Juin 2, 2021
Par Paris Luttes
191 visites


Comment la pensée radicale peut-elle devenir une force pratique, deuxiÚme round.

Quelques questions d’organisations prennent forme dans nos rangs (auto-dĂ©fense offensive, si cet oxymore est tolĂ©rĂ©).

Les fafs se sont rĂ©organisĂ©s, en force. C’est un fait.

Couverts par une police visiblement goguenarde.

Fini les skinheads lumpen des 60’s et 80’s vivant essentiellement de ska, de mauvais alcool et de chicanes sur les terrasses de bar. Le temps est loin de la dĂ©pouille en Fred Perry Ă  la sortie de skrewdriver.

Nous avons pu voir Ă  la manif identitaire, le gabarit des montagnes qui savataient (Ă  plusieurs) au sol, des femmes, des mecs, sans ĂȘtre inquiĂ©tĂ©s par les flics.

Le rapport de force entre libertaires et nĂ©o-nazis vacille ! Les loups sont entraĂźnĂ©s, leur rapport Ă  la violence est dangereusement Ă©lastique, la limite est insituable : ultra-fascisme en un mot.

Bien plus costauds et armés que nos certes légitimes, mais fragiles slogans.

Pour celles et ceux qui ont vu, comme moi, certains fafs lors d’expĂ©ditions punitives, se servir de cannes de golfes comme des battes en aluminium, savent de ce dont je parle.

Nous pouvons d’ailleurs nous demander si ce n’est pas sur ces chemises brunes que youtube fait le plus d’effet dans leurs tutos de self-dĂ©fense (no comment). Ces Ă©difiantes leçons de massacre s’adressent Ă  la bleusaille et aux fafs dĂ©complexĂ©s. La cible c’est nous (anarchistes, femmes, queer, lesbiennes ou non, trans, gays, punks dadas, mecs allumĂ©s, berbĂšres en lutte, schizophrĂšnes, migrants, toxicos en chute libre, tziganes, immigrĂ©s, juifs, mutants). Les cours de self-dĂ©fense diffusĂ©s de plus en plus sur le net ne font rĂ©ellement jouir que les nostalgiques de la cocarde. La thanatopolitique est en hausse.

La visĂ©e ? apprendre, non pas Ă  se dĂ©fendre mais Ă  attaquer les opposants au systĂšme ordo-libĂ©ral et au concept de territoire national armĂ©, peut-ĂȘtre mĂȘme aller plus loin, trop loin
 Des tutos de nervis “ivres de l’heure oĂč viendrait Ă  se constituer un putsch militaire” –

Pour rappel : comment les ouvriers Bundistes du yiddishland firent-ils cesser les pogroms dans plusieurs shtetls ? en faisant face Ă  leurs agresseurs. C’est Ă  nous maintenant de faire face aux descendants de Charles Maurras (pour ne citer que ce sinistre protoplasme)

Le Covid “soutenu” par l’État (qui trouve lĂ  son bĂ©nĂ©fice secondaire) nous a arrachĂ© de nos lieux d’entraĂźnement, de nos squats (il en reste heureusement). Nul complotisme misĂ©rable dans mon propos.

Il faut se rĂ©organiser d’urgence : pour ceux qui le souhaitent, bien sĂ»r — la libertĂ© de choix reste un de nos principes — pour les autres qui dĂ©sirent aller au charbon, trouver un squat suffisamment grand pour associer Ă  nos thĂ©ories rĂ©volutionnaires des pratiques d’auto-dĂ©fense serait salutaire. Les usages de la violence au “premier degrĂ©” en situation d’urgence sont lĂ©gitimes (façon de parler : nous haĂŻssons la “discipline spartiate” presque autant que la mort), mais savoir mettre une droite (bien vissĂ©e) Ă  la pointe du menton, des low-kicks, savoir se sortir d’une clĂ© de cheville, savoir pratiquer un Ă©tranglement dĂ©fensif (non mortel : qui sont les psychopathes ?) ne peut que renforcer nos liens entre anarcho-autonomes et amoureux de la libertĂ©.

Apprendre les techniques de boxe anglaise (essentielles), user de techniques de lutte, de combat, a quelque chose de douteux mais en acquĂ©rir l’usage cela me semble inĂ©vitable pour dĂ©fendre un(e) ou plusieurs camarades en dĂ©tresse.

Au passage, nous mettrons la misÚre aux thuriféraires de la Swastika.

Les fascismes europĂ©ens pullulent, donc il y a un truc Ă  faire ici, Ă  Paname pour ne pas laisser s’instaurer l’horreur.

Nous devons en passer par une nouvelle rage ! sans quoi les raclures de gĂ©nĂ©ration (nazie) identitaire vont (trĂšs vite) tenir le haut du pavĂ© et s’imposer en maĂźtre sur les trottoirs oĂč croupissent tant de stiffs.

