Depuis le mois de novembre 2018, le sociologue Michalis Lianos est allé à la rencontre de centaines de gilets jaunes afin de recueillir leurs paroles et de tenter d’analyser ce mouvement aussi surprenant que protéiforme. Fin décembre, nous avions publié les premiers résultats de ses recherches sous la forme d’une interview : Une politique expérientielle – Les gilets jaunes en tant que « peuple ». Cette semaine, nous publions ce second entretien. Une mise à jour autant qu’un approfondissement, un travail d’analyse aussi fin que tranchant.

Il y a huit semaines, vous avez restitué vos premières observations sur les gilets jaunes à partir de votre enquête sociologique. Votre recherche continue. Où en êtes-vous aujourd’hui ?
J’ai voulu dès le départ éviter une recherche « d’actualité ». Mon objectif scientifique – si l’on peut se permettre cette prétention – est de suivre la dynamique socio-politique de l’expression et de la répression organisée autour du mouvement des Gilets Jaunes. Je ne cherche pas à comprendre seulement une lutte ponctuelle mais comment une lutte naît et meurt dans le cadre des sociétés postindustrielles contemporaines. Tous mes travaux confluent sur un thème qui reste constant : les contraintes de la socialité humaine. Qu’il s’agisse du conflit ou du don, de la confiance ou du soupçon, de la liberté ou du contrôle, de l’amour ou de la violence, la forme que prend le lien social détermine ce qui est possible pour une collectivité.

En l’occurrence, le mouvement des Gilets Jaunes se transforme à partir de deux fondements spécifiques : une conscience profonde de la situation et la solidarité en tant que réponse à cette situation.

“Conscience profonde” ?
Oui. Il ne s’agit pas seulement de réflexivité, c’est-à-dire de la capacité de réfléchir sur la condition dont on fait partie et de notre rôle dans cette condition. Ce que je constate est l’émergence d’une représentation très dense qui commence à s’organiser en tant que philosophie sociale et politique.

Le point de départ est une immense frustration concernant la réponse de pouvoirs établis et des institutions qui les expriment. Vous vous souvenez peut-être que les premières manifestations étaient des événements de famille, des bandes d’amis, des voisins, des collègues. On est venu avec ses enfants en poussette en pensant que l’on ferait comprendre aux “élites” le besoin d’agir de façon urgente. Il s’agissait de montrer que l’on faisait partie de l’âme de ce pays, du “peuple” qui allait communiquer avec ses dirigeants. Certes, il y avait la colère d’en être arrivé à la situation qui obligeait à cette manifestation mais il y avait aussi l’enthousiasme de se voir protagoniste sur la scène civique et la certitude que l’on allait se faire comprendre.

Or, que découvre-t-on de samedi à samedi ? Que “le pays” n’est pas comme on le pensait. Ce n’est pas seulement le pays des tensions des ronds-points et des supermarchés bloqués. A un autre niveau, c’est le pays de quelqu’un d’autre – on ne sait qui précisément – quelqu’un qui n’hésite pas à aligner devant vous des murs anti-émeutes, des blindés, des armes, des lacrymogènes. A vous qui avez dépensé une partie non négligeable de votre revenu mensuel pour venir sur les Champs Elysées et communier avec la nation des citoyen.ne.s, telle que vous la ressentiez à travers ce que l’on vous a appris à l’école et que l’on vous la présente dans les discours solennels. Et là, sur les Champs Elysées, le chemin le plus symbolique du pays, on vous traite comme un ennemi de cette chose précise que vous êtes venu réclamer et qui nourrit votre enthousiasme, votre frustration et votre espoir : la République.

La déception est immense. Vous comprenez assez rapidement qu’il ne s’agit pas d’une mécompréhension. Je l’ai entendu plusieurs fois – aussi bien par des gens de gauche que de droite – à partir de la mi-décembre : “Je ne mettrai plus les pieds à Paris pour me faire gazer comme un criminel. C’est une honte !”, “Je viens ici pour le bien de mon pays, pour les jeunes ; et tout ce que je trouve, c’est la matraque”.

