Juin 1, 2021
Par Paris Luttes
330 visites


150 ans de la fin de la Semaine Sanglante

Une manif Ă©tait prĂ©vue de longue date, samedi 29 mai 2021, pour « commĂ©morer Â» les 150 ans de la fin de la Semaine Sanglante.

Bon dĂ©jĂ , petit rappel pour que les choses soient claires : les commĂ©morations, la martyrologie, la musĂ©ification des luttes, le culte des morts, c’est de la merde. Mais il faisait beau et WikipĂ©dia rappelle que les rayons ultraviolets UVB du soleil permettent de synthĂ©tiser la vitamine D3 Ă  partir 7-dĂ©shydrocholestĂ©rol donc ça peut pas faire de mal de se dĂ©confiner un peu, hors de nos grottes.

ArrivĂ©s avenue de la RĂ©publique, premier constat : il y a beaucoup de monde. DeuxiĂšme constat, il y a vraiment beaucoup de vieux. On a rien spĂ©cialement contre les cheveux blancs mais, lĂ , c’était limite inquiĂ©tant. Si la pyramide des Ăąges de cette manif Ă©tait reprĂ©sentative de la population, alors c’est sĂ»r, c’est bientĂŽt l’extinction. Plus sĂ©rieusement, la jeunesse avait visiblement mieux Ă  faire qu’aller chanter au PĂšre-Lachaise et prendre en photo la moindre banderole, pancarte ou costume d’époque et on peut la comprendre.

Exceptions notables, quelques cortĂšges un peu plus rafraĂźchissants : un en soutien aux exilĂ©s italiens et contre la vengeance d’État (on a dĂ©celĂ© quelques insultes destinĂ©s aux keufs mais il va falloir travailler notre italien pour mieux les saisir la prochaine fois), un cĂ©lĂ©brant l’arrivĂ©e des zapatistes, et quelques cortĂšges dissĂ©minĂ©s, un peu plus Ă©nergiques avec le folklore CNTFA-antifa et des slogans un peu pĂ©tĂ©s mais efficaces : « Macron, Thiers, mĂȘme combat Â» et quelques chants contre les Versaillais. Et puis l’habituelle fanfare invisible Ă©tait plutĂŽt sympathique.

D’autres camarades nous rejoignent et se font les mĂȘmes remarques : « elle est un peu chiante cette manif Â». Ben oui, il fallait vraiment la prendre comme une ballade sous le soleil et rien de plus.

Assez vite, dĂ©cision est prise de commencer l’apĂ©ro, les terrasses sont dĂ©jĂ  bien remplies, il est 16h et le soleil tape bien.

La contre manif des cathos intégristes en plein Ménilmontant

C’était sans compter sur la contre-manif procession des cathos intĂ©gristes… Bien Ă©videmment pas lĂ  pour commĂ©morer les 15 000 fusillĂ©s ou disparus de la Semaine Sanglante mais les dizaines d’otages (religieux et gendarmes pour ceux de la rue Haxo) exĂ©cutĂ©s par les communards dans la stratĂ©gie de terre brĂ»lĂ©e qui a clĂŽturĂ© la terrible rĂ©pression. [1]

Oui, on en est lĂ , c’est pas des conneries… des cathos intĂ©gristes organisent une procession en passant en plein dans le boulevard MĂ©nilmontant, 150 ans, quasi jour pour jour, aprĂšs la fin de la Semaine Sanglante. La prĂ©fecture de Police a dĂ» se dire que c’était une bonne idĂ©e, elle, si apte Ă  interdire les manifs ces derniĂšres annĂ©es, selon les bons vouloirs des princes au pouvoir.

