Mars 30, 2016
Par CNT AIT Paris
92 visites


La loi Travail-El Khomri ouvre en grand les portes à la précarisation de l’emploi. L’emploi précaire est déjà là : la part des embauches en contrat précaire est de plus en plus élevée, la durée moyenne des CDD et CTT a nettement baissé, la part des contrats précaires est très élevée pour certaines catégories (50% pour les 15-24 ans). Mais ça ne suffit pas à l’État et aux patrons : en 2012, 87 % des salariés sont encore en CDI, sans compter les fonctionnaires qu’il faut déqualifier.

En complément des ruptures conventionnelles (165 000 au 1er semestre 2015), la loi Travail rentre ici en jeu afin de faciliter le licenciement et durcir les conditions d’exploitation en offrant aux entreprises le soin de faire leur propre loi.

L’accord collectif prime sur la loi (le Code du Travail), sur la convention de branche, et même sur le contrat de travail. Sous couvert de « démocratie directe », dans le cas d’un accord impossible avec les syndicats, le patron soumettra à un référendum ses salariés, qui, pris à la gorge, sous pression et menaces de licenciement, valideront ses décisions.

Il est inutile d’espérer quoi que ce soit de la négociation menée par les bureaucraties syndicales : qu’elles se prétendent « réformistes » ou « combatives », elles sont le fusible de nos mobilisations. Leurs grèves d’un jour et leurs cortèges corporatistes sont faits pour épuiser et désorienter les exploités. Les lycéens et les étudiants sont aujourd’hui les seuls à ne pas en dépendre : à nous de suivre leur exemple !

Les luttes et victoires passées en témoignent, seule notre capacité à nous organiser et à décider collectivement nos actions à mener peut nous sortir de l’impasse.

À nous, les exploités et les opprimés, de construire une société sans classes ni État, où nous nous débarrasserons des productions et activités inutiles et nuisibles, pour nous concentrer sur une répartition globale du travail et des revenus, nous offrant du temps libre, mettant l’économie au service de l’humain, et non l’inverse.

CONSTRUISONS LA GRÈVE GÉNÉRALE EXPROPRIATRICE !

Cliquez sur le tract pour le télécharger au format PDF :

Une loi pour casser la loi




Source: