DĂ©cembre 27, 2020
Par Partage Noir
328 visites


AprĂšs une maladie de sept mois qui l’empĂȘcha de prendre part aux Ă©vĂ©nements de 1905. Griffuelhes s’occupa du mouvement du 1er Mai 1906. Il faut se souvenir de la terreur qui sĂ©vit alors dans les milieux bourgeois. Le gouvernement, affolĂ©, emplit la capitale de troupes. Un moment, on put craindre des troubles et des massacres.

A la premiĂšre heure, Griffuelhes avait Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©, en compagnie de LĂ©vy, de Fromentin, dit l’anarchiste millionnaire, et de royalistes tels que Durand de Beauregard, arrachĂ© d’une maison de santĂ© pour ĂȘtre conduit en prison, Ă  Paris. C’était le coup du complot qui recommençait. En mĂȘme temps, Monatte Ă©tait emprisonnĂ©, dans le Nord. N’oublions pas que c’étaient les dĂ©buts du couple Briand-Clemenceau. Le grand Flic avait tout d’abord commencĂ© par se rendre chez les mineurs, le chapeau sur l’oreille, pour causer avec Broutchoux. Sa dĂ©ception fut immense. Il s’était imaginĂ© assez naĂŻvement qu’il allait Ă©pater les rĂ©volutionnaires et il dut revenir bredouille. Notons Ă©galement que c’est de cette Ă©poque que date la fureur haineuse de Clemenceau contre les socialistes et les rĂ©volutionnaires.

AprĂšs huit jours d’emprisonnement, Griffuelhes et ses amis furent relĂąchĂ©s. Ils n’avaient mĂȘme pas Ă©tĂ© interrogĂ©s. Le complot Ă©chouait lamentablement.




Source: Partage-noir.fr