Juillet 3, 2022
Par Le Poing
187 visites

Ce mardi 5 juillet le CNOUS décidera de la reconduction ou non des repas à un euro pour les étudiants boursiers. Les syndicats étudiants lancent une mobilisation en ligne, espérant peser sur la décision.

Pour permettre aux étudiants boursiers d’accéder à un repas complet à un tarif réduit, le repas à un euro a été institué dans les restaurants universitaires des Crous de France à la rentrée 2020. Fin janvier 2021, le dispositif a été étendu aux non-boursiers, jusqu’à la rentrée de septembre 2021. Après avoir resseré le périmètre de la mesure aux seuls boursiers, le CNOUS doit maintenant délibérer le 5 juillet. Les repas resteront-ils à bas prix pour les boursiers, dans un contexte de forte inflation ?

Les syndicats étudiants appellent donc à une campagne de pression en ligne, pour garantir la pérennisation de ce tarif social. Deux options pour y participer : partager le hashtag #OnVeutMangerPour1Euro sur les réseaux sociaux, et interpeller par mail les directeurs de CROUS, via ce lien.

A Montpellier, ce jeudi 30 juin 2022 se tenait le conseil d’administration du CROUS Montpellier-Occitanie, qui a délibéré sur les conditions de paiement et les tarifs des cafets universitaires qui en dépendent. Si les tarifs des formules proposées en cafétéria ne changent pas, le prix des plats cuisinés et des pizzas hors formule augmente de 4,55% et passe à 3,30€ au lieu de 3,20€. Contre l’avis de l’ensemble des élus étudiants, à l’exception de ceux du syndicat UNI, proche de la droite conservatrice.

Seconde décision : interdire l’utilisation de cartes bancaires dans les établissements du CROUS, au profit du seul service Izly, qui appartient à la Caisse d’Epargne-Banque Populaire, une carte de paiement rechargeable. La possibilité de payer en espèces avait déjà été retirée aux étudiants quelques années auparavant. Le Syndicat de Combat Universitaire (SCUM) dénonce « ce choix d’imposer à tout le monde d’utiliser un groupe bancaire aux multiples condamnations (discrimination raciale, prise illégale d’intérêt, scandale Natixis, révélations sur le financement d’industries polluantes …etc) ».

Le même syndicat rappelle qu’il existe une commission ASAP au Crous de Montpellier, qui permet de débloquer des aides financières d’urgence pour les étudiants précaires. Plus d’infos sur les différentes aides dispos pour les étudiants par ici.

Repas sautés, renoncement aux soins, difficultés de logement, misère financière : l’Observatoire National de la Vie Etudiante s’alarmait après une enquête menée pendant l’année 2020 d’une aggravation nette de la précarité étudiante, étendue à de nouveaux publics.




Source: Lepoing.net