Mai 27, 2022
Par Paris Luttes
282 visites

Sept nuits pour parcourir 250 kilomètres dans la forêt et raconter la guérilla méconnue des naxalites, les communautés insurgées d’une Inde secouée par la croissance économique et ses projets extractivistes. Merveilleuse conteuse, l’anthropologue Alpa Shah nous embarque pour 300 pages d’une analyse vivante et nuancée.

« Difficile d’imaginer un récit plus capital… Nightmarch nous rappelle ce dont l’anthropologie est capable quand elle est investie par une experte du domaine qui n’hésite pas à prendre des risques pour la liberté humaine. »

David Graeber, auteur de Bullshit Jobs (éd. Les liens qui libèrent, 2018) et Dette. 5 000 ans d’histoire (éd. Les liens qui libèrent, 2013).

« Shah livre un témoignage courageux des bouleversements causés par la montée des inégalités en Inde, tout en posant de nombreuses questions urgentes et difficiles. » Meena Kandasamy, poétesse féministe indienne, autrice de La colère de Kurathi Amman (éd. Plon, 2017)

Le mouvement révolutionnaire naxalite, basé dans les forêts du centre et de l’est de l’Inde, est en guerre depuis 50 ans contre l’État indien. Ces hommes et ces femmes qui combattent dans les rangs des naxalites, que les médias présentent comme un groupe terroriste sanguinaire, sont des membres des basses castes et des communautés tribales, allié·es à des rebelles héritiers du marxisme-léninisme pour opposer aux grands projets d’infrastructure une vision du monde égalitaire et communautaire.

En 2010, l’anthropologue Alpa Shah enfile un treillis et s’embarque pour une randonnée de sept nuits avec une escouade, parcourant 250 kilomètres à travers les forêts denses et accidentées de l’est de l’Inde. Dans ce récit intimiste et limpide paru en anglais en 2019, Shah nous plonge nuit après nuit dans un carnet de route époustouflant. Son récit à la première personne met en scène ses fatigues et ses attentes, décrit minutieusement les scènes de cuisine ou d’ablutions féminines, et nous rappelle la biographie déroutante de certains jeunes compagnons adivasi, habitants autochtones des forêts, qui rejoignent parfois la lutte pour de simples embrouilles familiales.

En dialoguant avec des leaders révolutionnaires aux idées parfois rigides et en partageant le quotidien de villageois·es sur les zones libérées par la guérilla, Shah nous embarque au coeur de la dépossession, et raconte pourquoi une part de la population pauvre de ce qu’on appelle « la plus grande démocratie du monde » s’est tournée depuis des décennies vers la lutte armée.




Source: Paris-luttes.info