Avril 4, 2020
Par Marseille Infos Autonomes
23 visites


« Vidéo – La Penne-sur-Huveaune : une enquête IGPN ouverte après des violences policières présumées ». C’est ainsi La Provence titre l’article dans lequel on voit distinctement un homme se faire frapper à coups de poing et de gazeuse, puis se faire gazer dans sa voiture. La scène s’est déroulé lundi 31 mars lors d’un contrôle routier. Mais selon la Provence, les violences sont « présumées ».

Très vite, la tension monte. Le conducteur aurait insulté les policiers et leur aurait craché dessus avant que les fonctionnaires ne ripostent. Lors de son audition, le mis en cause a “reconnu que son langage et son attitude n’étaient pas très adaptés”, a précisé la procureure de la République de Marseille, Dominique Laurens.

Riposte, vraiment ? Sans même parler de se faire bastonner pour un crachat (selon la police, on ne connaîtra évidemment pas la version de la victime de l’agression policière), selon la réglementation la gazeuse n’est sensé être utilisé qu’en cas de menace pour l’intégrité physique du policier. Pas vraiment le cas en l’occurrence. Mais « le mis en cause a “reconnu que son langage et son attitude n’étaient pas très adaptés” ». Lequel, la personne qui s’est retrouvée en garde à vue ou le flic qui l’a frappé ?

Les seuls éléments manquant dans le traitement de cet info par la complaisante Provence sont les habituelles « l’individu est connu des services de police », les invérifiables « menaces de morts », et bien sûr le fait que c’est la personne roué de coups qui aurait agressé les policiers. Mais vous pouvez trouver tout ça sur Actu17.fr…




Source: Mars-infos.org