Arton4318-42646-medium
cvj31

Comme toutes les histoires de “violences inter-quartiers” ou “inter-communautés”, les événements de Dijon et Nice nous obligent à prendre le temps de réfléchir entre habitant.e.s de ces quartiers et membres de ces communautés.
Les images de ces scènes ont été instantanément instrumentalisées par l’extrême-droite et la police pour accuser un prétendu laxisme de l’État face au « communautarisme », à la « délinquance » et à « l’immigration ». Et toute une partie de la classe politique profite de ce désastre pour attaquer le mouvement contre les violences policières et le racisme d’État, en prétendant que la police – une police forte, lourdement armée – serait la solution à ces événements.

Mais cette police, comme toujours, vient dans les quartiers pour humilier, tabasser, emprisonner, mutiler ou tuer. Ces violences frapperont les habitant.e.s en général et renforceront encore ces mêmes logiques qui aboutissent à remplir les prisons. Envoyer le Raid à Dijon montre qu’une même mécanique reste à l’œuvre : considérer des populations en danger comme des populations dangereuses. Ces instrumentalisations, tout comme le discours de Macron sur le « communautarisme » viennent mettre de l’huile sur le feu pour mieux diviser et renverser les responsabilités. On observe aussi, comme souvent dans ces cas là, l’absence de réactivité de la police censée “protéger les citoyens”, et lorsqu’ils arrivent enfin c’est souvent pour faire dégénérer les choses. On peut aussi s’étonner de la légèreté des enquêtes quand ce sont les nôtres qui sont victimes de ces violences, même quand il y a des morts. L’absence enfin de discours de soutien officiel pour les habitants de ces quartiers qui ont vécu ces drames est notable. A la question “Qui nous protège de la police ?” , on pourrait ajouter “Qui nous protège tout court ?”

Les violences entre habitants des quartiers et communautés pauvres et ségréguées, au même titre que les comportements illégaux de survie ou les trafics plus importants, reposent sur une histoire faite de précarisation, de discriminations et de répressions. Ce sont les politiques d’austérité qui poussent certains jeunes en galère à chercher à subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs proches par l’illégalité. Ces causes ont été renforcées par des politiques clientélistes et répressives à l’égard des associations, des collectifs et de toutes les formes de résistances et d’organisation des habitant.e.s des quartiers populaires. Ce sont pourtant ces dynamiques autonomes qui fleurissent dès qu’on les laisse se déployer et qui sont susceptibles de réparer les injustices entre habitant.e.s, d’aider à se parler, à reconstruire, à dépasser, à réparer les fautes et les erreurs. Mais la police, elle, ne fera qu’empirer les choses, comme toujours. Nous ne voulons pas avoir à choisir entre la mort des mains des nôtres ou la mort des mains de la police.

Face aux “violences inter-quartiers” ou “inter-communautés” tout comme face aux violences policières et au racisme d’État, l’histoire a montré qu’il nous faut nous organiser par et pour nous-mêmes. Il nous faudrait réussir à reconstruire des réseaux et des moyens pour une éducation populaire émancipatrice, reprendre des lieux pérennes pour s’organiser et s’entraider, se réapproprier et partager l’espace public face à tous les rapports de domination. Pour nous protéger de la police et des violences entre opprimé.e.s, il nous faudrait pouvoir nous passer de la police en gérant par nous-mêmes les conflits et les violences. On ne pourra pas le faire plus mal qu’eux. Et même si ce ne sera pas facile, la situation ne peut pas être pire que d’avoir à appeler nos propres bourreaux parce que nous nous battons entre nous.


Article publié le 18 Juin 2020 sur Nantes.indymedia.org