Le 16 de ce mois, comme chaque dimanche soir,

j’étais de sortie, le bac bien rempli

de tout un tas de déchets de ce monde de merde

(éco-responsable qu’ils disent).

Inspirée par d’autres jaunes révoltés

et dans une ultime tentative de me libérer,

je me suis collée à un engin de chantier d’un futur écoquartier

juste avant de m’immoler.

J’ai mis un peu de temps avant de m’embraser,

certainement à cause des fortes pluies des dernières heures,

mais quelques combustibles supplémentaires ont fait mon bonheur.

J’ai fini par m’embraser et à causer des dégâts à une machine d’une petite entreprise locale,

engagée dans le mégaprojet d’écoquartier « Vauban ».

L’été est là. plein de mes consoeurs n’attendent que ça, de se faire allumer le bac.

et des fois elles ont besoin d’un petit coup de main.

Ca demande pas grand chose, surtout quand il fait sec et chaud,

un simple mouchoir suffit à passer une soirée enflammée.

A la guerre sociale j’ai voulu contribuer,

contre les riches et l’Etat j’étais déterminée.

Pole emploi, mairies, banques, préfs, commicos, écoquartiers …

Il y a tant de choses à cramer sur notre chemin vers la liberté !

#jesuispoubellejaune


Article publié le 23 Juin 2019 sur Nantes.indymedia.org