Décembre 8, 2020
Par Dijoncter
350 visites


Ce dimanche matin, 6 décembre, un rassemblement appelait à venir soutenir l’installation d’un groupe d’habitantes occupant depuis quelques jours une maison vide située rue de Mirande au coeur d’un beau parc arboré.

Trop de béton, il y a trop de béton au centre-ville de Dijon. Ce qui reste d’espace naturel urbain et de respiration est menacé de tous côtés. La municipalité laisse bâtir à tout va mais certaines habitantes ne se laissent pas faire. Pour preuve une nouvelle occupation a démarré au 7 rue de Mirande avec l’intention de préserver un beau parc arboré, de le soustraire à l’appétit d’un promoteur et de l’ouvrir aux habitantes.

A l’intersection de la rue de Mirande et de la rue Jean-Baptiste Baudin, derrière de hauts murs d’enceinte, se dissimule une grande maison entourée d’un parc de 4000 m² peuplé de nombreux arbres remarquables sur un sol de pleine terre. Propriété de l’État, elle servait de logement de fonction aux officiers de l’armée de l’air du temps de la BA 102. Depuis au moins deux ans, elle est inoccupée. 

Suite à un appel à candidature des Domaines de l’Etat, la propriété est sous compromis de vente depuis décembre 2019, au bénéfice du promoteur immobilier KAUFMAN & BROAD qui projette d’y construire un immeuble d’habitation. Le PLUIHD autorise dans ce quartier les constructions jusqu’à 18 mètres de hauteur, donc six étages. Le dépôt d’un permis de construire est imminent.

Depuis plusieurs mois, des personnes habitant le quartier demandent au Maire de Dijon d’acquérir cette propriété et d’en faire un jardin public. Sourd à ces demandes, François Rebsamen a laissé l’Etat engager la vente au promoteur, sans faire valoir le droit de préemption de la ville.

Face à l’inaction de la mairie de Dijon qui se rêve pourtant en future capitale européenne de l’écologie, et à son mépris du droit légitime des riveraines à bénéficier d’un espace de nature et de respiration dans un quartier très dense et nettement sous-doté en parcs et jardins publics, des habitantes ont pris l’initiative et la responsabilité de protéger ce parc arboré, contre le risque de bétonisation.

PNG - 1.2 Mo

Occuper la maison et le parc est le seul moyen d’empêcher que ce terrain soit livré à la promotion immobilière. C’est aussi un moyen légitime d’attirer l’attention sur cet espace de respiration, de le faire vivre et d’y faire se rencontrer les habitantes du quartier.

L’occupation et l’ouverture du parc inscrivent dans le réel la volonté des habitantes du quartier et des dijonnaises de faire que Dijon reste une ville respirable, agréable et humaine.

Le promoteur doit renoncer à l’acquisition de cette propriété, pour permettre aux habitantes de décider ensemble de son futur usage.

Cette occupation fait écho à l’annonce du Maire François Rebsamen qui le 3 décembre 2020 au cours d’une réunion publique en vidéo, a fait cette déclaration spectaculaire :



« Je vais demander aux conseils de quartiers avec les élus, d’aller dans les quartiers recenser les maisons remarquables (…) celles qui ont aussi un environnement vert remarquable, à savoir un grand terrain avec des arbres protégés ou des arbres non protégés mais qu’il faudrait protéger, et [ils] nous indiqueront les maisons qu’on ne pourra plus vendre à des promoteurs (…) pour y construire des immeubles, afin de préserver non seulement la maison mais également l’espace vert qui est autour.

Ca va être quelque chose qui n’est pas facile à mettre en œuvre parce qu’on touche un peu au droit de propriété, évidemment. »

Extrait vidéo 

Il faut laisser les arbres en paix à Dijon ! En temps de Covid, alors qu’une partie de la population suffoque d’être trop confinée, il serait écocidaire et révoltant de détruire le peu qu’il reste d’espace de nature où l’on peut encore respirer et se rencontrer en centre-ville.

La ville appartient à celles et ceux qui l’habitent, son avenir se construit

par ses habitant.es et non contre elleux !

Ouverture au public de ce nouveau parc, dimanche 13 décembre à partir de 15h, avec un marché de légumes locaux à prix libres, un goûter de crêpes maison et un apéro-dinatoire de pizzas d’un fournil auto-géré.

Le parc étant auto-géré, vous pouvez ramener tout ce que vous souhaitez y trouver : mobilier de jardin, jeux d’extérieur, instruments de musique, etc…

PNG - 699.9 ko
PNG - 1.1 Mo
JPEG - 122 ko




Source: Dijoncter.info