Un article rĂ©cent de ces trous du cul de Charlie Hebdo (mais qui ont au moins le mĂ©rite de ne pas faire de compromission dans leur anticlĂ©ricalisme) rappelait que :

N’empĂȘche, ces initiatives tout au long de la semaine sanglante interpellent et en Ă©tonnent certains, mĂȘme parmi les historiens. Car, cette mĂ©moire « versaillaise Â» selon les termes d’Éric Fournier, maĂźtre de confĂ©rences en histoire Ă  Paris I PanthĂ©on-Sorbonne est habituellement plutĂŽt le fait « de la France ultra-catholique Â». Et ce spĂ©cialiste de la Commune de rappeler que « mĂȘme lors du Centenaire de 1971, l’archevĂȘque de Paris avait opposĂ© une fin de non-recevoir Ă  l’extrĂȘme droite qui rĂ©clamait une messe solennelle Â» pour commĂ©morer les ecclĂ©siastiques tuĂ©s en 1871. D’ailleurs, sur le site de l’extrĂȘme droite catholique Riposte catholique, « le portail de la rĂ©information catholique au quotidien Â», on commĂ©more non pas « les martyrs Â» mais « les massacres de la Commune Â». À sens unique.

Personne Ă©videmment dans le quartier (y compris nous) ne semblait au courant de cette procession contre-manif : les badauds, la population en terrasse, tout le monde semblait hallucinĂ© par ce triste spectacle. Il Ă©tait impossible de ne pas rĂ©agir et de laisser se tenir une telle provocation. On a donc fait avec les moyens du bord : quelques jets de dĂ©chets, de poubelles. On les a copieusement insultĂ©s, sifflĂ©s, on leur a piquĂ© quelques banniĂšres de procession. On en a fait fuir certains. Quelques coups ont Ă©tĂ© Ă©changĂ©s des deux cĂŽtĂ©s. On s’est mangĂ© un peu de lacrymo dans la gueule, de la part d’un flic qui paniquait un peu et distribuait gĂ©nĂ©reusement. La BRAV est intervenue. Elle a accompagnĂ© les cul-bĂ©nis qui tournaient du boulevard MĂ©nilmontant vers la rue MĂ©nilmontant.

Un peu plus haut, la librairie le Monte-En-L’Air, qui accueillait Ludivine Bantigny pour parler de la Commune, s’est retrouvĂ©e nassĂ©e par les flics pendant 1h.

Un autre groupe de manifestants, en soutien Ă  la librairie a permis de faire arrĂȘter cette honteuse procession qui ne visait qu’à la provocation. Apparemment le cortĂšge des cathos intĂ©gristes aura dĂ» faire demi-tour et n’aura pas pu aller jusqu’à Notre-Dame-des-Otages, rue Haxo.

Il est invraisemblable que l’extrĂȘme-droite prĂ©tende maintenant Ă  une simple procession religieuse sans connotation politique. DĂ©cidĂ©ment… Quelle mauvaise foi !

  • cĂ©lĂ©brer la mĂ©moire de quelques dizaines de morts plutĂŽt que celle des 15 000 autres parisien.ne.s massacrĂ©.e.s est un choix politique (dĂ©gueulasse Ă©videmment) ;
  • cette cĂ©lĂ©bration est une demande de l’extrĂȘme-droite qui ne date pas d’hier ;
  • l’extrĂȘme-droite ne supporte pas l’hĂ©ritage que la commune de Paris a lĂ©guĂ© dans la mĂ©moire du mouvement ouvrier et se livre, avec un certain succĂšs, Ă  une bataille des mĂ©moires ;
  • l’extrĂȘme-droite catholique ne supporte particuliĂšrement pas la sĂ©paration de l’église et de l’État de 1905 et et ne pardonne pas aux communard.e.s d’avoir dĂ©crĂ©tĂ© cette sĂ©paration (bien avant donc qu’elle ne soit appliquĂ©e).

MĂȘme sans ĂȘtre fan des commĂ©morations et autre folklore militant, qu’un cortĂšge de cathos intĂ©gristes puisse avoir l’idĂ©e de venir provoquer en plein MĂ©nilmontant, pour les 150 ans de la Commune de Paris, est trĂšs inquiĂ©tant. Re-saisissons-nous et dĂ©gageons systĂ©matiquement tous ces connards.

Aujourd’hui spĂ©cialement,

Vive la Commune, Aux chiottes toutes les religions.

Gloire à Satan, Nique les cul-bénits, les fafs et les Versaillais.

Des communistes athés




Source: Paris-luttes.info