Décembre 14, 2020
Par Le Numéro Zéro
308 visites


Ils sont une cinquantaine [1] dans la Loire à avoir suivi la campagne de comm’ de leur syndicat d’extrême droite Alliance. Les policiers affirment avec aplomb se sentir « lâchés » par le président Macron et le gouvernement. #Ouinouin

Coup de bluff ou non ? Trop tôt pour le dire mais en tout cas, ils ont la tone les policiers :

« Nous, on est fatigués de toujours être stigmatisés, et surtout on a l’impression d’être des boucs-émissaires de tous ces politiques, du Président de la République. On est un petit peu les fusibles »

, lance Sylvia Vaudou, secrétaire départementale d’Alliance-Police nationale dans la Loire.

Que de lucidité ? Comprendre enfin que l’institution policière est un « fusible » du pouvoir, Bravo ! Et plus la menace supposée est intense, plus les fusibles sont à même d’encaisser pour éviter le court-circuit. Cela se traduit dans les faits (et dans les rues) par un accroissement de la violence et de la répression policière, des blessé.es, des mutilé.es, etc. comme on peut le voir de manière exponentielle ces dernières années.

Aux dires de Mme Vaudou, le président – plus par opportunisme qu’autre chose – « lâche sa police », suite à son interview donnée au média Brut :

« Il lâche sa police, ce qui est très fort de la part d’un Président de la République. Le journaliste lui demande de le dire et lui dit : si ça vous fait plaisir, oui je le dis, la police est violente, la police est raciste. Ça choque forcément. »

Alors que rarement un exécutif n’a autant soutenu sa police, les syndicats de flics poursuivent leur pressions (« séditieuses », comme dirait l’autre ?)…

Dernière citation, qui au premier abord ferait bondir de joie, mais qui peut aussi faire frémir au vue de l’engeance politique des encartés du syndicat Alliance :

« si vous pensez que nous ne sommes pas adéquats et si nous ne respectons plus les lois de la République, et bien à ce moment, ok, on fait autre chose »

P.-S.




Source: Lenumerozero.info