Cela explique le changement dans la composition des manifestants avec le temps. Pas d’enfants, bien moins de femmes, retrait des non urbains dans leur espace d’origine. L’effet de percolation de ces expériences à travers les réseaux en ligne et les contacts directs sur les ronds-points fut rapide et profond. Une autre perception de la société française commence donc à émerger progressivement chez les Gilets Jaunes.

Quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle perception ? Comment change-t-elle leur propre positionnement dans le paysage politique ?
En premier, la confiance qu’ils et elles avaient dans leur lien avec la communauté civique nationale est brisée. Mais leur analyse n’est pas que tout le monde est contre eux. Ils voient que la majorité de la population – donc d’autres classes que la leur – les soutiennent. Par conséquent, ils ressentent que ce lien est brisé parce qu’il est ‘trahi’ par les “élites”. Ce terme désignera à partir de cette étape tous ceux qui ont le pouvoir d’agir comme intermédiaires entre les différentes parties de la société française parce qu’ils sont des acteurs puissants ou institutionnels, souvent les deux. La perception est alors que le jeu est faussé depuis la distribution des cartes elle-même. Hormis quelques inévitables éléments de conspiration ça et là, cela conduit à la réalisation que l’impasse dans lequel ils se trouvent n’est pas due à une coïncidence conjoncturelle mais à une tendance ‘lourde’. Ils expriment cela en affirmant qu’ “ils veulent faire de nous des rien-du-tout, ils ne veulent plus qu’il existe de classe moyenne ; pour qu’on soit pauvre et qu’on obéisse à tout”. Quand on leur demande qui sont “ils”, la réponse est complexe : “la finance qui tient le gouvernement dans chaque pays ; si on remplace Macron par un autre, ça ne changera rien. Le nouveau sera obligé de faire comme l’ancien”.

N’oublions pas que pour une grande partie d’entre eux, qu’ils aient voté pour Emmanuel Macron ou non, LREM représentait un espoir de changement par le seul fait de se réclamer d’une politique non ‘professionnelle’. Or, ils commencent à penser que si cela ne peut faire aucune différence, le pouvoir est ailleurs. Cette dimension obscure ils l’appellent “système”, “mondialisation”, “finance”, “Europe”, “l’argent”… selon leurs affinités et cultures politiques. Mais ils parlent clairement – et de façon très précise et habile – de l’architecture du système sociopolitique qui limite de fait les changements substantiels. Ils en concluent donc que cette dimension qui canalise et cadre les évolutions possibles dépasse en force la volonté du “peuple”, car elle aboutit toujours à des compromis qui la perpétuent.

C’est à ce point que le lien se fait avec un pouvoir spécifique auquel ils n’attachaient pas une grande importance avant : qui pose les questions ? Et ensuite : qui les rend pertinentes, voire importantes ? Vous voyez ici la mise en question fondamentale du processus politique dans son ensemble et, dans un deuxième temps, la mise en question du rôle de la sphère médiatique dans ce processus. Dans leurs discussions, ils découvrent alors que toute sorte de question peut être posée et doit être examinée. Je vous donne mon exemple le plus extrême ayant eu lieu au sein d’un groupe des gilets jaunes inconnus entre eux aux abords de l’Etoile : un homme paraissant absolument sain d’esprit, très éloquent et avenant, explique qu’il est naturel qu’une espèce change son environnement et que c’est seulement dans ce cadre que nous devons considérer l’écologie politique. De toute façon, dit-il, nous avons déjà engagé notre avenir sur des milliers d’années. Si la terre ne peut plus nous accueillir dans le futur, il faudra se préparer à habiter d’autres planètes. L’embarras est total dans le groupe. Un illuminé ? Un provocateur ? Quelqu’un lui pose alors spontanément la question : “Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? – Je travaille dans le traitement des déchets nucléaires”. Vu son discours, l’homme est en plus de formation supérieure, probablement ingénieur. L’assistance se fait donc à l’idée qu’ici existe une question absolument “hallucinante” mais qui pourrait finalement sous certains aspects constituer une question politique légitime.

