Ce samedi, nous étions au moins 2500 Gilets Jaunes à manifester dans cet immense centre commercial à ciel ouvert qu’est le centre ville de Montpellier.

Témoignage à plusieurs mains jaunes et noires en plus des photos et vidéos.

14h rdv comédie

On remarque une nouveauté, plusieurs gardes (134 d’après la CCI) sont postés à l’entrée des magasins de la rue de la Loge et du Jeu de Paume. Les patrons s’organisent contre les Gilets Jaunes en faisant jouer les commerçants contre les manifestant, autrement dit les riches, protégés par des pauvres, contre les pauvres.

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

J’ai rejoint la manif vers 15h30 quand elle traversait le polygone. Après quelques déambulations dans le centre ville, on est passé par la comédie puis on est remonté jusqu’à la Pref.

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie
[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie
[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

Là on s’est posé, certains jouaient de la musique, tambours et trompettes. D’autres allaient au contact avec le bouclier des Gendarmes mobiles pour leur faire la morale ou les insulter.

Une personne de la Ligue des Droits de l’Homme a lu le trac de l’AG contre les violences d’état, maintenant devenu la commission juridique des Gilets Jaunes.

Ce discours s’est fait devant les lignes de GM qui pouvaient tout entendre et savoir que maintenant on connait nos droits.

Malheureusement, ça n’arrête pas les balles….

Comme il ne se passait rien, tout le monde est redescendu à la Comédie.

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

Là on s’est arrêté un peu car on avait la sensation d’être enfermé sur la place. Plusieurs rues principales étaient bloquées par les camions ou des lignes de GM. Notamment les rues entourant l’opéra et celles allant vers la gare.

Le cortège décide de ne pas se laisser intimider et s’approche de la rangée de GM et de camions à droite de l’opéra.

Il y a eu plusieurs moments joyeux. On a joué à « Un, Deux, Trois, Soleil » pour que les manifestants s’approchent au plus près des lignes de la répression armée. Quelques projectiles étaient lancés sur les camions et les GM.

Au bout d’un moment, une nouvelle rangée de GM a fait reculer le cortège.

La tête de manif qui tenait la banderole s’est donc dirigée vers les lignes de police nationale devant la rue Maguelone.

16h30 on sentait la tension monter…

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

Une personne est arrivée avec une sono et a lancé le morceau « Allez les gars, combien on vous paye pour faire ça ? ». Tout le monde s’est mis à chanter, bientôt des manifestants se mettent à danser devant les Flics, on s’attendait presque à les voir danser eux aussi.

Par contre, sur le côté, une petit groupe de BACqueux se cachait derrière le panneau publicitaire. Soudain, un manifestant invective l’un d’eux en lui demandant comment on peut le reconnaitre puisqu’il ne portait pas même un brassard. Il lui demande aussi ce qu’il compte faire avec la grenade dans ses mains. Tout le monde suivant la scène, le BACqueux démasqué finit par partir sous les sifflements.

Après quelques chansons révolutionnaires, les lignes de keufs commencent à montrer des signes d’énervement et à se rapprocher dangereusement.

L’espace entre les porteurs de banderole, au contact avec les flics, et le reste de la manif s’est agrandit peu à peu, isolant la première ligne. La banderole a été perdue à ce moment-là.

Les premiers tirs de lacrymo ont commencé, nous avons reculé petit à petit jusqu’au niveau du cinéma. Là des projectiles sont lancés pour ralentir l’avancée des Condés.

Un nouveau coup de gazage intensif nous amène au niveau de la fontaine, où des groupes se forment pour attaquer le commissariat. Une grenade éclate. Pas de blessé apriori. Tout le monde se regroupe, appels au sifflet, le nombre est toujours là, déterminé.

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

Plus de 1000 personnes avancent joyeusement vers le Corum. Au passage, une caméra 360 est détruite sous les applaudissements de la foule en délire.

Alors que le soleil se couche, la manif continue.

Direction les Beaux-Arts. L’ambiance est toujours à la fête, musique et chants.

On est là ! on est là !

Même si Macron ne veut pas nous on est là !

Pour l’honeur des travailleurs et pour un monde meilleur,

Même si Macron ne veut pas, nous on est là !

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

Pas de police en vue. Aucune banque n’a survécu.

Les Gilets Jaunes s’enfoncent dans les Beaux Arts direction Albert 1er.

En passant par le quai du Verdanson, une barricade de poubelles enflammées devant le PZ bloque les deux voies de circulation, ralentissant peut-être l’arrivée de la police.

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie
[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

Arrivé à Albert 1er, le snack où on peut régulièrement voir la police manger, populairement connu pour être indique, se fait attaquer par des Gilets Jaunes.

Nous continuons notre chemin sur le bd Henry IV, le long du Jardin des Plantes. Arrivés au Peyrou, devant l’Arche, une ligne de bleus, menaçante, armes au point, visant la manif, protège la rue des riche, dite rue Foche. Tout le monde presse le pas vers le bd Jeux de Paume.

[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie
[Vidéo] Acte XIV à Montpellier : de la balade à l’euphorie

Près de 1000 Gilets Jaunes ont continué à manifester joyeusement jusqu’à environ 19h30.

La manif a continué vers Gambetta, les bureaux d’Axa Assurance ont été redécorés. Retour vers la Comédie par la rue Grand Jean Moulin, direction Antigone où la BAC attaque une dernière fois, obligeant la manifestation à se disperser.

Malgré la répression qui s’intensifie, au bout de 3 mois nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux à rester jusqu’au bout (de la nuit, de la lutte…).

Les arrestations ont par contre continué plus tard dans la soirée. On peut lire notamment le communiqué du Barricade sur une interpellation très violente d’une personne dans leur local.