Février 24, 2022
Par Monde Nouveau
347 visites

Les travailleurs espagnols accueillirent la nouvelle de la chute du Tsar

avec jubilation. Ils ont immédiatement pensé que la fin de la monarchie

russe avait été un triomphe du peuple et, pensaient-ils, que les privilèges de

classe prendraient bientôt fin. Au sein de la CNT, l’un des syndicats les plus

importants et à la croissance la plus rapide dans les mois qui avaient

précédé, cette fascination était plus forte chez les militants de base que chez

les dirigeants. Les écrits publiés saluaient un mouvement qui, selon leurs

auteurs, devait nécessairement aboutir à une société libertaire, et c’est

quelque chose qui m’a surpris lorsque j’ai parcouru les journaux car, dans

leur euphorie, ils tenaient pour acquis que la seule révolution possible était

celle dont ils rêvaient, une révolution qui conduirait à l’acratie2. En

revanche, un nombre important de dirigeants et de journaux se montrèrent

beaucoup plus prudents, même si l’on considère la tendance la plus

anarchiste représentée par Tierra y Libertad. Si la réaction à la révolution de

février fut quelque peu ambivalente, quand survint celle d’octobre, nous

pouvons dire qu’elle fut véritablement prudente.




Source: Monde-nouveau.net