Violences policières face au mouvement social : une bande armée s’attaque à des mineurs, un blessé au visage

Ce vendredi 6 décembre, vers 8h, des adultes armés, représentant l’autorité publique, se sont attaqués « en bande » à des mineurs en plein centre de Lyon.

Devant le lycée Ampère-Saxe, alors que les lycéen·nes s’organisaient politiquement en bloquant leur lycée pour appeler à rejoindre la manifestation retraite, la police est arrivée avec l’envie d’en découdre.

Ces adultes armés ont chargé brutalement de jeunes lycéen·nes.

Une élève a été molestée, giflée et insultée entre deux camions des forces de l’ordre pendant 30 minutes, elle a dû consulter un médecin par la suite. Un groupe de lycéen·nes a été victime de tirs de gaz lacrymogène dans une cage d’escalier où elles et ils s’étaient réfugié·es.

Un élève de seconde âgé de 15 ans a été blessé par LBD au visage. Il a été hospitalisé à l’hôpital mère-enfants.

Un enseignant s’est immédiatement mis en grève. 

Ce n’est pas la première fois que la police s’en prend aussi violemment à des mineurs à Lyon et en France :

Il y a un an, un autre lycéen de quinze ans a été grièvement blessé à l’œil par un tir de LBD dans des circonstances similaires (mobilisation de lycéen-nes).

A Paris, ce 4 décembre, dans un contexte d’appel à blocage contre la précarité étudiante, une voiture de police a écrasé le pied d’une lycéenne. 

Il n’est pas possible que, dans un état de droit, les forces de l’ordre puissent s’attaquer ainsi à des mineurs, les viser au visage impunément et en toute indifférence.

Le comité de liaison de Lyon contre les violences policières se joint à l’AG intersyndicale éducation de vendredi 6 pour appeler à un rassemblement lundi 9 décembre 2019 devant le lycée Ampère-Saxe, en soutien aux élèves/personnels et contre la répression policière.

Nous nous joignons à leur demande pour une réaction forte des institutions de l’éducation nationale (rectorat, direction du lycée…) et de l’État (la préfecture) face à un tel acharnement sur des mineurs.  

Pour faire connaitre des informations liées à des violences policières, merci de nous écrire à [email protected]


Article publié le 12 Déc 2019 sur Rebellyon.info