Octobre 2, 2022
Par Squat.net
211 visites

Utrecht (Pays-Bas) – Samedi soir, la police a procédé à une expulsion illégale afin de protéger les intérêts du propriétaire Caron Realestate & Management BV.

Plus tôt dans la journée, des squatters avaient annoncé qu’iels occupaient les lieux depuis plusieurs jours.
La police a réagi en conséquence, et un officier de justice en service a informé le propriétaire qu’une procédure allait être engagée, qu’il peut porter plainte et faire examiner par le juge d’instruction ses arguments en faveur d’une éventuelle procédure d’expulsion en urgence.
Il s’agit d’une nouvelle loi pour expulser plus rapidement les squatteurs d’un bien immobilier qui est entrée en vigueur le 1er juillet 2022.

Dès lors, le propriétaire a lui-même décidé de bloquer l’accès au bien, en faisant monter la garde à quelques gros bras le reste de la journée dans les escaliers, qui est une entrée commune à plusieurs zones commerciales, et donc aussi l’entrée des occupant-es.
Pendant que la police se tenait à leurs côtés, ces hommes ont bloqué l’accès aux visites, aux approvisionnements et aux résident-es. Ceci est tout à fait contraire au droit d’accès à leur domicile de chaque résident-e.

Après des heures de communication quasi nulle avec la police, les résident-es étaient toujours dans une sorte de prise d’otage. La police est revenue avec une personne du service des incendies pour une inspection de sécurité.
Il était clair que les autorités (le maire, le département de la justice et la police) essayaient par tous les moyens de déterminer si une expulsion rapide ne pouvait pas être justifiée après tout.

Les pompiers, qui prétendaient n’être là que pour la sécurité des squatters, ont été autorisés à entrer, mais n’ont rien voulu dire sur la sécurité ou sur ce qui pourrait mettre en danger les résident-es.
On leur a répondu que les résident-es auraient bientôt des nouvelles de la police, après quoi ils sont repartis.

Plusieurs heures plus tard, vers 22 heures, la police est soudainement réapparue en grand nombre. La rue a été bloquée et le squat a été expulsé. Cela s’est fait sans aucun préavis ni demande aux squatters de quitter les étages occupés.

Certains squatters se sont barricadé-es sur le toit avec des lockons. Une fois de plus, la police a dû sortir tout son matériel lourd pour servir les intérêts des spéculateurs immobiliers, et faire des gens qui ne peuvent pas se permettre un logement ordinaire des sans-abri.

Il est clair qu’il n’y a plus de place pour le logement à Utrecht, et encore moins pour les personnes qui osent s’y opposer.


Des squats aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/groups/country/NL
Des événements aux Pays-Bas: https://radar.squat.net/fr/events/country/NL





Source: Fr.squat.net