DĂ©cembre 22, 2020
Par Partage Noir
322 visites


Jusqu’à l’ñge de 21 ans, Griffuelhes ne milita pas Ă©normĂ©ment. DĂ©jĂ  il avait des idĂ©es trĂšs nettes sur la situation faite aux ouvriers dans notre sociĂ©tĂ© capitaliste, mais soit par timiditĂ©, soit parce qu’il se jugeait peu apte encore Ă  jouer un rĂŽle, il n’osait se lancer dans la carriĂšre de propagandiste. LĂ -dessus il lui fallut partir pour le rĂ©giment. On l’envoya Ă  LodĂšve, dans l’HĂ©rault. Il ne fut pas trop malheureux, au milieu des paysans venus de la LozĂšre et des PyrĂ©nĂ©es auxquels il eut affaire et qui le considĂ©raient avec quelque respect parce que dĂ©brouillard et trimardeur. EmployĂ© aux ateliers, en sa qualitĂ© de cordonnier, il tira son service sans grands inconvĂ©nients.

Le spectacle de la caserne contribua cependant Ă  le raffermir davantage dans ses idĂ©es rĂ©volutionnaires. DĂ©jĂ , sous l’uniforme, il s’essayait Ă  la propagande. Propagande dangereuse, s’il en fut jamais. Il eut la chance de ne pas ĂȘtre inquiĂ©tĂ©. Le service terminĂ©, il fit un bref sĂ©jour dans sa famille, puis revint Ă  Paris.




Source: Partage-noir.fr