.

On pourrait remettre en question la logique de seuil qui ne prend pas en compte les facteurs de pollutions croisĂ©s, qui ne sont mĂȘme pas fixĂ©s au mĂȘme taux si on est l’OMS ou l’UE. On pourrait aussi questionner notre confiance envers les riches fabricants de voitures qui aprĂšs avoir truquĂ© des moteurs dans le scandale du DieselGate [6] continuent de tricher en gonflant leurs chiffres d’émission de CO2 par voiture neuve pour ce faire moins chier par la suite quand l’UE leur demandera de baisser les Ă©missions de leurs vĂ©hicules. [7]

Ce qu’on constate en tout cas c’est que mĂȘme avec des millions de morts humaines et sans parler de la mort des autres animaux, on ne remet jamais en question l’usage et la production de la voiture individuelle.

Prendre la rocade pour contourner les riches

Pour sauver la planĂšte Toulouse aka les gĂ©nies de l’écologie urbaine ont donc dĂ©cidĂ© de progressivement dĂ©gager les vielles voitures du centre-ville. Sur le site de la Mairie on peut lire : Â« Effet immĂ©diat attendu : une baisse des Ă©missions de polluants dans les zones les plus peuplĂ©es (420 000 habitants vivent dans ce pĂ©rimĂštre). Â».

Autre effet immĂ©diat pas annoncĂ© mais bien attendu : une intensification du trafic sur le pĂ©riphĂ©rique. On dĂ©place le problĂšme pour qu’il tourne autour des 420 000 gens. Il touchera donc plus intensĂ©ment les habitant.es de la pĂ©riphĂ©rie loin des bourgeois des quartiers chics.

En plus de crĂ©er des bouchons la ZFE va construire une nouvelle barriĂšre entre le centre-ville et la banlieue, le message est clair : les voitures qui puent du cul c’est plus loin.

Incitation à la consommation, désastre écologique

Une fois que les prolos auront rĂ©alisĂ©.es qu’ielles ne peuvent plus aller au boulot en caisse, la seule solution qui leur reste c’est de la jeter et de s’endetter pour en acheter une nouvelle. LĂ  par contre l’État Ă  tout prĂ©vu : prime Ă  la casse avec gros chĂšques pour acheter des voitures Ă©lec. C’est connu les smicards on que ça Ă  foutre de changer de voiture en s’endettant pendant 15 ans alors que leur vielle voiture marche trĂšs bien.

En plus d’obliger les plus pauvres Ă  payer encore et toujours plus, cette solution est un dĂ©sastre Ă©cologique. Spoiler alert : acheter une voiture neuve c’est pas Ă©colo, mĂȘme si elle a une Ă©tiquette verte A+ collĂ© sur la portiĂšre. La construction de millions de voitures dans le monde est Ă  l’origine d’une importante pollution de l’air, de l’eau, des sols et dĂ©truit des hectares d’habitats naturels. [8]

Quand on rĂ©flĂ©chit aux enjeux actuels que sont le rĂ©chauffement climatique et la destruction de la biodiversitĂ©, il est important de penser Ă  Ă©chelle globale. RĂ©duire en dĂ©chets une voiture qui marche ou l’envoyer rouler en Afrique pour en acheter une neuve qui pour ĂȘtre « propre Â» chez nous devra polluer les quatre coins de la planĂšte, c’est dĂ©bile.

En prenant du recul on peut aussi dire qu’actuellement, des vendeur.euses de machines arrivent à nous faire croire qu’en achetant des nouvelles machines on va sauver la planùte.

Des nouvelles caisses et des amendes : c’est bon ça !

Du coup, Ă  part remplir le centre-ville de voitures neuves et mettre des amendes aux pauvres gens qui auront pas l’envie et les moyens de changer de caisse on va pas chercher plus loin. La pollution de l’air a qu’à bien se tenir !

Aucune remise en question de la place que prend la voiture dans la ville vu qu’elles seront toujours lĂ . Pas d’initiatives plus flagrantes que ça concernant les pistes cyclables mĂȘme si quand on les Ă©coute la Mairie ils sont au top sur les transports et le vĂ©lo. Pour info : actuellement prendre le vĂ©lo Ă  Toulouse c’est respirer des gaz d’échappements et frĂŽler la mort de maniĂšre quotidienne. De plus les transports en commun ne permettent pas aux gens d’aller au travail autrement qu’avec leur voiture.

Ils nous Ă©tranglent pour qu’on respire mieux

Comme d’habitude quand il s’agit de question de santĂ© publique et de destruction du vivant la seule rĂ©ponse du systĂšme capitaliste extractiviste c’est de pousser les prĂ©caires Ă  l’endettement pour consommer et produire toujours plus. Quand on parle de vie humaine ils nous inventent de fausses solutions bonnes qu’à rebooster le PIB.

C’est pas avec leurs idĂ©es Ă  la con, qu’on va arriver Ă  se protĂ©ger les toulousain.es et les autres millions de gens qui meurent prĂ©maturĂ©ment tous les ans dans le monde. Diviser notre classe Ă  coup de vignettes et de voitures neuves ne rendra pas les villes vivables.

Pour conclure on peut dire que les deux objectifs de la ZFE sont de dĂ©gager les prolos du centre-ville de Toulouse et de les endetter pour qu’ielles achĂštent des voitures neuves aux riches qui visiblement dĂ©cident de comment on doit se dĂ©placer dans la citĂ©.

Tout ça sans nous demander ni oui ni merde en se basant sur le triptyque gagnant caméra, amende, flic.

√ Pour aller plus loin, pour se mobiliser et s’organiser : SIGNE LA PETITION ! √

On se laissera pas faire ZFE : pied bouche.




Source: Iaata.info