Novembre 24, 2022
Par Le Mouton Noir (QC)
274 visites

Janvier 2020 : j’ai le bonheur d’annoncer à mes proches et amis que je suis acceptée dans un merveilleux programme; le baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire. Mon rêve va se concrétiser, je vais pouvoir faire une réelle différence dans la vie des enfants qui croiseront mon chemin.
À partir de septembre 2020, j’éprouve du plaisir à me rendre à mes cours à l’université, tout va bien. Mes notes n’ont jamais été aussi hautes de tout mon parcours scolaire. Je réussis mon premier stage, haut la main. Mon choix de carrière est confirmé dès le premier jour. Je suis comme un poisson dans l’eau quand je suis avec les enfants à l’école.
Au fil du temps, j’ai buté un petit obstacle, qui deviendra énorme; le fameux TECFÉE. C’est le test de certification en français écrit pour l’enseignement. Qui consiste à une première partie qui comporte 60 questions à choix multiples sur le vocabulaire, la syntaxe, etc. Une deuxième partie qui consiste à écrire un compte rendu de 350 mots sur un sujet qui porte sur l’éducation. Normalement, la partie rédaction est réussie assez facilement chez les étudiants. En revanche, le code linguistique… ça donne du fil à retordre à beaucoup trop d’étudiants. Au départ, je ne m’inquiétais pas trop, il me restait assez de temps pour le réussir et continuer mon parcours sans me faire retarder d’un an. Oui, oui vous avez bien lu. Si je ne l’ai pas réussi avant la fin de mon 5e trimestre universitaire, je peux dire au revoir à mon espoir de faire mon 3e stage. Eh oui, tout ça à cause d’un test de français que j’ai de la difficulté à réussir. Pour ton interrogation, non je n’ai pas de difficulté en français et oui, j’étudie beaucoup, mais sans succès.
Vois-tu, cette situation, c’est la situation de milliers d’étudiants en enseignement, autant au primaire, au secondaire et en adaptation scolaire. On est plusieurs à étudier comme des fous dans l’espoir d’avoir enfin notre lettre par la poste qui atteste que le TECFÉE est réussi. Mais non, pour plusieurs étudiants ils doivent attendre un an avant de recommencer l’école et continuer d’espérer de réussir le test de français. Je comprends que la maîtrise du français est importante pour les enseignants et croyez-moi, je le sais très bien. Ce qui dérange le plus? Le fait de devoir faire notre baccalauréat en 5 ans et non en 4 ans. Est-ce qu’on doit absolument être bloqués pendant un an à cause de ça? Je ne pense pas. Plusieurs futurs enseignants ont lâché leur rêve de devenir enseignants à cause du test.
Question comme ça, que pensez-vous que plusieurs étudiants font pendant leur année sabbatique forcée? Ils prennent des contrats et ont leur propre classe pendant quelque mois. On n’a pas le droit de faire le 3e et 4e stage, mais on a le droit d’aller gagner des sous pendant un an en allant travailler dans les écoles qui en arrache avec la pénurie d’enseignants. Est-ce que cela a du sens? Pas du tout.
Parlons-en de la pénurie. Une personne qui n’est pas du tout qualifiée (juste le 5e secondaire suffit) peut avoir sa propre classe, sans connaissance de la pédagogie, du développement des enfants et avec une piètre maîtrise des savoirs à enseigner. Nous, on doit passer par plusieurs cours et par le fait même on doit réussir le TECFÉE. Sans cela, il est impossible d’apprendre en compagnie d’une enseignante en stage. C’est vraiment ridicule si vous voulez mon avis. Je crois qu’en temps de pénurie de main-d’œuvre, on doit ouvrir nos yeux et constater que le problème, il est là. Des milliers d’enseignants perdus à cause de cette situation. Si une solution concrète est apportée rapidement, je suis certaine qu’il y aura beaucoup plus d’enseignants dans nos écoles dans les prochaines années.
Tout ce qu’on demande, moi et tous les autres étudiants qui étudions très fort et qui ne sommes pas capables de venir à bout du TECFÉE, c’est du changement quant aux critères établis pour réaliser notre 3e stage. Les enfants ont besoin de nous, les futurs enseignants qualifiés et notre propre système d’éducation nous bloque et nous décourage.
Alors, amis qui se reconnaissent à la lecture de ce texte, unissons notre voix et notre découragement face à la situation. Partagez votre histoire et laissez entendre la population que cela ne fait plus de sens et que ça doit changer. Un simple test de français ne devrait pas gâcher notre opportunité d’aller en stage. On devrait tous avoir la chance de terminer notre baccalauréat sans foncer dans un mur de brique et avoir de la difficulté à passer par-dessus.




Source: Moutonnoir.com