Septembre 25, 2022
Par Indymedia Lille
248 visites

J’écris pour partager quelques rĂ©flexions et donner des nouvelles.

Je voudrais commencer par quelque chose qui illustre bien les méthodes du systÚme judiciaire.

Quelque jours aprĂšs mon arrestation, la juge qui a instruit l’enquĂȘte, StĂ©phanie Lahaye, a envoyĂ© deux flics de la SDAT (dont l’OPJ « RIO 1237232 Â» – comme des machines, ils se nomment par des nombres) interroger ma fille et sa mĂšre. ObĂ©issant Ă  ses ordres, aux procĂ©dures de la justice de l’État, ils ont essayĂ© de faire pression sur une jeune fille de 12 ans. AprĂšs l’avoir faite attendre dans la cour de la gendarmerie du coin, pendant l’interrogatoire de sa mĂšre, ils auraient voulu l’interroger toute seule. Sa mĂšre, Ă©videmment, a refusĂ© de la quitter.

Une procĂ©dure ordinaire, banale, un acte nĂ©cessaire Ă  l’établissement de la vĂ©ritĂ©, pour juges et flics. Une façon, Ă  mon avis, d’essayer de rĂ©pandre la crainte. Un avertissement Ă  mes proches et Ă  tout un chacun car, dans la logique inquisitoriale de la Justice, les personnes qui restent ou qui se placent aux cĂŽtĂ©s d’un anarchiste inculpĂ© pour des actions directes sont suspectes et doivent ĂȘtre importunĂ©s.

C’est un peu la mĂȘme logique qui a Ă©tĂ© utilisĂ©e Ă  mon encontre. Quand la mĂȘme OPJ, lors des audiences de la GAV, me demandait, me reprochait d’avoir soutenu des anarchistes emprisonnĂ©s, en France et dans d’autres pays. De leur avoir Ă©crit et parfois envoyĂ© un peu d’argent. Bien sĂ»r, j’ai souvent Ă©crit Ă  des nombreux compas emprisonnĂ©s et j’ai fait de mon mieux pour leur exprimer ma solidaritĂ©. Parce que ce sont des anarchistes et aussi parce que je suis convaincu de la justesse et de la nĂ©cessitĂ© des actions dont certains d’entre eux sont inculpĂ©s. Je pense que la solidaritĂ©, par tous les moyens nĂ©cessaires, avec des compas frappĂ©s par la rĂ©pression est fondamentale.

Éviter de se solidariser ouvertement avec eux, de peur que la rĂ©pression s’élargisse, signifierait rentrer dans le jeu de la Justice, accepter sa logique. Une logique qui nous ferait reculer de plus en plus, jusqu’a abandonner, ou presque, les rĂ©volutionnaires emprisonnĂ©s.

Mais venons-en maintenant aux faits pour lesquels je suis actuellement en dĂ©tention prĂ©ventive. Voici la liste des incendies :

- le 22 janvier 2022, un vĂ©hicule Enedis (Ă  Paris) et un vĂ©hicule SFR (Ă  Montreuil)

- le 20 fĂ©vrier, un vĂ©hicule de l’Est RĂ©publicain (Ă  Montreuil)

- le 4 mars, une voiture avec plaque diplomatique et une Aston Martin (Ă  Paris)

- le 24 avril, un vĂ©hicule Enedis (Ă  Paris)

- le 11 juin, une voiture avec plaque diplomatique (Ă  Paris).

Comme je disais dans ma premiĂšre lettre, je suis aussi tĂ©moin assistĂ© dans une autre enquĂȘte, commencĂ©e par la PJ de Paris. Celle-ci porte sur 53 incendies de vĂ©hicules, revendiquĂ©s par des anarchistes, entre 2017 et 2021. Je n’en sais pas plus sur ce volet de l’affaire.