L’interaction au sein du mouvement cultive le sentiment que le cadre d’interrogation du politique n’est ni si certain ni si justifié qu’on le croyait. Cela ne signifie pas que les gilets jaunes ne sont pas en majorité des pragmatistes convaincu.e.s focalisé.e.s sur la vie ordinaire. Il signifie au contraire qu’ils sont obligés par le processus qu’ils ont lancé eux-mêmes de se rendre à l’évidence que ce pragmatisme n’aboutira à rien s’il est déjà encadré par les questions posées par les pouvoirs en place, par les interrogations intelligentes de “ceux qui savent comment faire”. On réalise en somme que quand on sait faire quelque chose, il est impossible de revenir à la position où on ne sait pas le faire afin de l’interroger totalement.

C’est dans ce processus d’approfondissement que se cultive le goût pour la démocratie directe – sous la forme du RIC et de la réforme constitutionnelle – et la méfiance face au “grand débat” organisé par le gouvernement. Ce que les couches sociales supérieures ne comprennent pas à propos de cette méfiance est sa complexité. Il ne s’agit pas d’un rejet des positions précises du gouvernement et des acteurs politiques établis, plus généralement. Il s’agit du rejet d’un processus que l’on connaît convaincant, car il l’est objectivement une fois les jalons de l’interrogation posés. Les gilets jaunes ne doutent pas une seconde de l’intelligence des dirigeants, ils doutent que cette intelligence soit exploitée autant qu’il le faut au bénéfice du “peuple”. Leur revendication ne relève donc plus du raisonnement technique de résolution des problèmes, elle relève du principe politique de l’identification des problèmes.

Comme toute interrogation politique profonde, celle-ci met l’interrogeant face à un horizon pratique à 360 degrés. Que faire avec ce que l’on a compris ? N’en déplaise aux amateurs de la violence, aussi bien fascistes qu’insurrectionnels, les gilets jaunes ne sont majoritairement pas là pour pratiquer la subversion et encore moins la guerre sociale. Ils sont partisans d’un ordre permanent, prévisible et relativement juste. Mais ils ont compris qu’il n’y a pas grand-chose à attendre de l’ordre établi non plus. Nous arrivons donc au deuxième fondement de leur action : la solidarité. Puisqu’il heurte les analyses que nous avons l’habitude de faire, nous ne relevons pas assez la rareté d’un phénomène politique majeur dont nous sommes témoins. Les gilets jaunes arrivent à être solidaires dans le désaccord. Ce n’est pas sans intuition émotionnelle que certains voient le mouvement comme “leur famille”. A travers une architecture neuronale dont le modèle est bien sûr l’Internet, ils sentent que la fin de leur diversité sonnera le glas de leur légitimité, car ils se transformeront en un ‘courant’ politique comme les autres, avec ses propres mécanismes et ses propres vérités ; convaincantes mais fermées, donc sujettes aux mêmes pressions qu’ils considèrent malsaines. Entrer dans les couloirs et dans les débats du pouvoir ne peut se faire sans limiter son horizon. Or, maintenant ils sont conscients que leur apport à la France et à l’Europe est précisément cette possibilité alternative d’ouverture.

S’il est donc extrêmement difficile de trouver une issue qui évite un “retour à la normale”, il n’est pas impossible de gagner du temps en s’appuyant les uns sur les autres pour maintenir l’ouverture. L’ “Assemblée des assemblées” à Commercy exprime précisément cette affirmation de solidarité. Par sa transmission transparente – gérée sans médias externes – et par sa réserve face aux possibilités de la représentativité politique, elle maintient l’équilibre entre une large plateforme de revendications politiques et une pratique qui respecte les principes que le mouvement prône désormais. On se doit de demander combien d’espaces politiques – militants ou intellectuels – peuvent s’enorgueillir d’un tel équilibre.

Si tout cela prouve une maturité, on dirait que cela ne résout pas la question de l’action. Les institutions les pressent vers une normalisation partisane d’un côté tout en limitant leur capacité de manifester de l’autre. Combien de temps peuvent-ils tenir leur position fine avant que leurs sources d’énergie se tarissent ?
Cela dépendra de plusieurs facteurs parmi lesquels les aléas joueront un rôle déterminant. Par exemple, il est indéniable que les blessures graves causées par les armes de la police ravivent leur persévérance. Ils se le disent constamment pour s’encourager : “on ne lâche rien”. Evidemment, le gouvernement fait très attention pour éviter des morts, ce qui renflammerait le mouvement.

Il faudrait lire aussi dans la stratégie du gouvernement un mouvement d’encerclement de l’ ‘opinion publique’. Cela ne s’adresse pas au cœur du mouvement des gilets jaunes mais surtout à la périphérie et aux couches qui les soutiennent passivement. Le fameux “grand débat” est encore une démonstration d’intelligence à l’égard de ceux qui ne sont pas en train de questionner le cadre politique. Cette opération, si elle est suivie par un RIC de valeur symbolique, est susceptible de faire perdre aux gilets jaunes le statut des contestataires légitimes et de les requalifier en tant que ‘râleurs’ déraisonnés. Dans le même sens, l’engouement récent de l’état pour ‘les banlieues’ vise à éviter que leurs populations se rapprochent des gilets jaunes sur le plan militant ou émotionnel afin d’éviter que les couches inférieures traversent la plus grande barrière qui les sépare aujourd’hui, la barrière ethno raciale. Car si cette barrière est franchie et ‘les banlieues’ entrent dans une posture affirmée de revendication de citoyenneté, l’architecture politique et électorale dans les sociétés multiraciales s’effondrera immédiatement en Europe de l’Ouest. Là se trouve un des plus grands enjeux concernant l’impact possible des gilets jaunes. Il s’agit d’un enjeu profondément enfoui dont les partis politiques ont une conscience aiguë, car pour eux il s’agit d’une question de survie.

Un autre aspect est le rapport aux syndicats. La grève du 5 février a montré que si les convergences sont possibles et souhaitables, les ambitions politiques ne sont pas les mêmes. Les syndicats ne lient pas leur action à la condition sociopolitique générale et c’est pour cette raison qu’ils sont largement abandonnés. C’est étrange à énoncer de cette façon mais une vision du monde – implicite ou explicite mais avant tout réflexive – semble aujourd’hui nécessaire pour rendre un syndicat crédible. Les luttes contre les mesures spécifiques et le corporatisme co-gestionnaire ne produisent aucune loyauté, car justement la mise en question du cadre d’interrogation de la réalité manque. En apportant cela, les gilets jaunes menacent le modus operandi syndical fondé sur des lignes d’action spécifiques et datées. Les syndicats ne peuvent plus dire en somme qu’ils ne sont pas là pour questionner la légitimité d’un gouvernement, proposer une politique économique alternative, etc. Les gilets jaunes sont là pour tout, du prix du carburant à la démocratie directe. La dissonance est évidente. Comme pour la question ethno-raciale, on pourrait imaginer que les gilets jaunes puissent bouleverser le modèle syndical aussi.

Pensez-vous que de telles évolutions sont possibles ? Par exemple une convergence entre les gilets jaunes, la banlieue et les syndicats ?
Possible, théoriquement oui. Probable, non. Pour une série des raisons. En premier, seuls les gilets jaunes combinent la conscience politique collective avec l’absence d’une structure pyramidale. Cela signifie que tout acteur qui s’intéresse à eux doit en quelque sorte démonter sa hiérarchie interne, ce qui ne serait pas au goût de n’importe quel syndicat ou parti politique. Inversement, il faudrait faire confiance à une vision collective incluant ceux que vous avez appris à voir comme “Autres”, par exemple les premières ou deuxièmes générations des français par les français plus anciens.

Des structures de pouvoir et des identités collectives qui s’auto-déchoient pour laisser leur place à une vision politique partagée, ce n’est pas fréquent dans l’histoire humaine. Il est clair en même temps qu’un sentiment d’inadéquation systémique couvre l’Europe et cela devrait retenir notre plus grande attention. Si le souci d’un pouvoir est de se perpétuer en se légitimant, les conséquences de ses actions dépassent bien cette intention. En l’occurrence, l’Europe entière observe ce qui se passe avec les gilets jaunes en France. Un assèchement du mouvement sera bien sûr interprété par les partis politiques et les médias comme une victoire du gouvernement. Mais il ne sera pas interprété ainsi par les populations sous pression qui voient que la volonté de changement se heurte à un filtrage si puissant qui convertit tout le monde à l’absence d’alternative. Même quand vous accédez avec un mandat alternatif au pouvoir, vous n’avez qu’à vous adapter à une interdépendance qui vous dépasse. Le cas de Syriza en Grèce illustre parfaitement cette condition. Par conséquent, si les voies électorales et de protestation traditionnelle sont impossibles, que reste-t-il ?

Les gilets jaunes n’aiment pas parler actuellement de l’éventualité de “lâcher” mais que feront-ils si l’état parvient à user leur énergie ? Vers quelle direction iront-ils et elles ? Quelles sont les forces établies les plus ‘anti-systémiques’ déjà dans le jeu électoral et parlementaire ? Vous comprenez que nous pourrions avoir ici une belle prophétie qui s’auto-vérifie par un discours de respect du citoyen et de la nation, et par la promesse du lavage de l’affront que vous avez subi en vous sentant ignoré.e pendant des semaines et des semaines de protestation pacifique et solidaire. Je n’exclus donc pas la probabilité de ce scénario par lequel vous pouvez devenir réellement ce dont on vous accuse, ne serait-ce que pour faire tomber ceux qui vous ont humilié.e.s. Cela, non seulement s’est vu réaliser dans l’histoire européenne récente mais les signes d’une frustration à travers l’Europe sont forts. Chercher une victoire nette contre les gilets jaunes n’est pas du tout une chose positive, ni pour la société française ni pour l’Europe.

Vous insistez beaucoup sur le gouvernement et les médias que vous semblez comprendre comme un espace plutôt homogène dans l’univers des gilets jaunes. Dans quelle mesure cela est vrai et pour quelle raison cette homogénéisation existe ?
Dans l’univers symbolique des Gilets Jaunes existent bien sûr des distinctions et des nuances considérables. Cela n’empêche pas la convergence vers une vision assez unifiée des grandes influences qui s’exercent sur la société. Je parle de politique expérientielle. Considérons la situation suivante : vous êtes seul.e à ne pas vous en sortir en dépit de vos efforts. Vous avez honte de ne pas pouvoir faire ce que vous pensez être le minimum pour vos enfants et parfois aussi pour vos parents retraités. Vous vivez cela comme un échec personnel, une inadéquation individuelle. Votre image de ce qui veut dire ‘être normal.e” se construit à partir de ce qui ‘passe à la télé’, les représentations de fiction, les débats, les discours des hommes et des femmes d’influence paraissant aux infos. Puis, pour une raison qui est liée au prix du carburant, vous commencez à parler à d’autres qui sont touché.e.s par un sujet si important pour vous, si banal pour les gens ‘normaux’ que vous ne supposez pas en difficulté. Vous échangez sur Internet, vous les rencontrez, et vous découvrez alors que cela fait longtemps – très longtemps – que vous n’êtes pas seul.e. dans votre situation. Tout le pays est traversé par vos difficultés, vos incertitudes, vos angoisses. Alors, vous vous posez ensemble la question : comment cela se fait que vous ignoriez cette situation, que vos innombrables heures d’exposition au contenu de la sphère politique et médiatique ne vous ont pas révélé cette situation qui s’avère très répandue sur le plan de l’expérience ? “On a commencé à parler entre nous, à ne plus avoir honte” déclarent mes répondants. Parfois, on a l’impression d’être devant un MeToo social par lequel les Gilets Jaunes ont lié les pièces expérientielles individuelles en image sociopolitique générale.

