Communiqué du Syndicat National des Journalistes

http://snj.fr/article/valeurs-actuelles-%E2%80%93-europe-1-l%E2%80%99incroyable-incons%C3%A9quence-de-la-direction-1152277230

L’annonce de l’arrivée de Louis de Raguenel à la rédaction d’Europe 1 crée un gros malaise en interne. Le fait d’aller recruter un journaliste de Valeurs Actuelles pour diriger le service politique d’Europe 1 est déjà, en soi, un affichage très contestable. Et comme si ça ne suffisait pas, il intervient moins d’une semaine après le scandale de la caricature raciste autour de la personne de la députée insoumise Danielle Obono publiée par le même journal Valeurs Actuelles. Joli sens du timing !…

Si on voulait ancrer dans l’esprit de nos auditeurs l’idée qu’Europe 1, jusque-là radio ouverte à tous les courants de pensée, s’apprête, à 18 mois de la présidentielle, à devenir une radio d’opinion penchant très fortement à droite, on ne s’y prendrait pas autrement. Peut-être est-ce délibéré de la part de notre direction, dont le calcul serait – qui sait ? – de donner des gages à Vincent Bolloré à qui l’on prête l’intention de mettre la main sur Europe 1 pour l’atteler à CNews, chaîne que l’on présente comme le Fox News à la française. Si l’intention de la direction d’Europe 1 est celle-là, comment ne pas voir une grosse contradiction entre ce choix et la signature “Ecoutez le monde changer” qu’Europe 1 affiche fièrement depuis deux  ans ? Car loin de refléter le monde qui change, ces combines politiques renvoient plutôt à un ancien monde qu’on pensait enterré. 

Plus grave est le fait – une grande première ! – que le service politique d’une radio généraliste soit désormais dirigé par quelqu’un qui a un passé assumé de militant politique et qui a fait partie de l’équipe rapprochée de Claude Guéant, ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy. Quel crédit les auditeurs accorderont-ils désormais au traitement de l’actualité politique par la rédaction d’Europe 1 ? Les journalistes du service politique n’y sont pour rien mais la suspicion rejaillira inévitablement sur leur travail. On peut aussi s’interroger sur le regard que porteront sur notre homme les dirigeants politiques invités sur l’antenne. Répondront-ils au journaliste ou verront-ils en face d’eux l’ancien responsable de l’UMP ?

La direction d’Europe 1 ne semble pas s’être posé toutes ces questions et c’est bien ce qui atterre une grande partie des journalistes de la rédaction, placés devant le fait accompli ce vendredi après-midi 4 septembre. Confrontés comme l’ensemble des salariés de la station à une rentrée cruciale, avec l’énorme défi du relèvement de l’audience, les journalistes d’Europe 1 n’avaient vraiment pas besoin de ça.

Paris le 04 Septembre 2020


Article publié le 08 Sep 2020 sur Visa-isa.org