C’était pourtant une belle journée, quelques rayons de soleil traversaient la grisaille, des corneilles ponctuaient les cris des bergeronnettes. C’est l’arrivée du printemps, on voit la canopée sortir de sa torpeur, on sent un souffle d’air vivant qui nous pénètre, et l’ouverture au loin d’une blanche fenêtre, on mêle sa pensée au clair-obscur des eaux, on a le doux bonheur d’être avec les oiseaux, et de voir, sous l’abri des branches printanières, que parfois la vie est belle. Mais on voit aussi ces salauds faire, avec les races, des manières…


Les Illusions Gauchistes

/