EDITO : on tient à saluer la victoire de nos camarades en luttes à Dijon contre un projet d’urbanisation dégueulasse, lutte qui, comme chez nous, a pris la forme d’une occupation de territoire et s’est inscrite dans la durée. Bravo à vous !

Ce lundi soir (25 novembre), après une annonce officielle du Maire, François Rebsamen, une banderole « Et re-toc ! Le quartier libre vivra » flottait sur l’église Notre-dame à dijon.

Presque deux ans après l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, et quelques semaines après l’abandon d’Europacity à Gonesse, des terres nourricières viennent de nouveau d’être sauvées d’un projet de bétonisation.

Elles n’auront pu l’être – encore une fois – qu’après des années de luttes acharnées, d’occupation des terrains menacés, d’élaborations d’autres manières d’habiter le monde et de considérer le vivant. Nous nous faisons donc un grand plaisir aujourd’hui de relayer le communiqué des camarades dijonnais.e.s du quartier libre des Lentillères. Ce relais est aussi un appel à la vigilance et au soutien, car comme à la zad, les autorités menacent maintenant de se venger de celles et ceux qui les ont forcées à remettre en cause leurs plans d’aménagement. Le quartier libre doit continuer à vivre ! Il fêtera ses 10 ans en avril.

Communiqué « Lentillères, la victoire ne fait que commencer » lisible ici https://lentilleres.potager.org/2019/11/26/la-victoire-ne-fait-que-commencer/

ou ci-dessous :

Suite à l’annonce de l’abandon du projet d’écoquartier menaçant les terres du Quartier Libre des Lentillères, vous trouverez ci-joint un
communiqué de presse des lentillères ainsi que le texte boussole qui
rappelle ce pour quoi nous luttons et nous continuerons à lutter.

Si vous souhaitez joindre le collectif, vous pouvez écrire à cette
adresse : [email protected]

https://lentilleres.potager.org/2019/11/26/la-victoire-ne-fait-que-commencer/

************************************************************

Communiqué des Lentillères

La victoire ne fait que commencer !

Le maire de Dijon a annoncé lundi 25 novembre que les Lentillères
allaient être interdites à l’urbanisation. Le projet d’éco-quar tier
contre lequel nous luttons depuis 10 ans ne verra donc jamais le jour !
C’est une première victoire contre l’urbanisation mortifère de Dijon, et
nous l’avons célébré lundi soir sous les fenêtres du conseil municipal.
Mais le maire annonce aussi qu’il va « demander l’évacuation de tous
ceux qui occupent de manière illégale ce terrain » en précisant que « 
pourront y faire des jardins partagés ou des maraîchages urbains ceux
qui s’inscriront pour avoir un bail ». Plus tard, il osera compléter : « 
Je ne l’avais pas dit parce que je ne voulais pas faire plaisir aux
anar’, mais je l’avais prévu depuis le début. »
C’est donc pour ne pas faire plaisir aux anar’ qu’il a répété pendant
toutes ces années que le projet se ferait…
Il n’a de toute façon pas peur de la contradiction, en menaçant
d’évacuer les gens à qui il vient de donner raison. Ces terres seraient
bétonnées depuis bien longtemps par Dijon Métropole si elles n’avaient
pas été occupées illégalement.

Cette illégalité reste un précieux moyen de résistance, à l’heure où le
PLUI continue de dessiner une urbanisation asphyxiante, projetant encore
de détruire des centaines d’hectares de terres agricoles dans et autour
de la ville, tout en densifiant l’agglomération.

De notre côté, nous n’avons jamais attendu que l’écologie devienne un
enjeu électoral pour réinventer notre rapport à la terre et au
territoire. Depuis 10 ans, nous construisons concrètement dans ce
quartier libre et autogéré l’autonomie alimentaire dont se flattent les
élus.

Une nouvelle phase de la lutte pour sa préservation s’ouvre. Le Quartier
Libre des Lentillères vivra avec tout ce qui s’y construit : son
agriculture hors norme et collective, ses fêtes incroyables, ses
habitations qui permettent à une centaine de personnes de prendre soin
de cet endroit au quotidien, sa qualité de refuge pour les exilé·es, sa
réinvention collective d’une vie de quartie r,…

Il y a deux ans, nous nous sommes mis·es d’accord sur une « boussole »
de 6 points qui nous permettraient de ne pas perdre le nord. Nous les
réaffirmons aujourd’hui avec force :

Victoire des opposant·es au le projet d’éco-quartier aux Lentillères Terre, territoire, maraîchage : Depuis 2010, nous préservons ces
terres. Des projets naissent au fil des saisons, des envies et des
rencontres, nous continuerons de les cultiver de manière multiple et
hors norme.

Victoire des opposant·es au le projet d’éco-quartier aux Lentillères Habitat, constructions, communs, commune : Le Quartier Libre des
Lentillères est un quartier à part entière, habité aujourd’hui par une
centaine de personnes. Ces terres sont intégralement liées à la vie qui
s’y est inventé, leur préservation exige qu’elles restent habitées,
travaillées et partagées.

Victoire des opposant·es au le projet d’éco-quartier aux Lentillères Autonomie politique et diversité : L’assemblée du Quartier est
l’expression de notre autonomie politique. C’est le lien privilégié de
notre élaboration collective. Notre « nous » exprime des différences
infinies et irréductibles, tenues par une éthique commune, subordonnées
à aucune institution.

Victoire des opposant·es au le projet d’éco-quartier aux Lentillères Économie : Nous refusons que l’économie marchande capitaliste
détermine nos liens, nos projets, nos idées. Nous ne sacrifierons pas le
sens de ce que nous construisons en le soumettant à ses exigences.

Victoire des opposant·es au le projet d’éco-quartier aux Lentillères Éthique et toc : Nous ne voulons pas faire de la politique une sphère
séparée de nos vies quotidiennes. Nous voulons que les luttes contre le
sexisme, la transphobie, l’homophobie, le racisme et tout autre
oppressions systémiques s’inscrivent dans nos faits et gestes en tentant
de faire obstacle et d’agir contre tout comportement les perpétuant.

Victoire des opposant·es au le projet d’éco-quartier aux Lentillères Liens : Nous ne voulons pas faire des Lentillères un lieu où il ferait
juste bon vivre dans un entre-soi. Nous sommes fièr·es des liens de
soutien et d’amitié que nous tissons. Nous savons aussi que nous ne
faisons pas l’unanimité. Nous continuerons à en prendre le risque et à
lutter aux côtés de toutes celles et ceux qui se soulèvent pour leur
l ibération et celle de la terre.

La victoire ne fait que commencer !


Article publié le 04 Déc 2019 sur Zad.nadir.org