Juin 27, 2020
Par Rennes Info
245 visites


Après plus de 4 ans d’instruction, la justice décide d’un non-lieu pour le ou les auteurs du tir de LBD 40 (Flash-ball) qui avait éborgné un étudiant le 28 avril 2019 lors des manifestations contre la « loi travail » à Rennes.

En règle générale, lorsqu’il s’agit de poursuivre un manifestant pour outrage, rébellion, ou pour jet de projectile, c’est la comparution immédiate pour celui-ci et la condamnation déjà pré- établie sur la base de rapport de policiers…

4 ans pour ne pas trouver l’auteur du tir du LBD 40 entrainant de graves blessures… Il faut le faire ! Ce 28 avril 2016, il y a d’ailleurs plusieurs blessés et notamment des syndicalistes qui n’ont d’ailleurs jamais été entendus dans cette affaire.

Pour sa part, le syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine était participant à cette manifestation et a subi les violences de la part de la compagnie départemental d’intervention (CDI).

Ce 28 avril 2016, il est clairement établi que c’est compagnie départementale d’intervention qui a chargé la manifestation sur les quais dans un premier temps et qui a ensuite tiré au LBD 40 sur le cortège étudiant qui se repliait sur la passerelle enjambant la Vilaine.

Ce cortège étudiant ne représentait aucune menace pour les policiers de la CDI lorsque les tirs ont eu lieu. L’emploi du LBD 40 était donc totalement injustifié.

C’est d’autant plus vrai que le préfet de région, M. Strozda intervenant en fin d’après midi ce 28 avril 2016 au côté de la Maire de Rennes affirmait qu’il n’y avait eu aucun tir de LBD à l’encontre des manifestants !

POURQUOI NE PAS POURSUIVRE LES DONNEURS D’ORDRE ??

La défense des institutions policières est assez pitoyable puisqu’elle consiste à tout faire pour ne pas identifier l’auteur du tir qui a éborgné Jean François.

Si lors des manifestations, les policiers ont un flair exceptionnel pour repérer à l’intérieur de plusieurs milliers de personnes l’auteur de faits délictueux, ils sont incapables de savoir qui fait quoi dans leurs propres rangs !

Le prétexte ? Il y aurait eu ce 28 avril 2016, 2 porteurs de LBD 40 en position de tir susceptible d’atteindre l’étudiant qui se trouvait à plus de 35 mètres…

A supposer que ce soit vrai, ce qui n’est guère rassurant, il est dès lors très facile d’impliquer celui qui était le donneur d’ordre sur le terrain, celui qui a positionné les porteurs de LBD 40, celui qui a donné l’ordre de tirer…., ordre que nous considérons comme illégal.

Le syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine n’acceptera jamais que le simple fait de participer à une manifestation se termine par une infirmité permanente.

Le syndicat SUD-PTT d’Ille et Vilaine n’acceptera jamais que de telles blessures soient la conséquence d’une prétendue malchance ou du hasard.

Rennes le 27 juin 2020

Le secrétaire départemental adjoint

S. Bourgin




Source: Rennes-info.org