Nous proposons, mais chacun peut proposer autre chose : tous les deux/trois jours un programme d’entraĂźnement : l’art de l’esquive, la rotative en boxe suivie d’un crochet, le coup de coude en Muay thaĂŻ font des dĂ©gĂąts. Nous pouvons en user face aux nostalgique du bras tendu. Bref, rĂ©Ă©quilibrer le rapport de force.

Armons-nous “d’outils” lĂ©gaux, soyons encore astucieus.es.

Fini les ratonnades anti pĂ©dĂ©s, anti trans, anti femmes, anti anarchistes, anti arabes, anti asiatiques, anti blacks, antisĂ©mites, anti vagabonds, anti-fous, anti Ă©trangers au sens le plus large. Et je ne hiĂ©rarchise pas les victimes ! je cite


Le pacifisme nous affaiblit malheureusement, c’est une certitude. Les Panthùres Noires l’ont compris trùs tît, les Diggers aussi.

Que les choses soient claires : ne pas tendre la joue gauche, cela ne fait pas de nous des mercenaires, des Katangais, des bacqueux en miroir ou des barbares. Nous Ă©xĂ©crons la guerre, et il n’est pas dans notre intention de dresser un drapeau Ă  l’aube, au son d’un clairon de merde. Mais de rendre coup pour coup, de nous dĂ©fendre avec les mots, ET avec des uppercuts aussi, s’il le faut.

La dialectique est un ravissement pour l’intellect qui Ă©coute, mais la dialectique ne sait pas boxer en reculant, ni placer un front-kick sur un faf de deux mĂštres. Cela vous semble-t’il cohĂ©rent ? il ne s’agit QUE de dĂ©fendre nos territoires, nos libertĂ©s, nos amours, pas d’inventer “l’homme nouveau” !

Il s’agit de prĂ©parer une rĂ©volution qui ne se fera que selon « l’horizontalitĂ© du sillon Â» (RanciĂšre )

Rappelez-vous : le 14 JUIN 2016 pas un faf n’a montrĂ© sa face. “Les chasseurs de tĂȘte” ont eu les foies.

Et plus loin dans l’histoire : Puig Antich, Duval, Durrutti, Varlin, Ascaso, Emma Goldmann, Jacob, Faure, Henry, CafiĂ©ro, Makhno, Pouget, la Vierge rouge, Libertad, Rousseng, n’ont pas fait seulement que de parler du Grand Soir, fin des temps oĂč l’État aurait disparu, ils ont aussi donnĂ© de leur sang. Reste que le futur est indĂ©cidable
.

Si le projet vous tente, (bien entendu), parlons-en « entre nous Â» et mĂ©fions-nous des « balances Â» !

Il est temps de reprendre des forces ! le fascisme toujours avance par reptations et s’écoule comme une liqueur toxique, plus vite, toujours plus vite. Les nuits de cristal sont cycliques en Europe comme au Rwanda (MittĂ©rand, ce Rastignac aux dents longues, il faudra un jour lui faire un sort, assez de lĂ©gendes dorĂ©es).

Au passage, Je mets les staliniens et les identitaires dans le mĂȘme sac.

J’abhorre la violence profondĂ©ment, mais plus encore les lynchages de masse. La toute fin de “La nuit du chasseur” (1955) de Laughton, en fournit une image assez approchante. (chef-d’oeuvre) film Ă  voir au cinĂ© club le plus proche.

DĂ©fendons nos intĂ©gritĂ©s, j’ai trop vu de copines et de potes se faire dĂ©foncer par le GUD en 1990 rue d’Assas, dans une indiffĂ©rence complice des passants. C’est pourquoi les mecs (je parle aux anarchistes), on a besoin de vous ! rappliquez, en tourbillon ; toutes les entitĂ©s sont les bienven.u.es. (sauf les excitĂ©s de la bastonnade venus dĂ©fouler leurs pulsions). Notre approche est dĂ©fensive et rĂ©appropriatrice. La rue, clamons-le Ă  nouveau, appartient Ă  ceux qui l’ont endurĂ©e.

Comme pour toute chose : L’art de la « castagne Â» s’apprend, et idĂ©alement, nous devrions ĂȘtre bien plus qu’une dizaines mais plutĂŽt quelques milliers, tant pis, nous ferons avec nos furies.

Au fait, savez vous comment est mort Missak Manoukian et ses « frĂšres d’armes Â» ? La version « officieuse Â» ? qui donc les a vendus aux nazis : pour cela, voir d’urgence le court mĂ©trage bouleversant de Mosco levi Boucault “Des terroristes Ă  la retraite ” ( en ligne sur le net) Il ne dure que 1H24 minutes. Une claque !

Vivre libre ou mourir

Les moutards de la “PanthĂšre des Batignolles” et du vieux Belleville




Source: Paris-luttes.info