Avril 11, 2020
Par Indymedia Nantes
134 visites


Depuis ce qu’il reste de la Zad, c’est le silence. Pas un mot sur ces expulsions sur les rĂ©seaux sociaux sur lesquels iels publient rĂ©guliĂšrement, pas un mot sur le site de la Zad, ni sur les sites de leurs alli·e·s. J’ai longtemps hĂ©sitĂ© avant d’Ă©crire moi-mĂȘme quelque chose sur ce douloureux anniversaire; C’est ce silence qui me fait passer le pas.

MalgrĂ© les encouragements des camarades, je n’ai toujours pas rĂ©ussi Ă  Ă©crire sur ce qu’il s’est passĂ© depuis l’abandon du projet d’aĂ©roport. En janvier 2018, ça faisait bien longtemps que les stratĂ©gies politiciennes, les alliances et petites nĂ©gociations avec les autoritĂ©s – qui ont commencĂ© bien avant la “victoire”- me donnaient la nausĂ©e. L’expulsion de la route des chicanes par une partie du mouvement a atteint pour moi un point de non retour et a signĂ© la fin de la Zad. Les nĂ©gociations d’une partie du mouvement et la normalisation de la Zad ne sont que la suite logique de ce qui se profilait depuis quelques annĂ©es dĂ©jĂ .

Comme il m’est toujours douloureux d’ecrire, je laisse la parole Ă  Klaxon pour la lecture d’un texte de 2017 : “ça y est, on a gagnĂ© !”

https://zad.nadir.org/spip.php?article6143

L’image ci-dessus provient du nouveau facebook de la zad et a Ă©tĂ© postĂ©e hier. Elle constitue une magnifique façon d’illustrer ce texte.

Force et courage aux camarades parti·e·s aux 4 coins du monde, Ă  celles et ceux qui continuent Ă  lutter contre la normalisation lĂ -bas ! 

L’anti monde ou rien.




Source: Nantes.indymedia.org