DĂ©cembre 17, 2020
Par Union Syndicale Solidaires
153 visites


Lors d’une interview Ă  la chaĂźne d’information LCI, AmĂ©lie de Montchalin, ministre de la transformation et de la fonction publiques, a annoncĂ© ouvrir une plateforme basĂ©e sur le volontariat d’agent·es publics « pour apporter leur aide dans la lutte contre l’épidĂ©mie Â». Afin de rĂ©pondre Ă  la question des agent·es potentiellement disponibles pour y contribuer, elle Ă©voque celles et ceux qui connaissent une activitĂ© cyclique en citant « les impĂŽts Â».

Ces propos soulignent le mĂ©pris d’une ministre qui mĂ©connaĂźt totalement l’Ă©tendue des tĂąches des agent·es en charge de la fiscalitĂ© et de la gestion publique, qui soit dit en passant sont des agent·es des finances publiques depuis 2008. Contrairement Ă  ce qu’elle affirme, la gestion fiscale ne se limite pas au seul recouvrement de l’impĂŽt sur le revenu. Elle implique Ă©galement l’Ă©tablissement de l’assiette, le contrĂŽle, le traitement du contentieux, l’accueil et l’information des usager·es, qu’il s’agisse des particuliers ou des entreprises.

Soit la Ministre ne connaĂźt vĂ©ritablement pas les tĂąches des agentes et des agents. Ceci est grave et souligne son incompĂ©tence !

Soit elle les connaĂźt effectivement et c’est encore plus grave, car malhonnĂȘte… Ces propos participent en effet aux stĂ©rĂ©otypes grossiers qui conduisent au discrĂ©dit du travail des agentes et des agents de la DGFiP !

Leurs tĂąches sont certes en partie cycliques mais elles s’enchaĂźnent rapidement, compte tenu de la diversitĂ© des impĂŽts gĂ©rĂ©s, et cela les occupe largement tout au long de l’annĂ©e.

La ministre semble Ă©galement ignorer l’explosion de la charge de travail des agent.es qui s’explique en grande partie par les dizaines de milliers de suppressions d’emplois et les rĂ©formes inadaptĂ©es qui affectent leur administration depuis prĂšs de 20 ans.

Ces propos sont insultants pour celles et ceux qui, dans la pĂ©riode, sont en premiĂšre ligne pour mettre en Ɠuvre les dĂ©cisions du gouvernement destinĂ©es Ă  juguler les effets de la crise Ă©conomique.

  • En assurant quotidiennement le versement du fonds de solidaritĂ© et le remboursement des crĂ©dits de TVA ;
  • En veillant au paiement rapide des marchĂ©s publics, Ă  l’accompagnement des entreprises en difficultĂ© et des collectivitĂ©s locales ou encore Ă  l’encaissement des recettes notamment pour les Ă©tablissements hospitaliers ;
  • En assurant le soutien de nombreux particuliers frappĂ©s eux-aussi par les effets de la crise.

Solidaires Finances Publiques, rĂ©uni en congrĂšs, affirme par ailleurs que les missions d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral doivent ĂȘtre exercĂ©es par des agent·es publics ayant reçu une formation dĂ©diĂ©e et non dĂ©pendre du bĂ©nĂ©volat ou du recours Ă  de jeunes volontaires du service civique.

Solidaires Finances Publiques exige de la Ministre un démenti explicite.

Solidaires Finances Publiques interpelle le Directeur général des Finances publiques qui doit affirmer son soutien aux agentes et agents ainsi dénigré·es.

Solidaires Finances Publiques se tient à cÎté des agentes et des agents de la DGFiP pour les défendre et défendre leurs missions au service des usagÚres et des usagers.




Source: Solidaires.org