DĂ©cembre 19, 2022
Par Kurdistan Au FĂ©minin
280 visites

Une banque suisse refuse un virement Ă  une association de Bielefeld pour une campagne de financement en faveur des enfants et des jeunes du Rojava, Maxmur et Shengal. La raison est la mention du mot « Kurdistan Â» dans le sujet du transfert.

L’Initiative pour la paix et l’espoir au Kurdistan eV a lancĂ© une campagne de dons pour les enfants et adolescents du camp de Maxmur, de Shengal et du Rojava alors que la Turquie a lancĂ© une nouvelle guerre anti-kurde en plein hiver.

Une banque suisse criminalise l’aide humanitaire – « C’est un scandale Â»

Mutlu Tatar, qui vit en Suisse, a Ă©galement souhaitĂ© faire un don Ă  la campagne « Donnez un sourire Â» . Il a effectuĂ© le virement de 25 euros sur le compte de l’Initiative Bielefeld via la PostFinance Bank. Tatar a Ă©tĂ© surpris lorsqu’il a vu le montant remboursĂ© sur son compte le lendemain. Quelques heures plus tard, il reçoit un courrier dans lequel la banque explique le virement retour : « Malheureusement, PostFinance ne peut traiter votre virement de 25 euros (
). PostFinance n’effectue pas de transactions liĂ©es au Kurdistan (mĂȘme si le paiement n’est pas effectuĂ© au Kurdistan) en raison du risque de blocage des fonds Ă  l’étranger. En raison de dispositions lĂ©gales, ce paiement n’est malheureusement pas possible chez PostFinance. Nous vous demandons donc de ne plus effectuer ce paiement (
). Â»

Tatar est visiblement outrĂ© par le refus de sa banque de procĂ©der Ă  son don Ă  cause de la mention du « Kurdistan Â» . « C’est un scandale. Le fait que la Suisse elle-mĂȘme bloque l’aide humanitaire pour les enfants au Kurdistan montre clairement de quel cĂŽtĂ© elle se range dans la politique de guerre contre les Kurdes.» AprĂšs l’incident, le Kurde a demandĂ© par tĂ©lĂ©phone Ă  la PostFinance Bank de prendre position sur la question. Mais il n’a obtenu aucune information. « Ils ont dit que c’était une affaire confidentielle. Â»

Ce n’est pas le premier scandale dans lequel PostFinance Bank s’engage dans le contexte kurde. En 2020, la banque a bloquĂ© le compte du mouvement du Croissant-Rouge kurde « Heyva Sor a KurdistanĂȘ Â» et lancĂ© des enquĂȘtes sur certaines personnes qui avaient transfĂ©rĂ© des dons. Des procĂ©dures similaires sont Ă©galement connues du Credit Suisse et d’UBS, les plus grandes banques de Suisse, dit Tatar.

Le Kurdistan est criminalisé

« Il faut faire savoir par tous qu’un pays comme la Suisse, qui se prĂ©sente comme neutre vis-Ă -vis du monde, est responsable d’un scandale de cette ampleur. Il est incomprĂ©hensible que des tentatives soient faites pour bloquer une action de solidaritĂ© humanitaire pour les enfants du Kurdistan. Ce comportement ne criminalise pas seulement le mot « Kurdistan», mais le peuple kurde. La raison donnĂ©e par la banque pour la transaction bloquĂ©e est scandaleuse et traiter l’affaire nĂ©cessite un dĂ©bat public. En rĂ©action, ceux qui m’entourent contribueront un montant plus important Ă  la campagne. Jusqu’à prĂ©sent, j’étais le seul impliquĂ© dans la campagne. Mais aprĂšs cette action scandaleuse, beaucoup de mes amis se sont prononcĂ©s en faveur du soutien Ă  la campagne de cadeaux. », a dĂ©clarĂ© Tatar.

Emine Gözen : « Nous sommes indignĂ©s et exigeons des explications Â»

Emine Gözen, prĂ©sidente de l’Initiative pour la paix et l’espoir au Kurdistan e.V., a dĂ©noncĂ© le comportement de la succursale bernoise de PostFinance : « Nous sommes scandalisĂ©es. En aucun cas, nous ne pouvons logiquement expliquer pourquoi le don de la Suisse n’a pas pu ĂȘtre transfĂ©rĂ© sur notre compte. Notre initiative est une organisation Ă  but non lucratif reconnue en Allemagne et fonctionne conformĂ©ment Ă  la loi sur les associations en vigueur. Depuis 2016, nous mettons en Ɠuvre de nombreux projets au Kurdistan dans les domaines de l’éducation et du parrainage d’enfants, de l’égalitĂ© des sexes, de l’inclusion, des Ă©coles, des universitĂ©s, des orphelinats, de l’art, de la culture, de l’écologie, de la santĂ© et du dĂ©veloppement urbain. Nos projets doivent aider les gens Ă  façonner leur propre avenir. En aidant les gens Ă  s’aider eux-mĂȘmes, nous voulons permettre aux personnes qui ont Ă©tĂ© privĂ©es de tout moyen de subsistance de mener une vie dĂ©cente et donner aux gĂ©nĂ©rations futures les moyens de participer Ă  long terme Ă  une sociĂ©tĂ© civile Ă©cologiquement juste et dĂ©mocratique. Des valeurs telles que l’égalitĂ©, la dignitĂ© humaine et la coexistence pacifique sont pour nous les paramĂštres d’orientation les plus importants. Notre organisation se compose de nombreux bĂ©nĂ©voles d’ñges et de sexes diffĂ©rents et se concentre sur l’aide humanitaire au Kurdistan, en particulier pour les enfants et les familles qui souffrent particuliĂšrement des consĂ©quences de la guerre et de la violence. Notre travail peut ĂȘtre suivi sur Internet ainsi que dans les rĂ©gions kurdes elles-mĂȘmes et Ă  travers notre travail local Ă  Bielefeld et connaĂźt beaucoup de solidaritĂ© diplomatique, financiĂšre et politique. Nos partenaires de coopĂ©ration comprennent la ville de Bielefeld, des fondations, des organisations de la sociĂ©tĂ© civile, des associations en Allemagne et de nombreuses universitĂ©s, Ă©coles, Ă©tablissements de santĂ©, organisations de la sociĂ©tĂ© civile et municipalitĂ©s du Kurdistan. Â» (ANF)




Source: Kurdistan-au-feminin.fr