Avril 23, 2021
Par Les mots sont importants
152 visites


De nombreuses voix se sont Ă©levĂ©es contre l’actuelle opĂ©ration mĂ©diatique lancĂ©e par MarlĂšne Schiappa et ceux que Jean BaubĂ©rot a appelĂ© « les ripoux de la laĂŻcitĂ© Â». Ce coup d’État symbolique, qui tente de parachever la rĂ©volution conservatrice initiĂ©e en 2004 autour d’un principe prĂ©cieux, mais vidĂ© de son sens (ou pire : subverti), a fait l’objet d’un communiquĂ© de dĂ©saveu, signĂ© par l’essentiel du mouvement social, syndical et associatif laĂŻque, et pourtant Ă©trangement passĂ© sous silence dans les grands mĂ©dias : « Ă‰tats gĂ©nĂ©raux e la laĂŻcitĂ© : pourquoi maintenant, et pour qui faire ? Â». AprĂšs la dissolution du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), voici donc que des États gĂ©nĂ©raux sont convoquĂ©s, dans la plus grande opacitĂ©, sous l’égide d’Henri PĂ©na-Ruiz, connu pour avoir jugĂ© spirituel de clamer son « droit Ă  ĂȘtre islamophobe Â» (avant de se rendre sur CNews pour discuter avec Éric Zemmour, au lendemain de ses pires dĂ©clarations racistes), et de Caroline Fourest, qui s’empresse de criminaliser le mot islamophobie comme jamais il ne l’avait Ă©tĂ©, en dĂ©clarant en toute simplicitĂ© – et en toute indĂ©cence â€“ que c’est ce mot qui a tuĂ© les dessinateurs de Charlie. La ligne politique semble claire ; reste une question, qui devrait aller sans dire, mais apparaĂźt pour le moins brouillĂ©e : celle de la qualification politique d’une telle orientation.


Caroline Fourest et Henri PĂ©na Ruiz insistent beaucoup sur ce point : ils sont de gauche. ProfondĂ©ment, viscĂ©ralement. Et rĂ©publicains. Et fĂ©ministes, pro LGBT.

Cela Ă©tant posĂ©, ils accourent au service du pouvoir de droite le plus autocratique, monarchique, pour ne pas dire versaillais, qu’on ait connu sous la pourtant trĂšs monarchique cinquiĂšme rĂ©publique, au service d’un prĂ©sident qui gouverne seul, dans le secret, qui n’a de cesse de thĂ©oriser le « manque de roi Â», la « verticalitĂ© Â», le « jupitĂ©rianisme Â», de copiner avec De Villiers et Valeurs actuelles, et de rĂ©habiliter un monarchiste d’extrĂȘme droite comme Maurras ou un empereur belliciste, antisĂ©mite et esclavagiste comme NapolĂ©on

Ils accourent au service d’un ministre de l’IntĂ©rieur nommĂ© Darmanin qui s’est formĂ© politiquement dans le girons de l’extrĂȘme droite monarchiste (l’Action française, fondĂ©e par ledit Maurras) et de la modĂ©rĂ©ment rĂ©publicaine et excessivement homophobe « Manif pour tous Â».


Henri PĂ©na Ruiz, qui aime rappeler son matĂ©rialisme, son identitĂ© marxiste, son attachement Ă  la justice sociale, vient servir le gouvernement le plus ultralibĂ©ral et antisocial qu’on ait connu, qui, aprĂšs avoir dĂ©mantelĂ© les retraites et le service public d’éducation, gĂšre l’épidĂ©mie de maniĂšre cynique en laissant crever les gens sans le moindre geste politique d’ampleur, notamment en faveur des soignants (6Ăšme puissance Ă©conomique mondiale, 100000 morts).

Caroline Fourest, qui aime rappeler son identitĂ© fĂ©ministe, accourt au service d’un ministre de l’intĂ©rieur ayant fait l’objet de plusieurs enquĂȘtes pour viol ou abus sexuel – et ayant reconnu comme un simple Ă©cart de « vie de jeune homme Â» le monnayage d’un coups de pouce d’élu contre des services sexuels.

La mĂȘme Caroline Fourest, qui aime se prĂ©valoir de ses engagements de jeunesse en faveur des droits Ă©gaux pour les homosexuel.le.s, accourt au service d’un ministre qui fut, on l’a dit, un fervent de la Manif pour tous, qui fut aussi l’homme de main d’un des plus fĂ©roces homophobes de France (Christian Vanneste), et qui se prĂ©senta aux avant-derniĂšres Ă©lections municipales en jurant fiĂšrement, et cela aprĂšs le vote de la loi de la RĂ©publique instaurant le mariage pour tous, que jamais il ne cĂ©lĂ©brerait de mariage entre deux hommes ou entre deux femmes.


C’est tout de mĂȘme un peu bizarre, non ?




Source: Lmsi.net