Dans cette liste, il y a des voitures d’institutions Ă©tatiques Ă©trangĂšres (ou de leurs hauts fonctionnaires), dans des quartiers riches de Paris. Des incendies qui doivent donner une image mitigĂ©e de la France, face au personnel diplomatique de ses partenaires internationaux. Pour ma part (et je sais que je ne suis pas le seul), je pense que tous les États sont les responsables directs des guerres, de l’exploitation, de la rĂ©pression subies par des milliards de personnes. On pourrait voir ces incendies comme un petit retour de flamme. Dans l’attente de mieux.

Il y a aussi des vĂ©hicules de riches et de grandes entreprises, par exemple du secteur Ă©nergĂ©tique (comme Enedis, filiale d’EDF). Des sociĂ©tĂ©s qui, sous couvert de « souverainetĂ© Ă©nergĂ©tique Â», entraĂźnent les nuisances nuclĂ©aires d’aujourd’hui, les possibles dĂ©sastres nuclĂ©aires de demain. Il y a des entreprises qui nous abrutissent avec leur propagande des valeurs capitalistes et Ă©tatiques (comme le quotidien l’Est RĂ©publicain) ou qui nous enferment dans la toile d’araignĂ©e numĂ©rique (comme SFR).

Chacune de ces actions a Ă©tĂ© expliquĂ©e par une revendication et je n’ai rien Ă  y ajouter. En ce qui me concerne, je ne peux que soutenir de tout mon cƓur la pratique de l’action directe destructrice. Je soutiens le choix des cibles de ces attaques, leurs motivations et le fait de les revendiquer ouvertement comme des apports Ă  la lutte anarchiste contre l’État et le systĂšme capitaliste. MĂȘme chose pour la pratique de la solidaritĂ© internationaliste avec des anarchistes emprisonnĂ©s, que ces actions ont souvent exprimĂ©.

Pour les nouvelles :

le 5 octobre je passerai devant le Juge des Libertés et de la Détention, qui décidera si prolonger la préventive ou me laisser sortir.

La nouvelle juge d’instruction qui s’occupe de mon affaire (la prĂ©cĂ©dente Ă  changĂ© d’affectation) est Anne Grandjean, toujours au tribunal de Bobigny.

Mon courrier (en entrĂ©e et en sortie) est toujours bloquĂ©, depuis le 19 juillet. Apparemment ça devrait se dĂ©bloquer sous peu (enfin, il faut tenir compte des lenteurs de la bureaucratie judiciaire). En tout cas, dĂšs que je pourrai le recevoir, j’essayerai de rĂ©pondre Ă  chaque personne qui m’a Ă©crit, que je remercie Ă  l’avance.

Le dossier de l’équeute Ă  Ă©tĂ© dĂ©posĂ© au greffe de la prison, du coup je pourrais (toujours en tenant compte des lenteurs de la bureaucratie carcĂ©rale) en savoir un peu plus sur ce que les flics disent.

Mes remerciements, de tout cƓur, vont Ă  mes proches, aux compas de l’Anarchist Bure Cross, Ă  la Cassa Antirepressone delle Alpi Occidentali (aussi pour leur gentile disponibilitĂ© au soutien financier). Et Ă  vous tou.tes qui m’avez Ă©crit !

Un clin d’oeil Ă  ceux et celles qui expriment leur solidaritĂ© par les actes, comme la belle banderole Ă  Bure et celle prĂšs de Caen, les pancartes Ă  l’arrivĂ©e du Tour de France, l’incendie d’un utilitaire de Vinci a l’Hay-les-Roses, d’un vĂ©hicule de l’entreprise de tĂ©lĂ©communications Cosmote, Ă  AthĂšnes, d’une antenne-relais a Barcelone ou encore le saccage d’antennes-relais dans le Gers. Merci !

Une accolade fraternelle aux compagnons et compagnonnes anarchistes enfermés dans les prisons du monde entier, en particulier à Alfredo, qui lutte contre le 41-bis.

Vive l’anarchie !

Ivan

Villepinte, 25 septembre 2022

Pour m’écrire :

Ivan Alocco

n. d’écrou 46355

M.A. de Villepinte

40, avenue Vauban

93220 – Villepinte





Source: Lille.indymedia.org