Le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), affilié à la CFE-CGC, appelle l’ensemble des infirmières de la fonction publique et du privé à un mouvement de grève le jeudi 17 septembre. Une journée qui s’inscrit « dans le cadre d’une mobilisation unitaire des hospitaliers », précise le syndicat qui appelle à des actions locales autour des établissements. Mais aussi, le même jour que les grèves et manifestations interprofessionnelles initiées par la CGT dès le 9 juillet, avant d’être rejointes par Solidaires puis soutenues par la FSU. La CFE-CGC, présente lors de la dernière réunion de l’intersyndicale nationale fin août n’avait pourtant pas souhaité s’associer à la date du 17 septembre. Pas plus que Force ouvrière.

Le syndicat infirmier dénonce un Ségur de la santé qui « ne répond pas aux attentes des professionnels de santé des hôpitaux, clinique, et Ehpad ». Et cela, que ce soit pour le nombre de lits ou de postes nécessaire au système de soin. L’augmentation de 183 € par mois, en deux fois, prévues dans l’accord salarial du Ségur, signé au mois de juillet par la CFDT, l’UNSA et FO, ne trouve pas non plus grâce à leurs yeux. Le mouvement de grève initié en mars 2019 dans les services d’urgence réclamait une augmentation de 300 € par mois pour rejoindre la moyenne européenne. Autre sujet de conflit avec le gouvernement : la restriction aux seuls soignants décédés de la Covid-19, ou placés en réanimation, de la reconnaissance en maladie professionnelle. Et ce, alors qu’ils ont manqué de protection au plus fort de la crise sanitaire au printemps.

Photo : Serge d’Ignazio


Article publié le 06 Sep 2020 sur Rapportsdeforce.fr