La question des migrants n’est pas un “dérivatif”