CommuniquĂ© de presse de l’intersyndicale d’Ille-et-Vilaine

La rentrĂ©e sociale revĂȘt un caractĂšre tout Ă  fait inĂ©dit Ă  plus d’un titre. Aux consĂ©quences humaines de la crise sanitaire, s’ajoutent des mesures rĂ©gressives portĂ©es par le Gouvernement. Celles et ceux qui travaillent et produisent les richesses, dont les salariĂ©s qui ont Ă©tĂ© particuliĂšrement exposĂ©s et mis Ă  contribution pendant le confinement, sont les premiers Ă  payer les vellĂ©itĂ©s d’employeurs qui annoncent licenciements et dĂ©localisations. Pendant ce temps, ils maintiennent le versement de dividendes pour les actionnaires et exigent de nouvelles exonĂ©rations de cotisations sociales et des baisses d’impĂŽts.

PrĂ©parĂ©e sans rĂ©elle prise en compte de la situation sanitaire et sans moyens supplĂ©mentaires, la rentrĂ©e scolaire et universitaire inquiĂšte les jeunes, les familles et les professionnels, cela dans le cadre d’un protocole sanitaire ministĂ©riel illisible et sans cesse remis en cause. Nous exigeons la mise Ă  disposition gratuite de masques en quantitĂ© suffisante Ă  l’ensemble des collĂ©giens, lycĂ©ens et Ă©tudiants. Il en va de mĂȘme pour l’ensemble de la population. Pour le monde du travail, il revient aux employeurs de prendre en charge les mesures de protections individuelles et collectives, dont la distribution gratuite de masques en quantitĂ© suffisante. La rĂ©duction du temps d’exposition Ă©galement nĂ©cessaire induit de discuter de l’organisation, des conditions de travail et rĂ©duction du temps de travail.

Les organisations syndicales et de jeunesse affirment ensemble que la prioritĂ© doit ĂȘtre donnĂ©e Ă  la prĂ©servation et Ă  la crĂ©ation en nombre d’emplois stables et qualifiĂ©s, Ă  la sortie de la prĂ©caritĂ© en particulier des jeunes travailleurs, des Ă©tudiants, avec leur mise en protection sociale. Cela passe notamment par la rĂ©duction du temps de travail sans perte de salaire, le dĂ©veloppement des services publics et des industries nĂ©cessaires Ă  la rĂ©ponse aux besoins en biens et services, en prenant en compte l’urgence Ă©cologique.

Il est urgent d’augmenter les salaires, les traitements, les pensions et les minimas sociaux.

Il est Ă©galement temps d’en finir avec les aides publiques de toute nature dont bĂ©nĂ©ficient de grandes multinationales sans contrepartie et contrĂŽle d’utilisation.

La pĂ©riode a Ă©galement confirmĂ© les exigences communes qu’ont portĂ©es nos organisations lors de la lutte contre la rĂ©forme du systĂšme des retraites. Nos organisations condamnent toute nouvelle rĂ©gression en matiĂšre de retraite et de protection sociale programmĂ©es notamment par le Gouvernement au dĂ©tour du projet de loi de finances de la sĂ©curitĂ© sociale (crĂ©ation de la cinquiĂšme branche, augmentation de la CSG, etc. 
).

L’urgence sociale impose aujourd’hui tout au contraire, de prĂ©server notre systĂšme intergĂ©nĂ©rationnel et d’envisager une protection sociale incluant la dimension professionnelle tout au long de la vie, des annĂ©es d’études Ă  la retraite.

La situation impose donc des mesures de transformation profonde en totale rupture avec les politiques Ă©conomiques et sociales actuelles. Un Ă©niĂšme « plan de relance Â» qui ne remettrait pas en cause ces politiques, ne pourrait conduire qu’à une aggravation de la crise sociale, Ă©conomique et Ă©cologique.

La question de l’emploi est centrale : lutte contre la prĂ©caritĂ© et la pauvretĂ©, hausse des salaires, dĂ©veloppement des services publics, abandon dĂ©finitif de la rĂ©forme des retraites.

En Ille-et-Vilaine, les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Union Pirate, Solidaires Étudiant·es et FSE appellent Ă  faire de la journĂ©e du 17 septembre une premiĂšre journĂ©e d’action, avec grĂšve et manifestations.
Toutes et tous en grĂšve le 17 septembre 2020 !

À Rennes, manifestation à 11h30 esplanade Charles De Gaulle
(dans le respect impĂ©ratif des gestes barriĂšre : distanciation et port du masque)

Rennes, le 2 septembre 2020


Article publié le 13 Sep 2020 sur Rennes-info.org