Avril 4, 2016
Par Le blog de anars 56
82 visites


Vannes, jeudi 31 mars, dès 8h00, des jeunes de Lesage bloquent l’accès à leur lycée. C’est la première fois depuis le début des manifestations contre la loi Travail que des lycéennes et lycéens vannetais-es se mobilisent collectivement. A plusieurs centaines, ils et elles ont ensuite convergé jusqu’à l’esplanade du port, point de départ de la manifestation intersyndicale.

 

Vers 14h, sous le soleil, plus de 2500 personnes sont regroupées pour manifester. Au cours de la marche, les cortèges syndicaux décident d’allonger le parcours initialement prévu et négocié avec la Préfecture, obligeant la police à s’adapter. Nous avons constaté, non sans plaisir, des affiches collées en mode “sauvage” sur des vitrines de banques, compagnies d’assurance, agences intérim ou agences immobilières. Le local du Parti « socialiste » a aussi logiquement bénéficié de cette décoration… Par ces affiches, une porte près de la Préfecture, étape finale de la déambulation, signifiait elle aussi : “Non à la loi des patrons” et “Jeunes précarisés / parents licenciés / ça ne peut plus durer / ça va péter !“.

 

En fin de parcours, après les discours, une délégation intersyndicale ainsi qu’une et un représentant-e-s des lycéen-ne-s ont été reçu-e-s par le directeur du Cabinet de la Préfecture, en vue de faire remonter les revendications : le retrait non négociable de la Loi et ses effets néfastes sur la vie des travailleuses et travailleurs, en poste ou en recherche d’emploi.

 

Pour notre part, nous y avons diffusé un tract rappelant les raisons de s’opposer à cette Loi, dénonçant la répression dont les arrestations et les violences policières un peu partout en France, appuyant la revendication de la réduction du temps de travail, insistant sur la nécessité des blocages et de la grève générale reconductible. L’objectif étant d’embrayer sur la réappropriation des moyens de production et des services publics par les travailleuses et travailleurs en vue d’assurer l’autogestion généralisée de la société.

 

A Lorient, plus de 4000 personnes ont manifesté, lycéens et lycéennes en tête. Il a fallu 2 heures pour évacuer la mairie de ses occupant-e-s, lesquel-le-s ont ensuite rencontré le maire PS. Dans un des lycées, le proviseur a refusé de laisser sortir les élèves internes qui souhaitaient manifester, indiquant que s’ils quittaient l’établissement, ils ne seraient pas autorisés à y dormir le soir… On aimerait voir ce proviseur coucher dehors une seule de ces nuits fraîches ! Le défilé est passé devant le local du PS, lequel était protégé par 2 camions de la police : le parti au service du Capital avait-il des craintes ?

 

Si on ajoute Belle-île et Pontivy, plus de 7000 personnes ont occupé les rues morbihannaises le 31 mars, soit plus du double que le 9 mars ! Même si on est encore loin de la grève générale et des mobilisations de 2010 contre la dernière casse du système de retraites, l’envie d’en découdre monte et comme partout ailleurs, ça discute de la lutte et de la société… à reconstruire.

 

Prochaine mobilisation dans la rue (à l’appel de Cgt, Fo, Fsu, Solidaires, Unef) :

Samedi 9 avril, 10h30 :

 

Belle-île : Le Palais

Lorient : boulevard Cosmao Dumanoir

Pontivy : la Plaine

Vannes : la Rabine (esplanade du port)

 

 

 




Source: