Novembre 3, 2019
Par Le Monde Libertaire
85 visites


Le ton nous est donné par le titre. On sait d’emblée que ça ne va pas se passer dans la haute… C’est une histoire simple chez des gens simples, une chronique lumineuse qui se passe au mitan des années 60, où une jeune femme « enquête » – au sens ou elle part en quête – sur le passé de son père qui vient de décéder, la laissant, avec son petit frère, orphelins, leur mère étant morte huit ans auparavant. Tant dans ces descriptions que dans le déroulement de l’intrigue, on sent chez l’auteur une tendresse pour ses personnages principaux comme secondaires.
Point positif, on ne ressent pas, loin s’en faut, la nostalgie de cette période et il nous épargne le « c’était le bon temps, c’était mieux avant » ! On peut également le remercier pour avoir évité le misérabilisme, et pourtant on rencontre des gens qui ne roulent pas sur l’or, c’est le moins qu’on puisse dire…
Cette recherche nous fait rencontrer des gens ordinaires, des gens du peuple et elle nous fait revivre et ressentir la vie quotidienne durant ces Trente Glorieuses – pas si glorieuses d’ailleurs pour tout le monde – peu après la Guerre d’Algérie.
C’est censé être un roman, mais on peut penser que François-Joseph Pesquet s’est appuyé sur des éléments autobiographiques qu’il a transposés cinquante ans plus tôt. Il l’avait fait pour son premier roman (Fragments de vies – Une année au purgatoire) où il s’était inspiré de son expérience (pénible et ennuyeuse) du service militaire pour raconter le spleen d’un appelé…
L’auteur est professeur de mathématiques dans un collège ordinaire. Il n’est pas à proprement parler un prolétaire mais pourtant son roman est digne de figurer dans la catégorie littérature prolétarienne !

Eric, pour la librairie l’Insoumise de Rouen

Vies croisées de gens ordinaires – François-Joseph Pesquet – Wooz Éditions – 12 € – Ce livre a été édité à compte d’auteur mais il est disponible à la librairie l’Insoumise de Rouen – 128 rue Saint-Hilaire 76000 ROUEN…




Source: Monde-libertaire.fr