Il en résulte naturellement que la contemplation collective de cette image provoque un violent rejet du récit politico-médiatique auquel ils adhéraient auparavant. Ici, il faut comprendre un autre point fin. Les couches qui se considèrent intellectuelles et adéquates se sentiraient aussi coupables de ne pas avoir pu comprendre la vérité, de ne pas avoir cherché d’autres sources d’information plus critiques etc. Mais pour les gilets jaunes ce qui prévaut est la confiance. On doit le répéter, ils ne sont pas demandeurs – du moins jusqu’à présent – d’un effondrement de l’ordre social mais ils veulent être respecté.e.s par les dirigeants. Alors, quand ces derniers ne vous révèlent pas ce que vous considérez comme le problème le plus grave du pays et de surcroît vous vous situez au cœur de ce problème, c’est que l’on cherche à abuser de vous. Il ne peut y avoir d’autres explications plus indulgentes.

La dernière étape de la rupture est la confirmation de ces conclusions dans la représentation du mouvement par les pouvoirs politiques et par plusieurs médias. Les Gilets Jaunes ont été pour la première fois conscients des luttes autour de la communication politique qui se livrent tous les jours. Ils ont été choqués par leur propre représentation dans les médias et par le fait qu’aussi bien le gouvernement que les médias qu’ils avaient l’habitude de regarder ou écouter refusaient de donner d’eux une image du “peuple” qui proteste légitimement et pacifiquement au bénéfice de tous. Cette réalisation douloureuse amplifie leur méfiance et leur hostilité en joignant les dimensions politiques et médiatiques dans un seul ensemble symbolique peu fiable, pour le dire de façon élégante.

Justement, on dirait que certaines dimensions de ce phénomène ont changé, notamment les représentations de la violence auprès de tous les acteurs impliqués avec le passage du temps. En dépit de l’abondance des discussions autour des Gilets Jaunes, nous n’avons pas une idée claire de leur posture concernant la violence en général et l’émeute en particulier. Avez-vous pu comprendre des éléments de leur posture ?
Encore une fois, on devra partir de deux points saillants. Leur refus initial de la violence, et la déception de s’être trouvé.e face à celle-ci. Dans le mouvement, il existe évidemment des groupes et des individus avec des postures différentes mais ils ont partagé très vite un constat : “On s’occupe de nous seulement quand il y a violence. Je le regrette mais je dois reconnaître que les black bloc nous servent au moins pour être entendus”. Ce rapport de bénéficiaire involontaire de la violence portée par les autres les a constamment interrogé.e.s au plus haut point, car il a déterminé très vite leur rapport avec la maturation politique du mouvement. A savoir, comment avoir un impact quand on cherche à vous contourner ? Si les barrages des ronds-points ont montré leur efficacité locale, le rapport avec la police, le gouvernement et les médias a déterminé leur impact national. A partir de décembre, l’enjeu était crucial et ils ont compris que les graffiti sur l’Arc de Triomphe – souvent décriés par eux-mêmes – faisaient plus la une que leurs revendications. Cela a donné rapidement voie à deux réactions ; la première, établissant une ‘vérité objective’ selon laquelle la violence n’était pas la dimension importante, communiquée à l’intérieur du mouvement sur les réseaux en ligne. La seconde, une tolérance de ceux qui étaient violents dans les manifestations. Ces deux réactions ont ensuite conflué pour construire et stabiliser leur compréhension du rôle que le gouvernement accordait à la police, à savoir de réprimer les manifestations de façon illégitime et de provoquer de la violence afin de décrédibiliser le mouvement. Naturellement, ils se sont donc tournés vers ce que la police faisait, les “nassages” systématiques et l’usage des armes à létalité réduite. La structure réticulaire de leurs communications a fait ensuite le nécessaire pour révéler l’ensemble documenté des blessés graves et injustifiés parmi les Gilets Jaunes. Et là, ils ont élevé ces expériences en conscience collective de victimes innocentes. Encore une fois donc, leur compréhension de la violence a changé, car ils ont pensé que subir cette violence sans céder à la peur, était un acte de résistance politique en soi. Il ne fallait donc pas riposter pour affirmer leur position. Être là suffisait.

