Mai 17, 2022
Par Rebellyon
208 visites

Le capitalisme influence la production de la ville dans des proportions sans doute jamais égalées. Pour mieux lutter contre, il est important de comprendre par quels processus il s’impose à nous. Présentation et discussion avec les auteurices de trois livres récemment parus. Lundi 30 mai, à l’ECG, de 19h30 à 21h30.

À l’assaut du capitalisme urbain

Ces dernières années, à Lyon comme ailleurs, « la gentrification » des villes a beaucoup concentré la critique les milieux militants. Mais cette critique est-elle à la hauteur des enjeux de l’époque ? Suffit-elle à saisir les différentes manières dont le capitalisme transforme et défigure les villes ? Permet-elle d’identifier les bons adversaires auxquels s’affronter ? À l’occasion de la parution récente de trois livres traitant des ravages causés par le capitalisme urbain, cette soirée-débat veut ouvrir la discussion sur différents aspects décisifs de la critique sociale.

En réunissant la parole des auteurices du Capital dans la cité, Au marché des métropoles et Plus vite que le cœur d’un mortel, cette soirée sera l’occasion d’explorer certains des principaux enjeux d’une réappropriation collective de nos espaces de vie. Où et par qui se décide le futur de nos quartiers ? Comment lier la ségrégation urbaine aux relations entre racisme et capitalisme ? Pourquoi la finance produit-elle des déserts urbains ? Comment subvertir la transformation marchande de la vie quotidienne ? Voilà quelques-unes des questions que pourra poser une discussion qui suit un objectif simple, mais redoutable – redoutable, mais simple : contre quoi et contre qui devons-nous lutter ?

Présentation/discussion/débat en présence de Matthieu Adam, Vincent Béal, Émeline Comby, Antoine Guironnet et Max Rousseau.

Infos pratiques

Rendez-vous à l’ECG, 45 rue Béchevelin, lundi 30 mai, à partir de 19h30.

Auto-défense sanitaire : parce qu’on préfère vivre avec nos camarades qu’avec le virus, le port du masque sera demandé pour toute la soirée.

Présentation des ouvrages

Antoine Guironnet, Au marché des métropoles. Enquête sur le pouvoir urbain de la finance, 2022, Éditions les Étaques

Chaque année, le gratin de l’urbanisme se réunit à Cannes pour le plus grand salon immobilier au monde. Quelques mois avant les stars de cinéma, promoteurs anglais, fonds de pension américains, architectes japonais et élus des métropoles françaises foulent les marches du Palais des festivals.

Mais à l’image du marché qu’il incarne, le salon déroule avant tout le tapis rouge aux grands investisseurs pour qui l’immobilier n’est qu’un placement financier. En nous plongeant dans les allées et les coulisses du Marché international des professionnels de l’immobilier (MIPIM), Au marché des métropoles donne à voir comment la financiarisation de la ville se joue à travers « l’accréditation » des territoires par les investisseurs.

Cette enquête menée entre Cannes, Paris, Londres et Lyon dévoile le rôle de la finance dans la transformation de pans entiers de nos villes. Elle constitue une contribution inédite à la critique des rouages par lesquels le capital étend son pouvoir sur nos vies quotidiennes.

Max Rousseau et Vincent Béal, Plus vite que le cœur d’un mortel. Désurbanisation et résistances dans l’Amérique abandonnée, 2021, Grévis

Ségréguée, paupérisée et vidée, Cleveland est passée du statut de métropole florissante à celui de cauchemar urbain. Massivement démolis, ses quartiers noirs sont progressivement rendus à la nature. Les conservateurs y extraient les dernières richesses tandis que racisme et austérité avancent masqués derrière des algorithmes.

De ce paysage dystopique, une vision alternative émerge pourtant : celle d’un futur agricole et coopératif. Dix ans après le crash déclenché par l’effondrement des subprimes, ce livre offre une plongée dans l’épicentre de la dernière crise globale. En donnant la parole à celles et ceux qui sont confrontés au déclin extrême, il cherche à éclairer l’Amérique urbaine abandonnée.

Matthieu Adam et Émeline Comby (dir.), Le Capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville, 2020, Éditions Amsterdam

Parce qu’il s’est immiscé dans les moindres recoins des sociétés contemporaines, le capitalisme a bouleversé le visage des villes telles que nous les connaissons. Sous son influence, les politiques urbaines sont devenues le véhicule de logiques managériales et financières qui ont conduit à l’explosion des inégalités sociales et spatiales. Reconfigurées selon des critères d’attractivité, les villes sont transformées en objets marketing à valoriser, tandis que leurs populations précarisées semblent vouées à évoluer dans un espace public toujours plus restreint et aseptisé, au fil de ses privatisations successives.

Contre une telle tendance, la présente encyclopédie propose des outils essentiels pour comprendre, penser et agir sur les transformations urbaines en cours. Les entrées qui la composent, fruits d’enquêtes menées aux quatre coins du globe, analysent les principaux enjeux auxquels sont confrontées des populations marginalisées à la fois d’un point de vue matériel et dans les processus de décisions qui affectent leur vie quotidienne. Elles dessinent une cartographie inédite de la ville du XXIe siècle, et forment une contribution essentielle à la réappropriation collective de la production de l’espace.




Source: Rebellyon.info