327 visites

La lutte pour l’avortement est centrale dans la lutte féministe. Le droit à l’avortement et la lutte pour la réappropriation de son corps sont des prélables à l’émancipation. Dans le cadre de sa campagne fédérale pour un 8 mars 2022 de luttes, l’Union communiste libertaire a produit cinq vidéos thématiques sur les luttes antipatriarcales publiées sur les réseaux sociaux au cours des mois de février et mars 2022. Extrait.

Le patriarcat c’est l’exploitation matérielle et économique des femmes, qui font la plus grosse partie de tout le travail de la planète et en touchent peu de revenus, 70 % des pauvres sont des femmes et elles perçoivent 35 % des revenus du travail.

Mais c’est aussi l’appropriation de leurs corps, par la violence bien sûr, et par la limitation des droits liés à leurs utérus. Si le délai pour avorter aux Royaume-Uni est de vingt-quatre semaines, 22 aux Pays-Bas et 14 en Espagne, il n’est encore que de douze semaines en France. L’augmentation à quatorze semaines est en débat et les médecins et politiciens réactionnaires font assaut de mauvaise foi.

Un avortement plus tardif serait dangereux pour les femmes, mais qui croit que c’est cette préoccupation qui les guide  ? Un avortement plus tardif serait plus pénible pour les avorteurs et avorteuses, même si les concerné·es le nient, passer de douze à quatorze semaines ne changent pas grand-chose aux gestes techniques à faire. Derrière ces refus, il y a l’idée que les femmes ne sont pas vraiment des êtres responsables, et que si elles sont autorisées (par les hommes, de quel droit  ?) à avorter à huit mois et demi, elles le feront.

Toujours un combat d’actualité

Mais aucune femme n’a envie de faire durer une grossesse dont elle ne veut pas, le besoin est seulement d’avoir le temps de se rendre compte, de faire les démarches et d’avorter sereinement. Et quand bien même. Le législateur ne devrait-il pas plutôt se préoccuper de réprimer ceux de ses congénères qui répandent leur sperme sans préservatif ni vasectomie  ? Avec la montée de l’extrême-droite, en Europe comme en France, les droits des femmes sont de nouveau menacés. L’arrivée à la présidence du parlement européen de la Maltaise Roberta Metsola, eurodéputée conservatrice et antiavortement, est une nouvelle inquiétante et vient confirmer une tendance d’attaques sur l’ensemble de la planête du droit à l’avortement.

Avorter est une liberté indispensable et transformatrice pour les femmes. C’est le moment le plus évident où une femme se choisit avant tout autre chose. Les femmes sont des êtres désirants quand elles avortent, car c’est un désir pour elle-même. C’est pourquoi la lutte pour l’avortement est centrale pour l’émancipation de toutes.

La commission antipatriarcat de l’UCL


8 MARS UCL #1 – Se mettre en grève

8 MARS UCL #2 – À la maison, exploitées

8 MARS UCL #3 – Exploitées au travail

8 MARS UCL #4 – Mon corps, mon choix




Source: Unioncommunistelibertaire.org