Comme vous le comprenez, les gilets jaunes ne sont pas des émeutiers dans l’âme, ils ne veulent pas provoquer de situations d’émeute, car ils ont la conviction confiante qu’eux-mêmes sont l’âme de ce pays. Le fait que l’on ne les écoute pas ne représente pas pour eux la conséquence d’une lutte ; cela démontre directement une usurpation. Ils voient la révolution comme un fleuve qui grossit tranquillement et inonde bien au-delà de ses berges impuissantes. Cela ne signifie pas que l’insurrection violente – qui est avant tout une situation produite sur le terrain – est impossible. Il signifie que ce n’est pas un objectif, voire que l’objectif serait de parvenir aux changements souhaités en évitant toute violence.

Dans certains cas, on pourrait parler de centristes radicaux si l’on aime les paradoxes. Par exemple, comment classer une fonctionnaire d’environ quarante-cinq ans qui a participé à la “Manif pour tous” et ayant éprouvé la violence policière dans ce cadre, rejoint le Gilets Jaunes en considérant que la violence contre eux est “injustifiée et impardonnable” ? Elle se déclare “pas du tout radicale” tout en restant sur la place de la République tandis que la police cherche à l’évacuer par des charges et des émissions de lacrymogènes. Elle fait connaissance dans ces circonstances avec deux autres femmes qui sont venus d’ailleurs pour manifester à Paris et lui parlent des conséquences déchirantes du chômage pour des jeunes gens dans leurs familles. Elle écoute, elle comprend, elle compatit. Quand on lui pose des questions à propos de la violence ensuite, elle dit qu’ “elle ne sait plus” tout en étant consciente qu’il s’agirait aussi d’atteindre des objectifs politiques avec lesquels elle est partiellement en désaccord. La question se pose donc de plus en termes de clôture des voies de communication vers les élites et l’inadéquation du processus électoral actuel en tant que participation politique. Il est à noter ici que l’avènement de LREM en tant que nouvel acteur a favorisé cette représentation de clôture, car des appareils partisans n’étaient pas en place à tous les niveaux afin de “verrouiller” les réactions et de récupérer ou canaliser les revendications lors de leur émergence. Ainsi, des liens directs entre des individus ont pu se nouer et la représentation a pu émerger qu’en face il y avait directement le gouvernement et le Président.

En somme, la posture des Gilets Jaunes envers la violence continue à évoluer en restant toujours prudente sous une perspective de ‘délégation passive’ aux éléments les plus radicaux ou de tolérance de ces derniers. C’est significatif que les idées, les motivations et les objectifs de ces groupes radicaux ne sont pas discutés parmi les Gilets Jaunes sur le terrain. Au plus, vous entendrez certains dire que la raison pour lesquelles la police n’arrête pas les black bloc et les laisse déambuler facilement parmi les manifestants, est parce que “ça sert à Castaner”. Il existe un consensus général sur le fait que le gouvernement recherche des épisodes violents afin de délégitimer le mouvement. Ce consensus ne se fonde pas sur une vision complotiste générale mais sur des observations très précises lors des manifestations.

Finalement, les blessures graves causées par les armes de la police ont consolidé la représentation collective de la violence au point où cela a influencé les médias qui se sont penchés un peu plus sur le sujet et ont commencé à les représenter comme victimes. Les éborgnements et les mutilations ont finalement surgi à travers l’extraordinaire persévérance du mouvement. Les Gilets Jaunes ont progressivement compris aussi que l’on n’a pas besoin d’un complot pour expliquer le fonctionnement du pouvoir. Ils commencent à le comprendre comme un exercice d’influence et de filtrage. Comme ils le disent, “ce ne sont pas les journalistes sur le terrain, ce sont les patrons plus haut qui laissent ou laissent pas passer”. Encore une fois, leur expérience les conduit vers une conscience profonde, une critique calme et systémique qui renforce leur conviction qu’il n’est pas suffisant de changer les dirigeants, il faut un nouveau rapport du peuple au pouvoir. C’est ce qu’ils entendent par la VIe République.

