Ce 25 novembre, c’était la journée de lutte contre les violences faites aux femmes et à cette occasion une manifestation était prévue au départ de la place du Capitole. Je m’y suis rendue pour Chouf Tolosa.

18h. tout le monde se rassemble progressivement. Quelques personnes prennent la parole dans un micro, les masques et le bruissement de la foule empêchent de bien entendre. Mais je comprends qu’elles expliquent les raisons de la manifestation, donnent quelques revendications et précisent comment va se dérouler l’avancée du cortège.

Nous partons vers 18h20, en rythme avec des percussions. Nous marchons lentement, mais sûrement, en scandant des slogans féministes. La marche se poursuit jusqu’à Jean Jaurès où nous faisons une halte. Plusieurs personnes et collectifs prennent à ce moment-là la parole. Une jeune femme revient sur l’origine de cette journée : « un 25 novembre de l’année 1960, trois femmes dominicaines, les sœurs Mirabal, sont assassinées sur les ordres du chef de l’Etat dominicain. Le 19 octobre 1999, lors de la 54e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, les représentants de la République dominicaine et 74 États membres ont présenté un projet de résolution visant à faire du 25 novembre la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. »

Lire la suite sur Chouf Tolosa




Source: Iaata.info