Octobre 23, 2021
Par Le Monde Libertaire
351 visites


Donnez une gifle au PrĂ©sident de la RĂ©publique, c’est la comparution immĂ©diate.
Perdre la vie aprĂšs un banal contrĂŽle routier quand vous ĂȘtes une personne lambda et de surcroĂźt antillais, la justice passera le petit braquet.

Ancien maçon, Claude est jeune retraitĂ©. Connu pour sa joie de vivre et sa bonne humeur, il vit sa retraite paisiblement. Il est toujours prĂȘt Ă  dĂ©panner les voisins et amis. La Guadeloupe il y vit depuis toujours.
Le 21 novembre 2020 Ă  Deshaies, Claude rentre de ses courses quand les gendarmes l’arrĂȘtent pour un banal contrĂŽle routier qui aurait Ă©tĂ© motivĂ© par « une conduite hĂ©sitante », selon le procureur.
En visionnant la vidĂ©o filmĂ©e par une camĂ©ra de vidĂ©osurveillance municipale, il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour se rendre compte qu’à aucun moment, Claude souhaite se soustraire du contrĂŽle ou fait preuve de violence envers les gendarmes, bien au contraire, il exĂ©cute les consignes et avance son vĂ©hicule de quelques mĂštres, discutant mĂȘme avec un des militaires.
Toujours selon le procureur, les gendarmes ont dĂ©cidĂ© d’extraire Claude du vĂ©hicule car, « il y avait un risque de dĂ©part qui Ă©tait susceptible d’ĂȘtre dangereux pour lui-mĂȘme et pour les autres ».
La question qui se pose est : Finalement Ă©tait il plus dangereux pour lui de partir, ou de se laisser contrĂŽler par les gendarmes ??? La suite peut nous laisser quelques doutes.
Mais voilĂ , Claude mesure 1,90 m et les gendarmes s’y reprennent Ă  deux fois pour le sortir de sa voiture. Ils saisissent son bras et le tirent brutalement pour l’extraire du vĂ©hicule alors qu’il ne manifeste aucune rĂ©sistance. Claude tombe au sol tel un poids mort, inerte, il est manifestement inconscient.
Trois minutes aprĂšs, un des gendarmes tente de le relever mais le relĂąche sĂšchement, provoquant un violent choc Ă  l’arriĂšre de sa tĂȘte.
Ce qui est frappant en regardant ces images, c’est qu’aucun geste de premiers secours n’est entrepris. Ah si pardon, un seul, mais celui-lĂ  n’est pas franchement dans les manuels de secourisme. Dans un geste de bontĂ© rĂ©publicaine, l’un des gendarmes maintient Ă  l’aide de son pied (dĂ©licatement chaussĂ©e de sa rangers), un chapeau sur la tĂȘte de Claude, toujours inconscient Ă  ce moment lĂ .

Claude va rester plus de dix minutes inconscient sur le bitume brĂ»lant de la Guadeloupe. Les gendarmes seraient-ils dispensĂ©s d’ĂȘtres formĂ©s aux premiers secours ??? Et bien NON, les Ă©crits sont lĂ  mais les gestes sont absents. Voici une information trouvĂ©e sur le site du ministĂšre de l’intĂ©rieur : « Le secourisme est une technicitĂ© socle, il est enseignĂ© dĂšs la formation initiale Ă  tous les personnels militaires, qu’il soient gendarmes adjoints volontaires, sous-officiers ou officiers, d’active ou de rĂ©serve ».
Claude est ensuite transportĂ© au CHU de Pointe-Ă -Pitre oĂč il sera placĂ© en coma artificiel. Les mĂ©decins font Ă©tat d’une double fracture des vertĂšbres, dont une qui compresse la moelle Ă©piniĂšre.

AprÚs 12 jours en réanimation son état se dégrade, Claude succombera le 3 décembre 2020.
Lors de l’autopsie, le mĂ©decin lĂ©giste prĂ©cisera que ses blessures sont compatibles avec les conditions de l’extraction.

Face à cette interpellation qui conduira au décÚs de Claude, Fatia sa fille et Christophe son gendre ne lùcheront rien, ils veulent que justice lui soit rendue.

En Guadeloupe c’est l’incomprĂ©hension, de nombreuses personnes et associations se mobilisent pour dĂ©noncer cette affaire.
Presque un an aprĂšs, la lumiĂšre n’est toujours pas faite. Les gendarmes sont toujours en activitĂ© et aucune sanction disciplinaire n’a Ă©tĂ© prise Ă  leur Ă©gard.

Cette justice elle fait faux bon depuis bien longtemps dans cette petite Ăźle des CaraĂŻbes, comme dans bon nombre de dĂ©partements d’outre mer.

L’État nous vend en permanence la justice, et dans justice il y a le mot JUSTE.
Est-ce JUSTE qu’en mai 1967 lors de mouvements sociaux ouvriers en Guadeloupe, les gendarmes fassent feu sur les manifestants??? Bilan officiel 87 morts. Pas le genre d’histoire enseignĂ©e Ă  l’école.
Est-ce JUSTE que pendant 30 ans par le biais du BUMIDOM (bureau pour le dĂ©veloppement des migrations dans les dĂ©partements d’outre-mer), l’État ait fait passer une politique coloniale pour une politique sociale, dĂ©racinant ainsi des milliers d’antillais et rĂ©unionnais???
Est ce JUSTE quand l’État submerge de ChlordĂ©cone (insecticide cancĂ©rigĂšne) les terres antillaises jusqu’en 1993, alors que mĂȘme les États-Unis l’ont interdit en 1976???
Est-ce JUSTE que l’État laisse la Guadeloupe avec un rĂ©seau d’eau continuellement en dysfonctionnement, avec des pĂ©riodes privant d’eau potable la population pendant plusieurs semaines???
Est-ce JUSTE que la plupart des richesses de ces ßles appartiennent encore à une certaine bourgeoisie post négriÚre???
Est-ce JUSTE quand l’État pointe du doigt la mĂ©fiance vaccinale aux Antilles??? La mĂ©fiance envers l’Etat est naturelle, un passĂ© colonial esclavagiste ne disparaĂźt pas d’un coup de baguette magique.
Bref, en Guadeloupe la justice, elle est timide


Est-ce JUSTE que le 3 dĂ©cembre 2020, un paisible retraitĂ©, Claude Jean-Pierre, dĂ©cĂšde suite Ă  un banal contrĂŽle routier alors qu’il ne montre aucun signe de violence???

Justice doit ĂȘtre faite.

Reka. Groupe Germinal de la FĂ©dĂ©ration anarchiste – Marseille




Source: Monde-libertaire.fr