Juillet 7, 2021
Par La Bogue
345 visites


C’est sans aucune prétention, vraiment aucune, que je veux lâcher un peu de colère, une colère tristement ordinaire et dont, parfois, je ne sais pas quoi faire.

Elle est contre les hommes cette colère.

Les harceleurs, les violeurs, les attoucheurs.

Colère contre tous ceux qui agissent sans notre consentement

Colère contre tous ceux qui méprisent nos corps au prétexte qu’ils les désirent

Colère contre ceux qui nous restent en tête des mois et des années après,

Ceux qui, en forçant, pour toujours nous ont marquées,

Colère contre ces mêmes qui nous ont oubliées,

Quand on sait précisément le moment de leur abus, des mois et des années après.

Colère.

Contre celui qui de force m’a embrassée, celui qui sournoisement m’a suivie, l’autre qui de nuit m’a surprise, contre celui qui violemment l’a attouchée, celui qui dans leur lit l’a violée, l’autre qui a menacé, insulté, frappé, tué. Contre celui dont j’ai peur. Parce que celui qui lui ressemble, un jour, m’a suivie, m’a sifflée, m’a attouchée, m’a insultée. Et qu’un autre qui leur ressemble, a décliné le schéma avec ma pote, mon amie, ma sœur, ma cousine, ma collègue, ma tante, ma mère, et toutes les femmes et jeunes filles que de près ou de loin je connais. Celui dont je ne connais pas les traits mais qu’il m’effraie de croiser. De n’être jamais totalement rassurée,

Colère.

Comme je vous déteste. Vous et le système qui vous récompense d’une impunité aussi abjecte que vos êtres sont méprisables. Parce que c’est votre système.




Source: Labogue.info