Mai 15, 2021
Par CRIC Grenoble
298 visites


Aux personnes qui, quand un chien aboit pour une raison que eux humaines, ne comprennent pas, l’excite en lui demandant d’aller voir.

La plupart du temps ce que vous faites ne fera que lae renforcer dans son comportement.

Le valider en lui apportant une attention positive ne va pas l’aider a ĂȘtre moins stressĂ© par les diffĂ©rents Ă©vĂ©nements du quotidien. La mĂ©thode de communication que pleins utilisent dans nos scenes ( quitte a s’approprier une langue, autant le faire correctement, et j’parle pas d’ortographe !) envers les chiennes est, j’observe, totalement calquĂ© a celle qu’iels utilisent avec les humains.

Le problĂšme est plus dans le fait qu’aels oublient souvent qu’un chien na pas les mĂȘmes perceptions qu’un humain. Autant aux niveau sensoriel que cognitif. On leur enlĂšvent leur identitĂ©, en s’imaginant que bien traiter un autres ĂȘtre vivant c’est le traiter comme un humains.

J’aimerais voir des humaines qui cherchent a se renseigner sur les particularitĂ©s des autres plutĂŽt que celles qui dĂ©termine et juge sans les prendre en compte.

Reproduire le comportement qu’on aurait avec une petites personnes (Dans le sens « mainstream Â») du therme.sur un autres type d’ĂȘtre, pourrait mĂȘme tenir d’une forme de paternalisme.

Mais pour moi le pire est encore que souvent, l’humains sait que pour qu’un chien comprennent, il faut le dominĂ©.

Car les chiens vivaient dans une meute hierarchisĂ©, y’a plus de 2000 Ă  10 000ans.

Et biensure, la domestication depuis toutes ces annĂ©es n’a aucune consĂ©quence sur nos potes les canidĂ©s. Y sont bien trop con pour s’adapter voyons, c’est pas des humains ! La fine fleur de l’évolutions ! Le divin !

J’espĂšre que vous entendrez le sarcasme dans ses propos. Une espĂšces qui arrive a trouver le moyen de dĂ©truire l’éco-systĂšme dans lequel elle Ă©volue n’est pas ce que j’appellerai la plus « Ă©voluĂ© Â» .

Bref, les ienchs.

J’en ai marre que des personnes se donne le droit d’ĂȘtre maltraitant. Qand t’essaye de lancer un dĂ©bat la dessus, la rĂ©ponse reste souvent la mĂȘme. Celle qu l’On doit ĂȘtre lae maitre du chien. Le besoin des chiennes, c’est d’avoir un maton.

Mais j’aimerais comprendre certaines choses. Du style : Est ce que c’est spĂ©ciste d’avoir une aproche tĂ©horique biologique des espĂ©ces ? Ou est ce que c’est le fait de transformer cette approche en une forme de discrimination ?

En tous cas, je ne vois pas pourquoi la forme de cohabitation entre nos deux Ă©speces devrait ĂȘtre hiĂ©rarchique. En quoi dites moi, toutes vos interpretations liĂ© a la « domination Â», peuvent ĂȘtre valider. Apparament simplement par consensus. C’est vrai que dans une sociĂ©tĂ© hĂ©tero-patriarcal, adopter un consensus liĂ© a la domination n’est pas nouveau*. Et j’suis pas en train de dire que vous voulez hierarchisĂ© nos relations, (mĂȘme si de fait j’pense qu’elles le sont *1).

Ce que je montre du doigt c’est que vous considĂ©rez que EUX fonctionne avec la hierarchie des humanoides. Enfin celle qu’on a dĂ©cidĂ© de leur attribuer.

*1 En europe de l’ouest, on a tendance a forcer les canidĂ©s a rester enfermĂ© dans des appartements, a sortir a nos heures, a manger ce qu’on dĂ©cide qu’iels mangeront, quand sortir pisser et chier, promener. MĂȘme a la campagne. On determine d’un lieu de chasse ou de jardin, d’un type de nouriture. Et je vous parle pas des « chiens de chasse Â». Pas tous. Mais ceux enfermer dans des cages a peine plus haute qu’eux, a plusieurs. Toute l’annĂ©e, sauf pendant la chasse. Ou ceux qui, fidĂ©le objet dĂ©coratif et utile de la maison, telle une cloche ou une alarme, passe leur vie avec 3 mĂštre de chaines et 1 jours de liberation par semaine. Quel bagne ! Si je dĂ©crivais chaque situations de maltraitance, se texte ne finirai simplement pas, et serait bien trop lourd a lire.

La lutte anti-spĂ©ciste, pour les gentes, n’est pas primordial. Elle n’est pas social. Elle ne touche pas aux quotidiens des personnes. Vu que ce ne sont pas des chiennes.

Mais pour moi c’est important. Et j’en peux plus de vous. Vous qui vous identifiez qu’a vos propres souffrances. Vos luttes sont vos souffrances, OK, un petit geste de solidaritĂ© avec les autres ca vous dirait pas ? Ou juste y penser dans vos tĂȘtes c’est suffisant, ca nĂ©cessite rien de plus.




Source: Cric-grenoble.info