Nous avons été informés que l’entreprise Métrorex prévoit d’annuler la convention collective en vigueur et de licencier des travailleurs, alors que le métro manque cruellement de personnel et est régulièrement confronté à des incidents de sécurité. Metrorex et le gouvernement roumain refusent d’engager un dialogue avec le syndicat des travailleurs du métro, USLM.

Nous condamnons fermement le fait que les dirigeants syndicaux soient menacés et que les travailleurs soient poursuivis en justice pour avoir participé à une manifestation spontanée en mars 2021, une réaction légitime aux menaces de perte d’emploi et de réduction de salaire. L’entreprise refuse illégalement de percevoir les cotisations des membres dans le but de vider le syndicat de toutes ses ressources, exige l’annulation de la convention collective devant les tribunaux et somme l’USLM de quitter ses locaux.

La représentation collective et la négociation collective sont des droits fondamentaux. La reprise post-pandémique doit inclure des transports publics solides, avec son personnel massivement apprécié pour son rôle. Nous soutenons les demandes des travailleurs de Métrorex :
- Abandonner les poursuites judiciaires contre les travailleurs.
- Abandonner les plans de licenciement.
- Cesser d’intimider et d’attaquer politiquement les travailleurs et le syndicat.




Source: Laboursolidarity.org