Janvier 17, 2022
Par Attaque
239 visites

Act for freedom now! / lundi 17 janvier 2022

Insurrection, leçon n°1 : ou pourquoi nous avons détruit un distributeur automatique de billets et un distributeur de tickets.
Pour la journée ACAB (13.12), nous avons décidé de tuer les flics dans nos têtes et de briser l’illusion d’ordre et de paix diffusée par l’autorité.

Du coup, nous avons détruit un distributeur de billets et un distributeur de tickets*. Les écrans ont été brisés et le reste a été collé avec de la mousse expansive.
Nous n’avons pas détruit ces objets pour protester ou demander quelque chose maintenant, mais parce que c’était relativement facile et peu risqué. Nous voulons apprendre la façon d’attaquer ce monde de merde, pour pouvoir l’emmerder encore plus à l’avenir.

Et nous sommes entourés par une multitude de cibles potentielles – des centaines d’écrans à péter, des milliers de caméras à casser ou un tas de verre à briser. Nous sommes entouré.e.s d’occasions de nous battre et d’apprendre. Nous pouvons prendre pour cible le monde qui nous entoure tout entier, car il est construit pour nous contrôler et nous dominer. Aujourd’hui, le pouvoir ne siège pas au parlement ou dans les conseils d’administration des entreprises – le pouvoir est partout autour de nous. Le pouvoir ce sont les caméras, les distributeurs automatiques de billets, les postes de police et les pylônes de télécommunication.

Cela signifie que son impact est à la fois plus fort et plus difficile à percevoir. Mais cela signifie aussi que c’est plus facile de le frapper, car où que nous soyons, il est à porté de nos mains – ou d’un marteau. Peu importe où nous le frappons, le pouvoir le ressentira.

Même si notre action est relativement petite (du moins en termes de niveau des dégâts et des cibles choisies), de telles expériences sont inestimables et bouleversent la réalité. Désormais, nous la regardons non plus comme des citoyen.ne.s, mais comme des combattante.e.s de la guerrilla, et ce n’est que le début.

Ce que nous avons fait est une expression de solidarité et un signal à toutes les personnes qui luttent aussi, dans ce monde. C’est une étincelle à partir de laquelle un feu peut naître. C’est aussi un message à tou.te.s celles/ceux qui, comme nous, veulent briser ce qui les détruit et les contrôle. Prenez ce que vous pouvez et expérimentez les possibilités qui nous entourent tou.te.s.

Il n’y a toujours qu’un pas avant l’insurrection.
La chose la plus importante est de commencer.
Rencontrez-vous et amusez-vous.

* La destruction du distributeur de tickets n’est d’aucune manière liée à la
« campagne » (encore ?) menée par la FA (Fédération Anarchiste) locale, « transports publics gratuits ». Il s’agir d’un projet réformiste qui n’a rien à voir avec l’anarchie, ni avec les luttes intestines. Et on voyage toujours gratos.




Source: Attaque.noblogs.org