Aujourd’hui, près d’un mois après le début du deuxième confinement, force est de constater que même si la situation sanitaire s’améliore, la situation catastrophique de l’hôpital et plus généralement des services publics, la situation sociale dramatique pour des millions de personnes et la mise en danger des libertés publiques sont quand à elles plus que jamais d’actualité.

Le gouvernement oublie de préciser que si l’hôpital a tenu, c’est au détriment de la santé de dizaines de milliers de personnes du fait de retard aux soins, de déprogrammations massives, de choix entre les patients (personnes souffrant d’autres pathologies, personnes en situation de handicap, personnes âgées….) Les 5000 lits de réanimation qui ont été occupés par des patients COVID le sont habituellement à près de 100% par les patients habituels.

Les besoins en lits et en postes sont plus que jamais d’actualité dans les hôpitaux ! Il faut rouvrir les 100 000 lits fermés ces dernières années et pour cela embaucher massivement : 100 000 postes dans les hôpitaux, 200 000 dans les EPHAD et pour la transition pour une vie autonome dans un lieu de vie choisi. Au CHU de Toulouse le besoin est immédiat : 1500 postes maintenant !

Nous sommes aujourd’hui nombreuses et nombreux à relever la tête pour se battre en défense des services publics (santé, éducation…) et en défense des libertés publiques, contre la loi de sécurité globale dont nous demandons le retrait.

La gestion autoritaire de la situation est la conséquence du refus du pouvoir d’investir dans la santé et les services publics. D’autres choix sont possibles en rupture avec la logique du profit. Nous n’oublions pas les conséquences de la gestion de cette crise : des millions de personnes sont en train de tomber dans la précarité et la très grande précarité.

Nous sommes aujourd’hui nombreuses et nombreux à constater que le gouvernement profite de cette crise sanitaire pour faire passer réformes libérales et lois autoritaires (loi de sécurité globale) en méprisant celles et ceux qui se battent pour obtenir de réels moyens.

Nous sommes aujourd’hui nombreuses et nombreux à constater que le patronat profite de de l’épidémie pour restructurer la production, licencier en masse et s’attaquer aux droits des salariés. Il faut imposer le maintien de tous les emplois. Ce n’est pas à nous de subir la politique désastreuse du gouvernement.

Il est urgent que nous nous rassemblions toutes et tous ensemble.

Nous exigeons un plan d’urgence pour notre santé, pour la sécurité sociale, pas la sécurité globale ! Lutter réellement contre le covid, c’est lutter contre la politique de ce gouvernement !

Nous appelons donc à manifester samedi 12 décembre 14H place Saint Cyprien et nous rappelons que ce défilé se déroulera dans le strict respect des gestes barrières.

PDF - 891.4 ko

Signataires :

CGT CHU Toulouse, CNT 31, FNEC FP FO31, FSU 31, Solidaires 31, Sud santé Sociaux 31, UET, EELV Toulouse, Ensemble 31, LFI 31, LO 31, NPA 31, PG 31, POI 31, PCOF 31, FA 31, Archipel Citoyen, Groupe Alternative Métropole Citoyenne, GDS 31, UCL Toulouse et alentours, Act Up Sud Ouest, ATTAC, Cercle des voisins, Copernic, CSPK, Handi-Social, Mouvement de la paix 3, LDH 31, DAL 31

Pour se rendre à cette manifestation il faudra se munir de l’attestation de déplacement et cocher le motif déplacement professionnel (1ere case) et en cas de contrôle spécifier que vous vous rendez à la manifestation qui a été déposée en préfecture.




Source: Iaata.info