Quelles sont les évolutions que vous voyez pour le mouvement des Gilets Jaunes ?
Bien sûr, non seulement l’histoire ne se prédit pas mais le plus souvent elle ne s’annonce pas non plus. Une issue heureuse serait évidemment que nous ayons de changements considérables du système électoral et exécutif vers une participation qui permet la priorisation et la décision par des grands nombres.

Mon appréciation à cet instant est que cette issue est improbable, car elle se heurte non seulement à la volonté du gouvernement mais aussi à celle de tous les acteurs politiques établis. Vous aurez par exemple remarqué que le Président consulte tous les autres partis politiques – chose inouïe – afin de fonder l’impression d’un dialogue large faisant paraître les Gilets Jaunes comme des mécontents obtus qui ne savent pas que ce qu’ils proposent est déjà là : la démocratie, le débat avec la société, l’écoute, la solidarité etc. En somme, hormis le “pouvoir d’achat”, ces gens n’ont aucune revendication raisonnable. C’est une façon structurée pour faire revenir les Gilets Jaunes à leur condition habituelle, à savoir se taire individuellement et voter pour quiconque semble plus susceptible de leur offrir une marge de consommation un peu plus élevée. Ils n’ont pas à se mêler des “grandes questions”. Cette fonction est trop importante pour leur laisser une place. En somme, il s’agit de la question politique primaire de qui se trouve sous la tutelle de qui, car les Gilets Jaunes affirment de plus en plus depuis un moment que ce sont les “élites” qui doivent être sous la tutelle du “peuple” et non pas l’inverse.

L’enjeu porté donc par les Gilets Jaunes avec force est pleinement la réorganisation politique des sociétés postindustrielles. Le fait qu’ils ne l’expriment pas de cette façon ne le rend pas moins important. On pourrait en vérité dire le contraire : puisque cet enjeu émerge en tant qu’expérience et non pas en tant que discours, il existe vraiment comme réalité plutôt que comme projection intellectuelle.

L’objectif inavoué de la classe politique établie est naturellement de contenir cette interrogation avant qu’elle ne paraisse légitime auprès de société élargie. C’est pour cette raison par exemple qu’à partir d’avant-hier (samedi 9 février) un nouvel assaut discursif est lancé sous le terme d’“antiparlementarisme”. Du moment où l’accusation d’extrême droite et d’extrême gauche n’a pas pu éroder le soutien pour le mouvement, voici un nouveau concept pour enfermer tous les Gilets Jaunes dans une catégorie ‘sale’.

La lutte symbolique est forte. Il y en a aussi parmi les médias et le monde politique certains qui ironisent sur leurs slogans mal orthographiés sans comprendre l’importance capitale de cet acte : oser publier sa vision même si on est conscient que l’on fait des erreurs. Se réclamer du droit d’exister en tant qu’être médiocre, simple, normal en dehors de toute “excellence”.

Tout cela augmente la probabilité que le mouvement soit contenu par une alliance spontanée et implicite de toutes les forces qui craignent un changement sociopolitique important. Si les choses avancent ainsi, le résultat paraîtra parfaitement recevable pour les vainqueurs mais ce sera probablement une catastrophe pour la France et pour l’Europe. La seule voie qui restera alors ouverte sera la voie électorale où ceux qui surenchérissent en crainte ou en identité récolteront les bénéfices de l’impasse. Ce sera un résultat malheureux pour tous, sauf pour les partis politiques qui échapperont à la révélation de leur inutilité croissante devant l’affirmation d’une citoyenneté prétendant à l’accès direct au pouvoir.

Michalis Lianos est professeur à l’université de Rouen et directeur de la revue « European Societies » de l’Association Européenne de Sociologie. Il est notamment l’auteur de l’excellent Le nouveau contrôle social – Toile institutionnelle, normativité et lien social