Un vent de révolte sur le littoral vendéen !
Un vent de révolte sur le littoral vendéen !
Un vent de révolte sur le littoral vendéen !
publié
le mercredi 16 octobre 2019 à 20:20 |

.


Un vent de révolte sur le littoral vendéen !

Un vent de révolte sur le littoral vendéen !

Un vent de révolte sur le littoral vendéen !

Un vent de révolte sur le littoral vendéen !

Le 6 octobre dernier, iels étaient 2500 à se réunir pour occuper les lieux et protester contre ce projet de port. Il n’en fallait pas plus pour éveiller notre curiosité. Quel plaisir nous avons eu de se rendre à Brétignolles-sur-mer ce dimanche 13 octobre et de constater qu’une ZAD avait belle et bien pris racine aux abords de la plage de la Normandelière. Ambiance festive et déterminée, énormément de monde, 1500 personnes sur la journée d’après les occupant.e.s. Une tourelle en palette est érigée avec quelques drapeaux à son sommet, quelques habitations légères et quelques poules, poneys et moutons occupaient aussi les lieux. On pouvait y écouter de la musique, danser, manger et boire, mais surtout discuter sur l’avenir de cette lutte qui vient de prendre un tout autre tournant. Mais la ZAD ce n’est pas que cela, la ZAD c’est une Zone à Défendre, comme nous l’a rappelé une militante sur place, et elle ne se limite pas aux lieux d’habitations mais au 40ha de dunes, de littoral et de terres agricoles menacées par le projet.

En effet, cela fait plus d’une quinzaine d’année que le projet passe d’enquêtes en enquêtes sous l’impulsion de la municipalité qui malgré les réticences des habitant.e.s et des bureaux d’études n’a pas voulu lâcher le morceau. L’association La Vigie a fait un travail remarquable d’informations et de désintox pour tenir la population informée de l’aberration de ce projet tant sur le plan environnemental, pratique, social et économique. Sur leur site internet vous pourrez retrouver les archives de tous leurs travaux et argumentaires à l’encontre du port. Allant de l’inventaire des espèces présentes sur places à la cartographie des lieux en passant par l’explication des différents recours administratifs et juridiques.

Pour ne lister que les aspects principaux :

– Artificialisation d’une zone naturelle espace remarquable de 80 ha.
– Défoncement d’ouverture de la dune classée en ZNIEFF [1] sur 150m pour faire entrer la mer dans les terres dans un bassin portuaire de 10ha creusé à 15m de profondeur détruisant une zone humide de 14 ha.
– Plus de 2 millions de m3 de déblais répartis sur la zone avec le comblement d’une carrière réserve d’eau douce d’environ 34 000 m3.
– Plages et dune bordière défoncées et bétonnées par un chenal séparant et fermant le passage entre les plages.
– Déjà 8 millions d’euros dépensés pour des frais d’étude.

La Vigie relève également un acharnement incompréhensible de la part de la municipalité qui s’est vu recevoir 7 avis défavorables de la commission d’enquête de 2003 à 2019, puis des avis négatifs de la part des préfets successif jusqu’à 2019 et enfin des avis négatifs de la DREAL(Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement).

On notera également la vidéo d’explication de la non viabilité du port sur le plan pratique et sécurité. Cette vidéo réalisée par un membre de l’association l’illustre à merveille.

Malgré tous ces efforts, les bulls seront envoyés coûte que coûte pour détruire ces dunes. On y vient donc à ce nouveau tournant de la lutte, celui de l’occupation et de l’empêchement du bon déroulement des travaux. Les habitant.e.s s’organisent, des Assemblés générales ont lieu tous les soirs à 18h afin de débattre et de prendre collectivement les décisions pour la suite du combat. On nous rapporte la présence d’une centaine de personne quasiment tous les soirs aux AG ! Une volonté d’auto-organisation et de débat réellement démocratique se fait sentir. On est aussi frappé par la mixité de la population présente, loin du cliché d’un entre soi militant, on y retrouve des personnes de tout âge et d’horizons biens différents. Des gilets jaunes, des personnes ayant déjà l’expérience de l’occupation, des habitant.e.s, des naturalistes, des agriculteurices du coin, des simples amoureux.ses du littoral, des promeneurs et promeneuses… Chaque personne y voyait rapidement un intérêt à prendre part au débat et chercher à comprendre les axes possible du combat. On y voit des personnes motivées et désireuses de reprendre en main la décision collective des politiques locales et cela vaut mille discours sur la nécessité de l’autogestion comme vecteur émancipateur et libérateur.

Cette lutte sera donc à suivre de près, la dynamique de réappropriation des terres par le collectif au détriment de grand projet pour des intérêt privés ne fait que grandir, et c’est tant mieux !
La prochaine date à retenir est le samedi 19 octobre à 15H place Napoléon à la Roche-sur-Yon où les différents collectifs et associations appellent à se réunir pour réaffirmer leur opposition à ce projet de port inutile et destructeur.

Comment les soutenir ?

Pour le moment, le mouvement s’organise et iels souhaitent qu’on entendent parler d’elleux, nous sommes donc invités à en parler autour de nous et à utiliser nos réseaux et collectifs respectifs pour apporter notre soutien à ce combat.
Vous pouvez également suivre les page Facebook de Bréti-Zad, Surfrider Vendée et le site internet de La Vigie pour se tenir au courant des évènements. (liens en bas de page)
Inutile de rappeler que tout soutien matériel et humain sera toujours le bienvenu que ça soit lors de rassemblements public ou en dehors.
Il y a également une pétition en ligne où vous pouvez apposer votre signature contre ce projet de port à Brétgnolles-sur-Mer. Rendez-vous sur la page d’accueil de La Vigie, en bas de la page à droite pour signer.

Que vive la ZAD de Brétignolles et ses dunes, en vous souhaitant un combat victorieux et une belle expérience de construction collective !

Des Rennais.es

P.-S.

Site de La Vigie
Page Facebook de Bréti-Zad
Page Facebook de Surfrider Vendée

Notes

[1] ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique) :L’inventaire des ZNIEFF est un programme d’inventaire naturaliste et scientifique lancé en 1982 par le ministère Bouchardeau chargé de l’environnement et confirmé par la loi du 12 juillet 1983 dite loi Bouchardeau1. Une ZNIEFF ne constitue pas une mesure de protection réglementaire comme les sites classés ou inscrits mais un inventaire. La désignation d’une ZNIEFF repose surtout sur la présence d’espèces ou d’associations d’espèces à fort intérêt patrimonial.


Article publié le 16 Oct 2019 sur Nantes.indymedia.org