Mai 9, 2021
Par Le Monde Libertaire
351 visites


DĂ©cidĂ©ment, l’ONU ne s’est pas grandie et vient encore une fois de faire la preuve que beaucoup de reprĂ©sentants des États qui y siĂšgent sont totalement infĂ©odĂ©s au capitalisme et aux donneurs d’ordres que sont les patrons des multinationales.
En acceptant d’élire l’Iran Ă  la commission de la condition fĂ©minine, pour quatre ans, l’ONU vient de commettre une vĂ©ritable imposture.
D’autant que cette commission est censĂ©e travailler Ă  la promotion de l’égalitĂ© des sexes et Ă  l’autonomisation des femmes !
Or, dans ce pays la loi confĂšre aux femmes un statut infĂ©rieur Ă  celui des hommes et leur impose le port du voile dans l’espace public. Le rĂ©gime n’autorise pas les femmes Ă  prendre des dĂ©cisions pour leurs propres corps, et toute femme qui se bat pour ses droits fondamentaux est considĂ©rĂ©e ĂȘtre une criminelle, l’a rappelĂ© Masih Alinejad, militante fĂ©ministe iranienne qui vit aux États-Unis.

« Élire la RĂ©publique islamique d’Iran pour protĂ©ger les droits des femmes, c’est comme faire d’un pyromane le chef des pompiers de la ville », dit le directeur exĂ©cutif d’UN Watch (United nations watch), une organisation non-gouvernementale qui se donne pour mission « d’assurer que l’ONU respecte sa propre charte et que les droits de l’homme soient accessibles Ă  tous. »

Il dĂ©nonce le rĂ©gime de l’ayatollah Khamenei qui « emprisonne de courageuses femmes militantes des droits des femmes » qui ont commis le seul « crime de revendiquer pacifiquement leur dignitĂ© humaine. »
A cet Ă©gard, le rapport de Human Rights Watch, de 2021 est accablant , il dresse une liste terrifiante de femmes emprisonnĂ©es et torturĂ©es : « En Iran, les fĂ©ministes sont emprisonnĂ©es et torturĂ©es notamment Ă  la sinistre prison d’Evin Ă  TĂ©hĂ©ran oĂč se trouve dĂ©jĂ  depuis des annĂ©es, Nasmin Soutoudeh, l’avocate dĂ©fenseuse des droits des femmes et des enfants.

Dessin original du caricaturiste iranien Assad Binakhahi. 2019. Reproduction autorisĂ©e. Les mots en persan reprĂ©sentent la condamnation de Nasrin Sotoudeh (soit 38 ans d’emprisonnement et 148 coups de fouet)

Sont Ă©galement incarcĂ©rĂ©es : Narges Mohammadi, Golrokh Ebrahimi Irai, Atena Daemi, Shahnaz Akmali, Yasaman Aryani, Saba Kord Afshari et Neda Naji… et le nombre de prisonniĂšres politiques ne cesse d’augmenter. »

La liste des droits humains bafouĂ©s en Iran, publiĂ©s par Carol Mann, sociologue chercheuse et directrice de Women in WaĂ©, sur sur blog Mediapart est particuliĂšrement affligeant : « Le statut des femmes est violemment minorĂ© dans tout ce qui concerne le mariage, le divorce, l’hĂ©ritage, l’éducation des enfants… ajoutĂ© Ă  cela l’obligation lĂ©gale du porter le hijab, l’interdiction de choisir sa vie personnelle, les mariages prĂ©coces, l’accĂšs Ă  l’emploi, le viol conjugal, la violence domestique qui ne cesse de croĂźtre… L’ñge minimum pour le mariage pour les filles est de 13 ans et de 15 ans pour les garçons ; l’ñge peut ĂȘtre baissĂ© selon la dĂ©cision du corps religieux. Comme au Pakistan, les relations LGBTI sont criminalisĂ©es mais en Iran elles peuvent mener Ă  une condamnation Ă  mort.
MĂȘme si les femmes ont accĂšs Ă  l’école et Ă  l’universitĂ© en Iran, la rĂ©pression systĂ©matique des droits humains ordonnĂ©e par cet État religieux autoritaire annule toute forme de progrĂšs et de dĂ©veloppement
».

Bien que le vote ait Ă©tĂ© secret, UN Watch assure que quatre des quinze « dĂ©mocraties » (sic) de l’Union europĂ©enne et du groupe occidental de L’ECOSOC (acronyme anglais du Conseil Ă©conomique et social des Nations-Unies) ont votĂ© pour l’admission de l’Iran Ă  la commission de la condition fĂ©minine, pour quatre annĂ©es.

La France pourrait figurer parmi ces quatre pays.
Afin de dissiper le doute ou de confirmer ce vote, Monsieur le PrĂ©sident Macron, Monsieur le Premier ministre Jean Castex, Monsieur le Garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti, Monsieur le ministre de l’Europe et des Affaires Ă©trangĂšres, Jean-Yves Le Drian, il serait judicieux que vous dĂ©voiliez la teneur du vote de la France lors de cette imposture et injure faite aux femmes iraniennes et du monde.

Le peuple de France Ă  le droit de savoir et exige de prendre connaissance de vos actes d’autant que vous prĂ©tendez ĂȘtre ses reprĂ©sentants. A ce titre, vous devez lui rendre des compte.

Adblock test (Why?)




Source: Monde-libertaire.fr