Le Premier ministre Édouard Philippe vient de rappeler que les rassemblements de plus de dix personnes seront toujours prohibés après le 11 mai, annoncé comme le début du déconfinement, mais certains n’attendant pas le feu vert de l’État pour se mobiliser

Le 25 avril, une cinquantaine de personnes, toutes masquées, se sont réunies en assemblée générale dans un parc de Montreuil. Il y avait des gilets jaunes et des représentants d’organisations, dont des syndicalistes de Solidaires, des militants de l’Union communiste libertaire ou bien encore des sympathisants d’Extinction Rébellion. « L’ensemble des participants ont convenu qu’il n’était pas possible que la Macronie nous empêche de manifester en cette journée internationale de luttes pour les droits des travailleuses et des travailleurs. » Il a été décidé de manifester le 1er mai « pour dénoncer la gestion catastrophique de la crise sanitaire et sociale par le gouvernement Macron et plus globalement sa politique au service des patrons. Nous serons dans les rues pour défendre la Sécurité sociale, parce que l’Éducation nationale ne doit pas être la garderie du Medef, pour défendre les droits des travailleuses et des travailleurs, avec ou sans papiers, avec ou sans emploi, pour cette journée internationale de lutte. Nous manifesterons en respectant les distances de sécurité et en étant masqué·e·s. Nous appelons l’ensemble du mouvement social de tout le pays à en faire de même partout où c’est possible. »

De son côté, la CGT appelle à « envahir les réseaux sociaux » le 1er mai en partageant des photos accompagnées d’un message commençant par « Le jour d’après je veux… », suivi de revendications. En Ille-et-Vilaine et à Lille, un collectif de syndicats appellent à manifester aux balcons et aux fenêtres.

À Montpellier, l’association montpelliéraine « Le Barricade » appelle à une assemblée générale en ligne le 1er mai à 18h pour « préciser nos exigences, imaginer des moyens d’actions pour les obtenir et façonner le “monde d’après” », et la page facebook « Montpellier en Résistances » relaye un appel à manifester le samedi 16 mai à 14h sur la place de la Comédie, « contre le grand capital et son État ».

Affiche d’un appel à manifester le 16 mai à Montpellier

Article publié le 28 Avr 2020 sur Lepoing.net