Novembre 10, 2017
Par Quartiers Libres
33 visites


Manuel Valls nous avait dans son collimateur, comme tout homme politique dangereux il construisait médiatiquement un ennemi politique pour justifier sa politique et son rôle. La violente répression du mouvement social contre la loi travail en 2016 à incarner le changement politique de Valls : la répression comme seule mode de gestion des oppositions sociales et politique. Emmanuel Macron poursuit et amplifie cette logique: la répression et la logique antiterroriste pour neutraliser les oppositions politiques dans les quartiers ou lors des mouvements sociaux. Avec la radicalisation politique de la base policière, et au sommet un ciblage politique de la contestation politique, les mois et les années qui arrivent s’annoncent brunes.

 

 




Source: