Février 21, 2021
Par Des Nouvelles Du Front
277 visites


Article publié dans la presse espagnole

« Une étude du FMI prévoit une vague d’explosions sociales après la pandémie »

Été 2022. Juste au moment où les gouvernements pensent que le pire est passé après une campagne exhaustive de vaccins et de plans de relance économique de plusieurs milliards de dollars, le monde s’illumine soudainement. Des centaines de villes sont le théâtre de batailles entre des manifestants et des policiers anti-émeute habillés à la Robocop. Des images de bâtiments en feu sont projetées sur des millions d’écrans de télévision. Les gouvernements tombent lors d’élections tumultueuses.

Il ne s’agit pas du prochain épisode de la série dystopienne « Years and years », mais d’un scénario qui dessine ce qui pourrait se passer après la pandémie, sur la base d’une analyse faite par les experts techniques du Fonds monétaire international (FMI).

La pandémie n’est pas non plus la cause initiale, mais un catalyseur.

De la peste de Justinien au VIe siècle à la grippe espagnole de 1918 en passant par la peste noire du XIVe siècle, l’histoire est jonchée d’exemples d’épidémies qui ont de fortes répercussions sociales : elles transforment la politique, bouleversent l’ordre social et provoquent des débordements sociaux”, affirment Philip Barrett et Sophia Chen dans leur rapport intitulé The Social Impact of Pandemics (janvier 2021). Et la période qui suit le covid n’a pas besoin d’être très différente.

Pourquoi ? Une explication possible est qu’une pandémie “met en évidence les fractures existantes dans la société : manque de protection sociale, méfiance envers les institutions, incompétence ou corruption des gouvernements”, affirment les services du FMI.

Sur la base d’une analyse de millions d’articles de journaux publiés depuis 1985 dans 130 pays, le FMI a élaboré un indice de l’agitation sociale qui quantifie la probabilité d’une explosion des protestations à la suite de la pandémie. Les techniciens relatent des cas de débordements sociaux à 11 000 événements différents qui se sont produits depuis les années 1980. Il s’agit notamment des catastrophes naturelles telles que les inondations, les tremblements de terre ou les ouragans, ainsi que les épidémies.

En utilisant des équations algébriques complexes, les experts ont découvert “une relation positive et significative” entre les catastrophes et les débordements sociaux. Plus précisément, “il existe une relation positive entre les débordements sociaux et les épidémies”, affirment Barrett et Chen dans leur rapport.

“A plus long terme, la fréquence des débordements sociaux monte en flèche.”

Comme c’est souvent le cas dans les études économiques, la relation entre les catastrophes et les protestations est quelque chose que beaucoup de gens, sans avoir besoin d’équations mathématiques, comprendraient intuitivement. Mais ce qui est intéressant dans l’analyse du FMI, c’est la relation chronologique qu’il identifie entre les épidémies et les débordements sociaux. Il y a un effet de décalage important. De nombreux mois, jusqu’à deux ans, séparent le pic de l’épidémie des rébellions.

En effet, il y a eu peu de protestations pendant cette pandémie. Au contraire, ces derniers mois, “le nombre de manifestations physiques de troubles sociaux est tombé à son plus bas niveau en près de cinq ans”. L’exception est le mouvement Black Lives Matter qui a suivi l’assassinat de George Floyd par la police à Minneapolis, qui a déclenché une vague de protestations aux États-Unis.

Mais au-delà de ce résultat pacificateur immédiat des épidémies, “à plus long terme, la fréquence des débordements sociaux monte en flèche”, affirme le rapport du FMI, dont le ton est beaucoup plus froid et détaché que les informations qu’il analyse sur les émeutes dans des millions d’articles de journaux scandalisés au fil des décennies.

En se basant sur des informations concernant différents types de manifestations, les chercheurs du FMI montrent qu’avec le temps, “le risque d’émeutes et de manifestations contre le gouvernement augmente. De plus, “le risque de crises politiques graves (événements pouvant faire tomber des gouvernements), qui surviennent généralement dans les deux années suivant une épidémie majeure, augmente”, résument l’institution multilatérale basée à Washington.

Le rapport conclut que “l’agitation sociale était forte avant la pandémie et s’est modérée pendant la pandémie, mais, si l’on se fie à l’histoire, il est raisonnable de s’attendre à ce que, lorsque la pandémie s’atténuera, des explosions sociales réapparaissent.

Un autre rapport du FMI intitulé How Pandemics Lead to Despair and Social Unrest (octobre 2020), de Tahsin Saadi Sedik et Rui Xu, utilise une méthodologie similaire pour mettre en évidence cet effet de décalage. “Les épidémies graves qui entraînent une mortalité élevée augmentent le risque d’émeutes et de manifestations antigouvernementales”, expliquent-ils. Ces “événements pandémiques génèrent un risque nettement plus élevé de troubles civils après 14 mois”. Cinq ans après la pandémie, il y a encore un “effet quantitativement significatif sur la probabilité de troubles civils”. Les épidémies d’Ebola en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016, par exemple, “ont entraîné une augmentation de la violence civile de plus de 40% après un an et son effet sur les troubles sociaux a persisté plusieurs années plus tard”.

Si l’étincelle de violence n’est pas nécessairement liée à une pandémie, le traumatisme social et l’impact socio-économique de la crise sanitaire sont à l’origine de la derrière les manifestations répétées de protestation.

Mais la pandémie n’est pas non plus la cause initiale mais un catalyseur. Le premier lien dans l’effet domino est l’inégalité et la perception de l’injustice, expliquent les analystes du FMI. “Les résultats de notre étude indiquent qu’une forte inégalité est associée à plus d’explosions sociales (…) et que les troubles sociaux seront d’autant plus importants que l’inégalité des revenus sera élevée au départ”, affirment-ils.

Les pandémies déclenchent une bombe à retardement “parce qu’elles réduisent la croissance économique et augmentent les inégalités” et créent “un cercle vicieux dans lequel le ralentissement de la croissance, l’augmentation des inégalités et la montée des troubles sociaux se renforcent mutuellement”.

Let’s block ads! (Why?)




Source: Dndf.org