Novembre 23, 2022
Par Paris Luttes
247 visites

Après un mois de grève dans l’entrepôt Geodis à Gennevilliers, un protocole d’accord a été signé vendredi dernier ! A l’approche du Black Friday et des fêtes, les colis qui s’entassaient sur les quais exerçaient une grosse pression sur le groupe qui a fini par lâcher. C’est une belle victoire pour les camarades et un message d’espoir et de lutte pour tout le secteur de la logistique, qui en a bien besoin.



Les grévistes ont obtenu une hausse de salaires de 5% pour les postes ouvriers, 4% pour les salaires au-dessus de 1800 euros et une prime d’inflation de 600 euros. Des progressions qui s’ajoutent à la revalorisation de 6% des minimas de la branche transport qui sera effective à partir de décembre 2022. Et surtout ce n’est qu’un premier pas puisque les NAO du site sont maintenues en janvier 2023 !

La grève a rassemblé plus de 80 grévistes, soit les 3/4 des effectifs ouvriers du site. Un site stratégique pour le groupe Geodis : jusqu’à 80 000 colis peuvent transiter par cette plateforme située aux portes de Paris. Faute de bras sur les quais, l’entrepôt était paralysé. Au bout de 10 jours de grève, une note interne du groupe estimait déjà les pertes à 1 millions d’euros.

Une grève de cette ampleur, c’est rarissime dans le secteur. Seulement 4% des ouvriers de la logistique sont syndiqués, bcp sont intérimaires. Pour la majorité des grévistes Geodis, cette mobilisation était une première. On imagine le long travail syndical qui a permis tout ça. Toutes les décisions ont été prises en AG, sur le piquet. Le collectif s’est construit depuis une grève en 2015, grâce à un travail syndical quotidien et au combien nécessaire, dans un entrepôt où tous les indicateurs sur les conditions de travail et d’emploi sont aux rouges.



La grève a été déclenchée pour répondre à une urgence, celle de l’inflation et des factures à payer. En janvier auront lieu les NAO sur ce site, donc le second round. En imposant ce timing, les grévistes sont parvenus à dissocier urgence sociale et hausse normale des salaires. Ce modèle pourrait être utilisé ailleurs, il permet la mise en lumière des galères du quotidien et évite le piège des NAO qui au final aboutissent à des évolutions de salaires inférieures à l’inflation. On voit d’ailleurs une stratégie équivalente se profiler chez Amazon en ce moment.

Les soutiens ont joué un rôle essentiel dans la mobilisation, notamment pour la médiatisation et la caisse de grève. Des organisations politiques, des syndicats, des collectifs et des individus qui ont compris la centralité des conflits logistiques et la nécessité de les accompagner.



Pour fêter ça, une soirée de soutien est organisée vendredi prochain 25 novembre, à partir de 20H, à l’Espace Gallieni de Gennevilliers (48-50 Avenue Louis Roche). Avec prise de parole, concerts et dancefloor ! Venez nombreux-euses ! C’est l’occasion de se retrouver mais aussi de compléter la caisse de grève pour que les grévistes puissent boucler la fin du mois.

La caisse de soutien de soutien est toujours en ligne : https://www.cotizup.com/le-calex-geodis-calberson-idf






Source: Paris-luttes.info